LTDE

Les réseaux de chaleur et de froid poursuivent leur développement

 |   |  416  mots
Les réseaux de chaleur et de front favorisent de plus en plus la transition énergétique.
Les réseaux de chaleur et de front favorisent de plus en plus la transition énergétique. (Crédits : PIXABAY COM Zapan09)
Selon la dernière enquête annuelle du Syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation urbaine, les réseaux de chaleur et de froid ont accéléré en 2016 leur contribution à la transition énergétique.

Pour l'année 2016, 669 réseaux ont répondu à cette enquête, menée avec la Fédération des services énergie environnement (Fedene). Ils sont répartis dans environ 600 villes à travers la France.

Des réseaux de plus en plus nombreux à être neutres en carbone : ils étaient 90 dans ce cas en 2015, pour 122 en 2016.

Pour rappel, dans le cadre de la transition énergétique, la loi a fixé pour objectif de multiplier par cinq le volume d'énergies renouvelables et de récupération livrées par les réseaux de chaleur et de froid d'ici 2030.

Voici quelques-uns des chiffres-clés à retenir de cette enquête :

24 643 GWh

Le volume total livré par l'ensemble des réseaux de chaleur sur l'année 2016, lesquels s'étendent sur 5 015 kilomètres. Les infrastructures, précise le document, « ont crû de 5% par rapport à 2016 ». 80% d'entre elles sont renouvelables (pour 86% du total des livraisons de chaleur). Depuis 2009, leur nombre a doublé en France.

67%

C'est la part des réseaux de chaleur qui utilisent le gaz naturel, ce qui en fait ainsi la ressource la plus courante (la plupart des réseaux étant multi-énergies). Suivent la biomasse (65%, première ressource renouvelable), les fiouls (28%), la chaleur issue des usines de valorisation énergétique (11%). 45% des réseaux de chaleur utilisent deux

28%

La proportion de réseaux équipés d'une installation de cogénération. Leur nombre est en baisse légère ces dernières années : ils étaient ainsi 29% en 2015 et 32% en 2014.

102

Le nombre de réseaux de chaleur que comptait la région Ile-de-France en 2016. Soit un total de 1 719 kilomètres de longueur, pour 13 470 points de livraison. C'est en Bretagne qu'on en recense le moins (22, la Corse ayant été groupée avec la région Paca)

22

Le nombre de réseaux de froid répartis sur le territoire. D'une longueur totale de 200 kilomètres, ils comptent 1 137 points de livraison pour 231 GWh consommés. « La demande en froid est en hausse constante. Les réseaux de froid sont des outils extrêmement efficaces pour produire du froid et lutter en même temps contre les îlots de chaleur. Ils permettent aussi de plus en plus de mobiliser des énergies renouvelables et de récupération », notent les auteurs de l'enquête.

900 GWh

Le total des livraisons de froid pour l'année 2016. Elles concernent, pour 97%, des bâtiments abritant des activités tertiaires mais aussi des bureaux, hôpitaux ou encore aéroports. Le résidentiel et l'industriel ne pèsent respectivement que 1 et 2% des livraisons.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :