LTDE

Energie : Lyon joue la carte du chauffage urbain

 |   |  665  mots
La transition énergétique à Lyon représente une opportunité de développement économique
La transition énergétique à Lyon représente une opportunité de développement économique (Crédits : Jasckal - Fotolia)
La Transition énergétique est lancée en France et en Europe. Mais qu’en est-il des enjeux à l’échelle des grandes métropoles de notre territoire ? La Tribune de l’Énergie a interrogé Roland Crimier, vice-président de la Métropole de Lyon en charge de la transition énergétique.

La Tribune de l'énergie : Lorsque l'on parle de transition énergétique, à quoi pensez-vous ?

Roland Crimier : C'est un mouvement qui conjugue différentes dimensions en tête desquelles figure la réduction nécessaire du recours aux énergies fossiles. Il s'agit aussi d'opérer un changement sociétal au niveau de nos habitudes de consommation et de nos déplacements.

Enfin, pour ce qui concerne des territoires comme celui de la métropole du Grand Lyon, la transition énergétique représente une véritable opportunité de développement économique.

LTDE : À quels enjeux énergétiques la métropole de Lyon est-elle confrontée ?

R.C. : Les problématiques demeurent les mêmes au niveau national et au niveau local : nous faisons face à une hausse de la consommation énergétique et à une raréfaction de certaines sources. Dans le cadre du Schéma directeur énergies lancé en 2015, nous avons produit un diagnostic énergétique. On a ainsi pu établir que le territoire du Grand Lyon consomme environ 33 TWh avec une forte part du résidentiel et de l'industrie.

Cette première étape permet d'identifier les leviers à actionner, valide des démarches comme Ecoréno'v et nous offre la possibilité d'échanger des données avec les partenaires du secteur tels qu'Enedis ou Dalkia.

LTDE : Quelles solutions ont été mises en place ? Pour quel investissement ?

R.C. : Il y a trois actions emblématiques. D'abord, la plateforme Ecoréno'v qui vise à réduire la précarité énergétique en soutenant la rénovation des bâtiments existants. Cette action, lancée en 2015, représente une subvention de 30 millions d'euros et a déjà permis la réhabilitation de 1 200 logements.

L'Appel des 30 de la vallée de la chimie est un projet symbolique de la dynamique engagée. Il s'agit, à travers un appel à projet, de permettre l'implantation de sites photovoltaïques, de centrales biomasses ou de paysages productifs sur des terrains en friche. Un tel dispositif permettra, par exemple, de doubler notre parc de panneaux solaires. Enfin, le Grand Lyon dispose du deuxième réseau de chaleur urbaine derrière Paris. Le choix de le développer afin de tripler son utilisation d'ici 2030 reste donc capital. Il s'agit d'une énergie existante, renouvelable et locale qui génère un gain immense, à la fois en termes économiques et sociaux.

« Les smart grids, une brique importante dans la dimension sociétale de la transition énergétique »

LTDE : La métropole de Lyon fait partie des pionnières sur les smart grids et des villes tests pour des innovations comme Linky. Que vous apportent ces expérimentations ?

R.C. : Les smart grids constituent une brique importante dans la dimension sociétale de la transition énergétique. Nous avons effectivement fait office de territoire test pour les compteurs communicants, de Linky à Gazpar, en passant par Téléo. Ce sont des capteurs individuels qui permettent une véritable action collective en donnant à chaque citoyen une lecture de sa consommation énergétique et des moyens de l'améliorer. Derrière les smart grids, l'enjeu reste l'appropriation collective de la transition énergétique. Ces expérimentations nous offrent aussi la possibilité de cibler les investissements futurs et de réfléchir, en amont, à une meilleure construction des infrastructures.

LTDE : Les Lyonnais sont-ils réceptifs à ces questions ?

R.C. : En tant qu'élu local mais aussi en tant que simple citoyen, je sens bien que les interrogations qui tournent autour du « mieux vivre » sont de plus en plus importantes pour nos habitants. Comment est-ce que je peux moins polluer, mieux manger, améliorer ma façon de me déplacer ? Toutes ces questions animent les débats. Afin d'avoir un meilleur retour des habitants sur ces questions, mais aussi de mieux échanger avec eux sur nos projets, nous publierons, dès 2018, la première édition du baromètre de l'énergie. Grâce à ce panel, nous pourrons mieux comprendre leur vision de la transition énergétique et co-construire avec eux la ville de demain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :