LTDE

Le biogaz, une ambition franco-allemande

 |   |  576  mots
(Crédits : Noxmox - Fotolia.com)
Produit localement à partir de sources renouvelables, le biogaz est une filière sur laquelle parient la France et l’Allemagne, même si ses coûts de production restent plus élevés que le prix du gaz fossile.

Plateforme d'information experte en matière d'énergies renouvelables, l'office franco-allemand pour la transition énergétique (Ofate) s'efforce depuis 2006 d'aider les deux nations phares de l'Union européenne à s'inscrire sur la voie des énergies bas carbone, en facilitant l'échange d'informations entre les différents acteurs de part et d'autre du Rhin. Chaque année, la plateforme organise une conférence binationale sur un thème particulier. L'édition 2019, qui se tiendra ce jeudi 4 avril dans les locaux du ministère de la Transition écologique solidaire à Paris-La Défense, s'intéressera ainsi au biogaz, domaine de compétences de Lena Müller-Lhose, chargée de mission bioénergies de l'Ofate.

La Tribune de l'énergie : D'où vient le biogaz et à quoi sert-il ?

Lena Müller-Lhose : C'est un combustible produit par la fermentation de matières organiques en l'absence d'oxygène. Il peut être utilisé comme carburant pour les moteurs thermiques ou être injecté dans le réseau de gaz pour le chauffage ou les usages ménagers.

LTDE : Quel intérêt a-t-il par rapport au gaz naturel ?

L.M.-L. : Il est issu de matières premières renouvelables : les végétaux, les déchets ménagers organiques, les résidus agricoles... alors que le gaz naturel est d'origine fossile. Brûler du biogaz permet aussi de limiter l'effet de serre puisque le biogaz est principalement composé de méthane, l'un des gaz dont l'effet de serre est le plus puissant, et qu'en brûlant il se transforme en CO², un gaz à effet de serre mais beaucoup moins puissant.

Lire aussi : Dans les coulisses d'une usine de biogaz

LTDE : L'Allemagne est leader de la production de biogaz en Europe et la France a des objectifs très ambitieux dans ce domaine. Est-ce un choix concerté ?

L.M.-L. : Non, l'Allemagne a développé sa filière biogaz plus tôt que la France, mais ses choix techniques sont différents. Une bonne partie du biogaz allemand est produit à partir de maïs cultivé et il est ensuite brûlé dans des générateurs pour produire de l'électricité. En France, on utilise surtout les déchets et les résidus agricoles pour produire du gaz que l'on va en priorité injecter dans le réseau de distribution. Outre ces différences techniques, l'Allemagne et la France n'ont pas le même régime d'aides et de tarifs garantis pour les producteurs de biogaz.

LTDE : La filière est en plein développement, les gouvernements en parlent beaucoup, mais la part du biogaz dans le mix énergétique franco-allemand est encore très faible. Comment cela s'explique-t-il ?

L.M.-L. : Ses coûts de production restent supérieurs au cours actuel du gaz naturel d'origine fossile ; il n'est donc pas compétitif sur le marché s'il n'est pas aidé par les pouvoirs publics. Mais ces derniers ont des ambitions élevées. En France, par exemple, il est prévu que la gaz issu de sources renouvelables représente au moins 10% de la consommation gazière du pays en 2030, alors que cette part n'est que de 0,15% actuellement.

LTDE : C'est à cela que s'intéressera votre conférence du 4 avril ?

L.M.-L. : Oui. L'idée, c'est de partager les expériences conduites dans les deux pays pour envisager les meilleures voies d'avenir et identifier les meilleures pratiques chez les uns et chez les autres.

Lire aussi : Les voitures électriques ont leur câble de recharge intelligent

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :