LTDE

Bois énergie : de la forêt à la chaufferie

 |   |  241  mots
Quatrième patrimoine forestier d'Europe par sa superficie, la France a consommé près de 10 millions de tonnes équivalent pétrole de bois énergie en 2012. Aussi appelé bois de chauffe, elle est la principale source d'énergie renouvelable en France.

Dans cette forêt de hêtres et de chênes située au nord de l'île-de-France,  les exploitants forestiers coupent les arbres destinés au chauffage, aussi appelé: bois-énergie.

Principale ressource renouvelable en France, le bois énergie est fait à partir d'arbres de plus petit diamètre et de qualité inférieure, les autres étant destiné à l'ameublement. Arnaud Fortin - Chargé d'approvisionnement - ONF Energie

Pour les petits bois, on a une désignation d'arbres d'avenir. Les arbres ceinturés en jaunes sur lesquels on enlève en général les tiges les moins bien conformées, les plus "vilaines" pour vraiment détasser le nombre de tiges importantes dans des jeunes peuplement et favoriser leur croissance.

Ces arbres sont ensuite broyés et transformés en plaquettes forestières afin d'alimenter les chaufferies biomasses. Des installations qui se sont multipliées ces dernières années comme à Stains, dans le département de Seine-Saint-Denis où la chaufferie est reliée au réseau de chaleur de la ville. Céline Toubeau - Responsable d'approvisionnement chaufferies biomasse - Cofely

Cette chaufferie biomasse avec une puissance de 2x8 Mégawatt permet d'être alimentée par 40.000 tonnes de biomasse. Elle est intégrée au réseau de la ville de Saint-Denis, qui, à lui-même, permet de chauffer 40.000 logements.

 L'île-de-France compte plus de 70 chaufferies biomasses. Le bois énergie représente 80% de la production de chaleur renouvelable en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2015 à 9:57 :
Et si la croissance annuelle des arbres de toutes les forêts de France était supérieure au besoin pour chauffer tous les batiments et maisons du pays ?
n.b. le rejet de CO2 lors de la combustion correspond à l absortion de CO2 par le feuillage. C est un bilan neutre !!!
a écrit le 01/10/2015 à 15:18 :
à douze: les forêts ne chôment pas, elles ont déjà bien assez de "travail" pour absorber le CO² émis par les autres sources. Si on remplace les centrales nucléaires, par exemple, par la combustion de la biomasse (il en faudra d'énormes quantités), la quantité de CO² produite par cette combustion viendra s'ajouter à toutes les sources existantes. Or on nous dit sur tous les tons qu'il faut réduire les émissions, alors il faudrait savoir !
Pour absorber du CO², il faudrait couper régulièrement des arbres et ... les enterrer, (ou les immerger) afin qu'ils n'émettent pas de CO² en se décomposant, mais surtout pas les brûler.
a écrit le 25/09/2015 à 17:39 :
C'est exact, mais alors il ne faudra pas se plaindre des émissions de CO² !
Réponse de le 27/09/2015 à 19:47 :
Votre affirmation est erronée: le bois consommé émet effectivement du CO2 lors de sa combustion qui est lui même capté par les arbres qui poussent dans la forêt gérée durablement par l'ONF. Le bilan carbone est donc quasi nul (je ne compte pas ici l'énergie nécessaire pour le transport et la construction de la centrale par ex.). Ceci est vrai tant que la surface de forêt exploitée reste stable (on équilibre le bilan). On est bien sur une énergie renouvelable sans doute plus que ne l'est le solaire. En revanche il faudra faire attention aux émissions de particules fines...
Réponse de le 28/09/2015 à 10:21 :
Oui mais il n'y a pas de logiciel pervers permettant de minimiser l'émission de CO2 et de particules , alors que les VW émettaient 10 à 40 fois plus d'oxyde d'azote que les tests bidons ne l'indiquait . Quand on nous disait que 100 000 cheminées à foyer ouvert polluaient autant que les diesels, c'était en fait négligeable !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :