Transition énergétique : les majors pétrolières contraintes de déprécier la valeur de leurs actifs

 |  | 596 mots
Lecture 3 min.
Déjà amorcée, la transition vers les énergies renouvelables semble s'être encore renforcée au cours des derniers mois.
Déjà amorcée, la transition vers les énergies renouvelables semble s'être encore renforcée au cours des derniers mois. (Crédits : iStock)
Total et Shell ont passé pour 25 milliards de dollars de charges de dépréciation. BP doit les imiter la semaine prochaine. Le symbole d'un changement fondamental pour l'industrie pétrolière: le déclin annoncé des énergies fossiles.

Après BP et Shell, c'est au tour de Total d'annoncer une dépréciation massive de la valeur de ses actifs. D'un montant de 8,1 milliards de dollars (6,9 milliards d'euros), cette charge exceptionnelle précipite le groupe pétrolier français dans le rouge. Au cours du deuxième trimestre de l'année, il a accusé une perte nette abyssale de 8,4 milliards de dollars. Sa première perte trimestrielle depuis 2015.

De son côté, Shell a officialisé une dépréciation d'actifs d'un montant de 16,8 milliards de dollars (14,2 milliards d'euros) - dans le bas de la fourchette annoncée début juillet, qui grimpait jusqu'à 22 milliards. Comme Total, la major britannique a donc affiché d'immenses pertes: 18,4 milliards d'euros. La semaine prochaine, BP doit annoncer le montant de sa charge pour dépréciation. En juin, la société avait indiqué que celle-ci se chiffrerait entre 13 et 17,5 milliards de dollars.

Ces dépréciations massives ont certes été précipitées par la crise sanitaire et économique, qui a fait chuter la demande et les cours du pétrole et du gaz. Mais elles témoignent surtout d'un "changement fondamental pour l'industrie", souligne Luke Parker du cabinet Wood Mackenzie: le déclin annoncé des énergies fossiles. De fait, la les dépréciations n'ont pas attendu le coronavirus. Fin 2019, l'américain Chevron avait enregistré une charge supérieure à 10 milliards de dollars.

Déjà amorcée, la transition vers les énergies renouvelables semble s'être encore renforcée au cours des derniers mois. Si bien que certains observateurs n'hésitent plus à suggérer que le "pic pétrolier", à partir duquel la consommation commencera à décliner, se rapproche. D'ici à 2030 pour Patrick Pouyanné, le patron de Total. Potentiellement dès 2027 pour le cabinet Rystad Energy. D'autres estiment même qu'il est déjà passé, et donc la demande de pétrole ne retrouvera jamais son niveau de 2019. Un scénario noir que n'exclut pas Bernard Looney, le directeur général de BP.

Lire aussi : A-t-on atteint le "pic pétrolier" ?

"Stranded assets"

Ce repli de la demande aura par ailleurs un impact sur les cours du baril de pétrole, au moins à court terme. Total estime ainsi que le baril de Brent ne vaudra en moyenne que 35 dollars cette année. Et imagine un prix de long terme de seulement 50 dollars. De son côté, BP mise sur un cours moyen de 55 dollars au cours des trente prochaines années, soit 15 dollars de moins que sa précédente estimation.

Pour les grands groupes pétroliers et gaziers, cela signifie que leurs actifs d'exploration et de production ne rapporteront pas autant qu'espéré. Et donc que leur valeur va inexorablement chuter. À terme, ils pourraient même devenir des "stranded assets", c'est-à-dire des actifs échoués dont la valeur sera proche de zéro en raison de la lutte contre le réchauffement climatique. Un risque qui pousse les pétroliers à abandonner des projets en cours. Et aussi un nombre croissant d'investisseurs, en particulier de grands fonds anglo-saxons, à se détourner des actions du secteur.

"Il y a encore quelques années, peu de personnes dans l'industrie du pétrole et du gaz acceptaient les notions du risque climatique, du pic de la demande, des actifs échoués ou de liquidation des modèles économiques, souligne Luke Parker. Aujourd'hui, les entreprises du secteur bâtissent leur stratégie autour de ces idées". Total, Shell et BP se sont ainsi engagés à atteindre la neutralité carbone d'ici à 2050. Une promesse qui va impliquer des changements majeurs dans leurs activités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2020 à 10:58 :
On est loin d'avoir atteint l'oil peak, quelque soit la façon dont on définit ce dernier.

La baisse de la demande, la crise politico-économique sino-USA, le COVID, les prix bas et des réserves prouvées importantes sont conjoncturelles.

Le pire pour les majors serait que dans un laps de temps restreint (10 ans) l'humanité apprenne à se passer de 90% de la production pétrolière et laisse les pays producteurs et les les industries avec des stocks en place dont la valeur serait faible.

Il y a peu de chance que ça arrive et certaines majors comme Total ont déjà entamé leur reconversion vers les énergies renouvelables, depuis 10 ans, pendant qu'elles en ont encore les moyens.

Je suis plus inquiet pour les pays producteurs qui sont en train d'apprendre, durement, à faire sans la manne. La plupart sont en train de virer en cauchemar économique et démocratique.
a écrit le 01/08/2020 à 9:38 :
Juste une observation : si la consommation diminue alors que les stocks restent inchangés, les stocks dureront plus longtemps. Donc cette dépréciation satisfait à très court terme les financiers dans leur myopie stratégique, mais elle ne remet aucunement en cause la suprématie encore durable (!) des énergies fossiles. Bien au contraire, puisqu'elle prolonge leur période de domination et abaisse leur coût d'utilisation face aux énergies alternatives qui voient en même temps le moment où leur compétitivité s'établira repoussé d'autant...
a écrit le 31/07/2020 à 18:07 :
En pleine crise économique brutale conclue que c'est la fin du pétrole est largement prématuré puisque tant que ce sera la fin de ma croissance le pétrole sera fragile et les énergies renouvelables peu rentables.
Réponse de le 03/08/2020 à 11:44 :
Il serait judicieux de comprendre que les niveaux des potentiels resserves de pétrole ne sont plus les mêmes de nos jours comparativement aux années 50 et 70 ainsi naturellement le virement vers les énergies renouvelables est une obligation qui s'impose a tous les acteurs de la chaine anergie fossile même si l'on pense que la pensée des environnementalismes est erronée.
Aussi même s'il est vrai que le pouvoir impitoyable des majors basée sur l'asymétrie relationnelle avec les tiers reste et demeure un paramètre de nature absolue de rester dans le fossile nous devrons prendre en compte la réalité du caractère tarissable de cette source.
a écrit le 31/07/2020 à 12:35 :
C'est surtout la baisse de la consommation pétrolière couplée aux fortes capacités de production et à la guerre du pétrole lancée par l'Arabie saoudite. Rien à voir avec une quelconque transition énergétique
a écrit le 31/07/2020 à 10:37 :
Pas si sur ! C'est le déclin des shell oils mais ça c'était prévisible et prévu.

Quid des gisements offshore profonds? de l'exploitation du groenland et de l'arctique ?

Le territoire russe a toujours un potentiel énorme, et il n'y a pas d'alternative crédible au pétrole pour l'instant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :