Nucléaire : lourde perte en vue pour Toshiba

 |   |  399  mots
Jusqu'à présent, le groupe, qui fabrique aussi bien des semi-conducteurs que des ordinateurs, ascenseurs, robots ou réacteurs nucléaires, table pour l'année comptable en cours (avril 2016 à mars 2017) sur un bénéfice net de 1,2 milliard d'euros.
Jusqu'à présent, le groupe, qui fabrique aussi bien des semi-conducteurs que des ordinateurs, ascenseurs, robots ou réacteurs nucléaires, table pour l'année comptable en cours (avril 2016 à mars 2017) sur un bénéfice net de 1,2 milliard d'euros. (Crédits : © Reuters Staff / Reuters)
Après avoir déjà annoncé une dépréciation d'actifs de l'ordre de 2,4 milliards d'euros pour sa filiale nucléaire en avril, le géant japonais a annoncé mardi que la perte de valeur s'élèverait une nouvelle fois à plusieurs milliards de dollars pour l'exercice 2016-2017.

Le nucléaire ne réussit pas à Toshiba. Le conglomérat industriel japonais a annoncé mardi qu'il risquait de devoir enregistrer pour 2016-2017 une dépréciation d'actifs faramineuse sur la valeur d'une société américaine rachetée l'an passé par sa filiale Westinghouse. L'annonce est intervenue après la fermeture de la Bourse de Tokyo où son action a dévissé de 11,62% à 391,6 yens sur la foi des rumeurs qui couraient depuis la nuit et que le groupe a ainsi confirmées.

Toshiba avait auparavant estimé qu'il devrait effectuer une dépréciation de l'ordre de 870 millions de dollars sur la valeur de la société CB&I Stone & Webster (S&W) rachetée il y a un an à l'américain Chicago Bridge & Iron par sa filiale locale Westinghouse. "A présent, nous pensons que la dépréciation peut atteindre un niveau de plusieurs milliards de dollars", a expliqué Toshiba dans un communiqué. En avril, déjà, l'entreprise avait annoncé une dépréciation de 2,4 milliards d'euros pour l'exercice 2015-2016.

Toshiba déchante

La firme était pourtant enthousiaste il y a un an quand la compagnie se félicitait du rachat de S&W. "L'acquisition de cette entreprise va soutenir le développement de Westinghouse dans le domaine de la décontamination, du démantèlement et de l'assainissement des sites nucléaires", avait insisté Toshiba à l'époque.

Toshiba dit ne pas avoir encore déterminé quel serait l'impact final sur ses comptes, mais a promis de rendre publique la révision de ses prévisions de résultats dès que les conclusions seront connues.

Bénéfice de 1,2 milliard d'euros prévu

Jusqu'à présent, le groupe, qui fabrique aussi bien des semi-conducteurs que des ordinateurs, ascenseurs, robots ou réacteurs nucléaires, table pour l'année comptable en cours (avril 2016 à mars 2017) sur un bénéfice net de 145 milliards de yens (1,2 milliard d'euros) et un profit opérationnel à 180 milliards de yens, le tout pour un chiffre d'affaires de 5.400 milliards de yens (-4,7% sur un an).

Tenant compte des règles comptables américaines et échaudé par des critiques sur le manque de transparence de ses calculs financiers après des maquillages de pertes durant des années, Toshiba, société placée sous surveillance à la Bourse de Tokyo, se montre désormais un peu plus loquace qu'auparavant.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2016 à 17:16 :
Vraiment 'cest devenu du theatre ça,comment se fait-il qu'on continue à parler Nuccleaire aujourd'hui pourtant on a laisser croire qu'ils sont entrain de le combattre?C'est en tout cas très désolant ça.Merci!
a écrit le 28/12/2016 à 9:12 :
Encore des commentaires antinucléaires partisans complètement décalés avec l'article.
Pour ceux qui savent lire c'est pas la filière nucléaire qui est en cause ici. Pour tourner court aux affirmations assénées, le GIEC recommande le développement du nucléaire civil pour tenter d'éviter le pire en matière de GES.l'ennemi majeur c'est la combustion.
Les gouvernants Français l'ont traduit dans , poussés par les écolos finalement plus que gris dans remplaçons la non production de carbone de nucléaire par les ENR intermittentes. c'est encore du tout faux, c'est le problème majeur ,sans stockage de masse de l’Électricité c'est illusoire en France, ruineux et contre productif en effet depuis Grenelle nous avons une envolée de nos GES produits due à la compensation des contraintes engendrées par les ENR. Les ENR ont couté plus de 30mds d'euros aux contribuables Français pour moins de 1% de production. et ces 30mds ont fait travailler les Chinois, les Portugais et Espagnols et les travailleurs des pays de l'Est. De plus ils génèrent des biais énormes dans la répartition des dotations aux communes cela s’appelle de la grivèlerie d'état. Ouvrez les yeux c'est le moment de pousser nos politiques dans leur retranchement,il y va de l'avenir de notre nation tout simplement,car nous sommes tout petits ,gonflés d’orgueil et par un niveau de dette irremboursable la proie de prédateurs notamment dans le secteur.
a écrit le 27/12/2016 à 13:27 :
Que ce soit au japon, en france ou n'importe où dans le monde, l'énergie atomique - qui est complètement dépassée, inutile et criminogène - n'a jamais été, n'est pas et ne sera jamais rentable. Par contre, grâce aux copinages plus que douteux entre les sociétés véreuses actives dans le secteur et les politiciens corrompus, les con-sommateurs payent leur électricité jusqu'à trois fois le prix réel. Bref, ils se font escroquer de 300 %, comme c'est le cas en france. Et on ne parle même pas du fait que, en france notamment, la carte des cancers est un vrai copié-collé de celle des implantations atomiques, centrales, décharges... Toujours mafieuse, criminogène, obsolète et complètement dépassée à tous niveaux, l'énergie atomique est une hérésie à laquelle ne s'accrochent que des politiciens à l'honnêteté plus que douteuse et un populo décérébré qui a, lâchement, la peur du changement. Tchernobyl Fukushima., Three Miles Island et d'autres passés sous silence... L'énergie atomique est un crime contre l'humanité. Plus près de nous, la question que se posent les vrais responsables n'est pas de savoir si une centrale atomique va nous péter à la gueule en france ou en belgique, mais quand. A ce moment là, ceux qui se croient intelligents en défendant l'énergie atomique accoudés au comptoir du café du commerce, hurleront à l'irresponsabilité. S'ils ne sont pas morts avant. S'ils n'agonisent pas dans des décombres ou sur un grabat d'hôpital. Ils croient vouloir de l'énergie atomique. Ils vont en payer le prix. Le prix fort !
Réponse de le 27/12/2016 à 20:10 :
C'est de l'éthique de la conviction, autrement dit c'est vrai par ce que j'y croit. Mais la réalité c'est que techniquement aujourd'hui on ne sait pas produire la même quantité d'électricité autrement qu'avec du charbon ou du fuel, alors côté écologie il y aurait à redire...
Réponse de le 28/12/2016 à 1:34 :
@ Phidias : complètement faux votre affirmation. La montée en puissance des renouvelables est très supérieure au nucléaire dans le monde est beaucoup de pays arrivent à près voire plus de 50% de renouvelables sans problème en réduisant le part des énergies fossiles. C'est plus compétitif que le nucléaire, sans déchets de plus de 100.000 ans, sans les risques, recyclable à près de 100% et la ressource est locale, indépendante et avec une pollution minimale sur tout leur cycle.
a écrit le 27/12/2016 à 11:42 :
Il semble que le nucléaire français n'est pas le seul à connaître de sérieuses difficultés...
a écrit le 27/12/2016 à 10:47 :
C'est étrange comme même au Japon, avec une multinationale aussi sérieuse et efficace que Toshiba, mais liée au nucléaire on se permette de penser qu'on a pas à rendre de comptes, du moins tous les comptes.

Le nucléaire, cette erreur majeure que l'on peut payer à moyen terme bien trop cher. Entre les mains du public c'est la catastrophe et entre les mains de privés c'est un désastre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :