Vents porteurs pour l'éolien en France

 |   |  960  mots
(Crédits : REUTERS/Jean-Paul Pelissier)
La filière éolienne espère encore accélérer, notamment sur les installations en mer. Elle redoute cependant une multiplication des recours juridiques qui ralentissement l'entrée en service des parcs.

"Tous les clignotants sont au vert". L'heure est à l'optimisme chez les professionnels de l'éolien. Malgré une légère baisse de la puissance raccordée au réseau en 2018, "la filière tient ses objectifs", souligne Olivier Pérot, le président de France Energie Éolienne (FEE), en marge de la publication de son observation annuel. Surtout, poursuit-il, "2019 a été une année charnière", citant une prise de conscience de plus en plus forte et une demande croissante pour les énergies vertes.

Pour autant, la filière doit "encore accélérer" pour atteindre les prochains objectifs de développement. L'association, qui représente 300 entreprises du secteur, espère en particulier un coup de main de l'État, notamment sur les appels d'offres pour l'éolien en mer, segment sur lequel la France est très retard sur ses voisins européens. FEE réclame aussi un raccourcissement des délais d'instruction, qui ralentissement le développement du parc.

Délai de 8 ans

"En moyenne, il faut 8 ans avant qu'un parc éolien n'entre en service", regrette Olivier Pérot. La faute à "une obstruction systématique menée par des organisations très structurées qui ont des relais importants auprès des pouvoirs publics", ajoute Pauline Le Bretre, déléguée générale de FEE, qui assure que "95% des recours sont rejetés ou considérés comme abusifs". "Ils diffusent de fausses informations pour jouer sur la peur", regrette la responsable. Notamment auprès des agriculteurs pour qu'ils refusent l'installation d'éoliennes sur leurs exploitations.

L'an passé, la filière éolienne a raccordé 1.552 mégawatts au réseau. Cela représente un repli de 8% par rapport à 2017, qui avait été une année record. La puissance cumulée s'établissait, fin 2018, à 15.309 mégawatts, plaçant la France au quatrième rang européen, derrière l'Allemagne, leader incontesté en Europe, l'Espagne et le Royaume-Uni. En termes de production, l'éolien affiche une croissance de 15% par rapport à 2017. Mais il n'a représenté, l'an passé, que 5,1% de l'électricité produite dans l'Hexagone.

8.000 éoliennes en France

La prochaine programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) a fixé un objectif de 35.000 mégawatts installés en 2028 pour l'éolien terrestre. Pour l'atteindre, la filière va devoir raccorder 2.000 mégawatts par an. Un seuil qui ne sera pas atteint cette année, puisque le chiffre devrait être similaire à celui de 2018. Outre des instructions plus rapides, le secteur réclame à l'armée d'ouvrir des zones aujourd'hui interdites aux éoliennes. Mais aussi à l'aviation civile de lever certaines contraintes sur les éoliennes de grande hauteur.

La FEE espère également "harmoniser" le développement de l'éolien sur l'ensemble du territoire. Si la France compte 1.400 parcs et 8.000 éoliennes, la moitié des installations sont en effet concentrées dans les régions Hauts-de-France et Grand Est. Cela s'explique par leur potentiel venteux plus élevé. FEE propose ainsi de modifier les paramètres des appels d'offres, qui tournent aujourd'hui autour du prix de rachat de l'électricité, pour y intégrer une dimension régionale. Un moyen, aussi, de calmer la gronde dans des régions qui s'estiment saturées.

Baisse des tarifs de rachat

Autre axe de développement: l'éolien offshore. Huit ans après les premiers appels d'offres, la confiance est enfin de mise. Le gouvernement a en effet promis de relever le rythme des appels d'offres à 1 gigawatt par an. A Saint-Nazaire, le premier parc en mer est en cours de construction, pour une mise en service espérée début 2022. Trois autres parcs devraient bientôt être purgés de recours. La filière française espère parvenir à une puissance raccordée de 3.500 mégawatts d'ici à 2026. Des projets d'éoliens flottants, qui permettent d'installer des mats plus loin des côtes, sont aussi en cours.

Lire aussi : Éolien en mer : comment le flottant veut redynamiser la filière

L'optimisme de la filière s'explique aussi par la baisse des tarifs de rachat, qui sont garantis aux développeurs de parcs. Ils sont tombés sous les 65 euros lors des derniers appels d'offres pour l'éolien terrestre. "C'est comparable avec le nucléaire amorti et deux fois moins que le nouveau nucléaire", note Pauline Le Bertre. La différence entre les tarifs garantis et le prix de marché de l'électricité a ainsi fortement baissé. Pour le offshore, les tarifs sont même inférieurs aux 50 euros, car les parcs comportent des mats plus nombreux et plus puissants, ce qui permet de mieux amortir les coûts d'exploitation.

18.200 emplois

Face aux critiques, de plus en plus visibles, les professionnels de l'éolien entendent en outre "rétablir certaines vérités". "Aucun lien de causalité n'a été démontré entre la baisse de la production laitière de vaches et la présence d'éoliennes", souligne par exemple Charles Lhermitte, vice-président de FEE. Par ailleurs, ajoute-t-il, "le coût du démantèlement n'est pas de 600.000 euros comme certains le prétendent, mais de 30.000 euros". Et il souligne que les éoliennes sont aujourd'hui recyclables à 95% - seules les pales, fabriquées en fibre de verre, ne peuvent pour le moment qu'être valorisées.

La filière met également en avant les effets positifs du développement de l'éolien. Elle revendique désormais 18.200 emplois directs et indirects, soit 15% de plus en deux ans. "Ce sont des emplois qui ne sont pas délocalisables", se félicite Olivier Pérot. L'association insiste par ailleurs sur les rentrées fiscales générées par les éoliennes pour les collectivités locales. Et sur les loyers versés par les promoteurs, en particulier aux exploitants agricoles. Pour un parc moyen, ces retombées s'élèveraient à un million d'euros par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2019 à 21:22 :
Je trouve qes éoliennes sont belles en photo.
.
Mais en vrai, les voir tourner est charmant 5 min. Au bout de 10 min, c'est insupportable.
.
C'est un inconvénient énorme constaté personnellement que je n'ai jamais lu nulle part.
a écrit le 10/10/2019 à 9:16 :
à la rédaction de la Tribune: Suivre la nouvelle "série" belge, le feuilleton qui est bien parti depuis le mois de Mai, de Nethys, et la vente d'Elicio (éolien), apparemment pour 2 euros symboliques, sans le consentement des communes belges propriétaires par cascade de participation, sans même qu'elles en aient été avisées entre mai et octobre. Révélateur du climat des affaires en Wallonie, et des éthiques des cabinets d'avocats liégeois ...
a écrit le 09/10/2019 à 9:47 :
Quand on voit, l'article, les puissances délivrées par rapport aux puissances installées, cela paraît une sinistre farce. Une masse énorme d'argent public dans des installations insuffisantes (elles ne peuvent apporter qu'un complément, certes utile, d'énergie), sans compter les tarifs de rachat biaisés. Il va falloir financer au surplus des productions intermittentes (centrale au gaz?) pour faire face justement à l'intermittence des énergies renouvelables (double peine!). Des dégâts énormes sur nos paysages (s'il faut installer des éoliennes, il y a aussi un moment où doit se poser la question de préserver certains espaces naturels encore peu touchés par l'industrialisation, et malheureusement, il est plus facile d'aller les mettre en campagne que de les imposer à des citadins..). Quand on voit maintenant les tailles (200 mètres!) de certaines éoliennes - 4 à 5 fois la taille de l'église du village..-, les massifs de béton (4 000 m3) nécessaires à les ancrer et l'impossibilité physique de les détruire, alors il faut sortir de l'attitude béni oui-oui qui consiste à encenser les énergies dites renouvelables. Et pour les agriculteurs et communes qui profitent, pour l'instant, des mannes, qu'ils se posent la question des équilibres des bilans des exploitants, car certains ont des dettes énormes (plusieurs centaines de millions d'euros), zéro profitabilité, et vont partir au tapis! In fine, la première des priorités est de contrôler si l'argent public est bien utilisé dans ces projets, et si certains ne se sucrent pas, ou ont des attitudes de cavalerie pour retarder l'inéluctable: le dépôt de bilan! Heureusement, nous avons l'exemple de certains pays voisins, et il va falloir scruter les limites que leurs expériences dégagent. in fine, Pour l'éolien, mais pas n'importe où et Contre les gabegies faites avec de l'argent public (sauf erreur, l'énergie est essentiellement un secteur privé!).
a écrit le 09/10/2019 à 9:36 :
Article partial qui ne donne la parole qu’aux porte-paroles de cette industrie. Lesquels porte-paroles nient systématiquement les nuisances dénoncées.
Pourquoi cet article ne fait il pas preuve d’objectivité en permettant aux gens qui dénoncent les nuisances de developper, eux aussi, leur arguments ?
Au sujet de l’éolien, les comptes rendus des auditions des personnes entendues par la commission d’enquête parlementaire sur la transition énergétique, publiés sur le site web de l’assemblée nationale, sont édifiants et ne plaident pas en faveur de l’éolien, c’est le moins que l’on puisse dire.
a écrit le 09/10/2019 à 9:34 :
Oui comme le nucléaire, il faut developper les energies renouvelables en mer et sur terre donc l'eolien offshore. Tout se passe pour le developpement du mix energetique et la réduction de la part du nucléaire dans l'offre énergetique de la France. Mais l'eolien ou l'hydrolien ne peut pas tout résoudre d'un coup ! La consommation d'energie dans le monde continue d'augmenter dans les pays emergents comme en Europe, en Russie,en Inde en CHine ou aux USA. L'avantage des Américains c'est l'indépendance energetique avec le pétrole de schiste. Oui notre à besoin d'energie et non plus de dépendance au pétrole d'ou le developpement de l'hydrogène ou de la part de l'electrique grandissante dans les automobiles. L'eolien apporte aussi l'avantage d'être quasiment neutre en carbone et de réduire la part de l'energie nucléaire ( qui a un taux de rejet de CO2 très faible aussi). Donc oui au nucléaire propre et peut générateur de dechets nucléaire , à l'éolien en mer et sur terre, à l'hydraulique, à l'hydrolien et autre bioenergie ( biomasse, energie verte, etc...). Même s'il faut 8 ans pour qu'un parc eolien soit rentable, l'eolien est vital pour notre pays bordé d'ocean et de mers. Rien ne changera à celà, vive l'eolien et vive les energie renouvelables !
a écrit le 09/10/2019 à 1:19 :
L’éolien l’escroquerie du siècle , subvention, dessous de tables, le homard de nos élus
a écrit le 08/10/2019 à 22:22 :
Éolien en mer @ 200 €/MWh. Il faut vite arrêter ou bien autoconsommer pour laisser les autres payer ces lubies
Éolien a terre. Super idée un tarif régional pour mettre des éoliennes la ou il y a pas de vent. Pas limité à la bêtise!
Et pour une énergie intermittente dont on n a pas besoin...puisque le pays se desindustrialise et qu on consomme moins
Et en plus faut les changer tous les 15 ans...😂😂😂
a écrit le 08/10/2019 à 21:26 :
Je suis pour la libre entreprise totale, donc pour la fin des subventions réelles ou déguisées à la construction d'éoliennes. Les entreprises doivent se rentabiliser seules face au marché. c'est ça le capitalisme.
a écrit le 08/10/2019 à 20:19 :
"les éoliennes sont aujourd'hui recyclables à 95% "

y compris le massif en béton de 200 tonnes enfouis dans le sol ??? comme les blockhaus de la dernière guerre qui sont encore là 70 ans après parce qu'on ne sait pas les détruire comme les bases sous marines de Bordeaux ou d'ailleurs.
Réponse de le 09/10/2019 à 9:25 :
Bonjour, aujourd’hui certains exploitants (de plus en plus d'ailleurs) retirent les massifs en bétons et les recyclent lors des repowering ou remise en état des sites.
a écrit le 08/10/2019 à 20:06 :
400 fromages et 5500 associations (financées par qui?) dont le but est d'interdire l'installation d'éoliennes, où que ce soit.

D'où le retard pris et le fait qu'on a flingué nos propres constructeurs de machines il y a 10 ans, ce qui fait qu'on les achète à l'étranger et qu'elles sont installées par des ouvriers étrangers.
a écrit le 08/10/2019 à 19:32 :
"notamment sur les installations en mer"

couplées aux marées motrices cela fait déjà un potentiel gigantesque sinon je vois que l'objection sur le bruit n'a pas été démentie, sur les terrestres seulement je me doute mais on peut aussi se questionner en mer du coup... Où en est on ?

Parce que si c'est bruyant il est logique que les gens le refusent.
a écrit le 08/10/2019 à 17:43 :
plus de 400 fromages et 5500 associations dont le seul but est d'empêcher l'implantation d'éoliennes.
a écrit le 08/10/2019 à 16:46 :
8000 éoliennes pour 5% de l'électricité produite mais je respire elles sont renouvelables à 95% et il y a de la "gratte" pour les propriétaires des terrains.
Réponse de le 09/10/2019 à 8:31 :
5% d'une électricité intermittente qui arrive donc de manière aléatoire quand on en a pas forcément besoin ou dont on ne sait quoi faire. En l'absence de solutions viables de stockage, cette électricité, par ailleurs très difficile à gérer, doit donc être toujours suppléer par des filières pilotables, ce qui conduit à surdimensionner les capacités de production en puissance disponible. Tout ceci à un énorme coût dont l'estimation n'est bien sûr pas prise en compte dans le prix du MWh éolien!
Au delà du bruit audible dans certaine conditions de vent et du bruit inaudible (infrasons) dont la dangerosité reste posée, le principal inconvénient reste la défiguration des paysages le jour (la vue directe d' éoliennes de plus de 180m de haut à 1000m de chez modifie pour le moins votre regard sur la nature qui vous entoure) et les flashs lumineux la nuit.
Quant au démantèlement, dire que celui ci ne s'élève qu'à 30000€ par éolienne est un mensonge éhonté qui discrédite encore plus cet article de propagande. Pour le socle en béton armé, pas de souci, il restera de toute façon dans le sol avec la bénédiction de la loi française qui oblige seulement une remise à l'état initial sur 2m mètres de profondeur en zone forestière (1m en zone agricole) alors que pour les éoliennes actuelles de grande hauteur, 90% de ce socle en béton est enterré à plus de 2m de profondeur!
L'éolien terrestre est un désastre écologique doublé d'un désastre économique qui ne permet même pas de résoudre la problématique de diminution des gaz à effet de serre (voir le bilan actuel allemand et à terme le bilan français avec à la fois le triplement programmé du nombre d'éoliennes et la diminution du nombre de réacteurs nucléaires).
Réponse de le 09/10/2019 à 9:32 :
Cher Jardinier, je rajouterais que l'excellence des avocats conseils au service des financeurs doivent bénéficier d'un réseau de holdings et de sociétés-écrans qu'ils peuvent mettre en faillite quand ils le souhaitent pour éviter de payer, en fin de compte restera le contribuable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :