LTDE

5 leviers pour mieux gérer l’énergie dans les villes

 |   |  960  mots
(Crédits : Reinhard Sester)
Bien que les villes n’occupent que 2% de la surface du globe, elles consomment 75% de l’énergie produite et sont à l’origine de 80% des émissions de CO2. Dans ce contexte, les agglomérations se doivent d’orienter leurs politiques d’aménagement de façon à minimiser leur dépendance énergétique. En France, les villes entament leur révolution énergétique, chacune à sa manière.

Miser sur la construction et le bâtiment comme Grenoble - Alpes Métropole

Qualifiée de « ville durable exemplaire » par le gouvernement, Grenoble a lancé, en 2003, le premier écoquartier de France.

La ZAC de Bonne a remporté le Grand prix national du palmarès des écoquartiers en 2009 pour ses bureaux à énergie positive, ses toitures équipées de panneaux photovoltaïques, ses bâtiments de conception bioclimatique et son système de co-génération au gaz naturel et de rafraîchissement par pompes à chaleur via l'eau des nappes phréatiques. Le quartier de la Villeneuve est également reconnu comme le premier projet de renouvellement urbain et social en France.

La ville a l'avantage de posséder ses propres acteurs énergétiques. La Société d'Economie Mixte (SEM), Gaz Electricité de Grenoble (GEG) et la Compagnie de chauffage intercommunale de l'agglomération grenobloise (CCIAG) qui jouent un rôle majeur dans la planification de l'énergie. Cela facilite la mise en place de coopératives de réseaux de distribution de l'électricité intégrés et thermique, la gestion de l'énergie, la gestion dynamique des ressources en eau et la promotion des ressources énergétiques durables.

Sensibiliser ses habitants grâce aux smart grids, le choix du Grand Lyon

La ville de Lyon a choisi de sensibiliser sa population à la maîtrise de l'énergie via les réseaux intelligents. Plusieurs expérimentations sont en cours. Depuis 2011, 175.000 logements ont été équipés de compteurs communicants « Linky » d'ERDF.

Le projet Lyon Smart Community mise sur la participation du citoyen pour optimiser la gestion des énergies. Grâce aux compteurs intelligents pour l'électricité, le gaz et l'eau, la ville a mis en place un système de gestion commun des données sur la consommation énergétique du quartier. Lyon Confluence a pour vocation de devenir un modèle en termes de quartier à efficience énergétique.

GreenLys, en partenariat avec Grenoble, est aussi un projet de réseau intelligent. Il se concentre sur le déploiement d'outils permettant d'équilibrer la production d'énergie (photovoltaïque, éolien, co-génération), de fournir des services aux clients pour limiter les coûts d'approvisionnement. Pour l'instant, le projet est mené dans les 4ème, 5ème, 6ème et 9ème arrondissements de Lyon ainsi que dans le quartier de La Confluence (2ème).

Autre exemple, Smart Electric Lyon est un projet de démonstrateur dans lequel l'usager est au cœur de l'expérimentation. 10.000 foyers du quartier de la Part Dieu seront équipés de nouveaux matériels électriques, les données recueillies participeront à l'optimisation des réseaux de distribution.

Développer les transports alternatifs, le cas de la Communauté urbaine de Strasbourg

Strasbourg compte porter de 20 à 30% la part des énergies renouvelables dans sa consommation d'énergie d'ici 2020. Elle est l'une des villes les plus innovantes en matière d'éco-mobilité et encourage l'utilisation des transports en commun ou du vélo.

De 2010 à 2013, la Communauté urbaine de Strasbourg a expérimenté, avec EDF et Toyota, un système de véhicules hybrides rechargeables pour les entreprises et les organismes de collectivités locales. Strasbourg a également restructuré son réseau de bus, développé l'autopartage (via le projet Cristal-Cats de véhicules électriques en libre-service) et les pistes cyclables.

La ville possède aussi le premier réseau de tramway de France couvrant 56 km avec six lignes, 69 stations et 300 000 passagers chaque jour.

Profiter de son environnement, Nantes-Saint Nazaire et les EMR

Le 19 mai dernier, la Convention internationale des Energies Marines Renouvelables (EMR) se tenait à Nantes. Premiers sites d'expérimentation en mer pour les EMR, les Pays de la Loire ont prévu d'investir 180 millions d'euros dans ce domaine d'ici 2020.

EDF énergies renouvelables a décidé d'y implanter son centre de supervision des projets éoliens en mer en 2017. Et la région vient de lancer WEAME (West Atlantic Marine Energy) pour développer au maximum la recherche et développement, la formation et l'innovation dans ce domaine.

La politique énergétique durable de Nantes-Saint Nazaire ne se limite pas aux EMR. La métropole fait partie des 13 Eco-Cité nominées par le Ministère de l'Ecologie. Nantes a été élue « Capitale Verte de l'Europe en 2013 » par la Commission européenne. En dix ans, sa consommation en énergie a baissé de 6.2% tandis que la surface des bâtiments augmentait de 18%.

Se servir des énergies pour se développer économiquement, l'objectif de Nice Côte d'Azur

Au vu des difficultés d'approvisionnement en électricité que rencontre la région PACA, Nice Côte d'Azur a un intérêt supplémentaire à miser sur les énergies durables. Cette métropole a fait de la ville durable et connectée un levier économique en s'associant avec de grandes entreprises.

Elle est réputée pour son programme « Nice Grid » visant à instaurer un réseau intelligent pour mieux répondre aux besoins en énergie de sa population. 300 familles et 11 industriels ont déjà été équipés de 2.500 compteurs Linky. Sur la commune de Carros, site pilote du projet, ce sont  80% des équipements qui ont été changés. ERDF teste un nouveau système de stockage d'énergie, sur la zone industrielle de cette commune, pour alimenter les quartiers grâce au photovoltaïque. « Nice Grid » a nécessité un investissement de 30 millions d'euros de la part de ses 10 partenaires.

Outre le programme « Nice Grid », la métropole a mis en place le premier service de véhicules électriques en autopartage à grande échelle. Dans certains écoquartiers, comme celui de Cap Azur, elle a instauré un système de « dérivation de réseaux » pour récupérer les eaux usées afin de produire de l'énergie. Ce système a été récompensé en 2011 par le prix « Performances Ecologiques mention Innovation ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :