[#PLTJE 2015] Prix du Jeune Entrepreneur : et les gagnants sont...

 |   |  1702  mots
(Crédits : DR)
Près de 1.000 jeunes ont posé leur candidature pour cette 3e Edition des Prix La Tribune Jeune Entrepreneur (#PLTJE]. Le jury a sélectionné, avec bien des difficultés, les lauréats 2015. Voici, en quelques lignes, les portraits des gagnants de chaque catégorie...

Catégorie Green Business

Eric Petitjean - Dynapse, Drive des épouvantails
28 ans, Nord-Est

Eric Petitjean

Quand Internet déboule dans les potagers et les vergers. Avec le Drive des épouvantails, les agriculteurs peuvent désormais écouler plus sereinement leur récolte. La solution de la TPE informatique est simple : créer une boutique en ligne ou un site Internet pour les producteurs, tout en prenant en charge la réalisation d'outils marketing sur le web, une commission étant prélevée sur chaque vente.

Ensuite, le consommateur peut venir chercher ses produits aux points de retrait « Drive », qui sont physiques. Ce sont soit des points de vente collectifs où les producteurs locaux sont réunis, soit des magasins de producteurs individuels, soit des commerçants indépendants travaillant en direct avec les producteurs. Pour les magasins, l'opération est intéressante : ils constatent grâce au Drive une hausse de 3% à 4% de chiffre d'affaires additionnelle.

L'idée du Drive des épouvantails apparaît aussi dans un contexte où la clientèle des producteurs pratiquant la vente directe est vieillissante. En parallèle, les producteurs sont trop peu présents sur Internet. Par le biais du web, Drive des épouvantails tente donc de rapprocher la nouvelle génération avec les produits de l'agriculture locale, et ainsi de recréer un lien social et économique entre les villes et la campagne. Fin 2014, 20 Drives des épouvantails étaient lancés dans 8 régions françaises. Le rythme d'ouverture est de deux drives par mois.

Catégorie Industrie

Gautier Papon - Argolight
28 ans, Sud-Ouest

Gautier Papon

La Start-up Argolight conçoit, développe et commercialise une technologie brevetée unique au monde de fluorescence structurée ultrastable pour les secteurs pharmaceutiques, de la cosmétologie ou, plus globalement, de la recherche médicale - en cancérologie notamment.

Concrètement ? La TPE conçoit et produit des lames de verres, appelées Argo-M, permettant d'étalonner certains microscopes. Très précise, la technologie Argolight a séduit car elle permet d'assurer la qualité des systèmes en minimisant le temps dédié à cette tâche, tout en respectant la démarché qualité et les normes. La solution d'Argolight analyse les images, affiche le suivi, archive les résultats et génère des rapports qualité automatiquement.

Elle permet d'obtenir des résultats certifiés comparables sur de longues périodes de temps, sur différents systèmes, même éloignés les uns des autres. Ainsi, différentes équipes de recherche peuvent échanger des résultats plus efficacement. Parallèlement, Argolight finalise une solution spécialement conçue pour le secteur pharmaceutique en phase de recherche, pré-clinique et clinique, avec, à la clé, un coût en temps divisé par 30 pour le suivi qualité et une augmentation de la fiabilité des résultats. L'entreprise a d'ores et déjà recruté quatre personnes. Elle a dégagé un chiffre d'affaires annuel de 175.000 euros.

Catégorie Numérique

Julien Hervouët - iAdvize
32 ans, Ouest

Julien Hervouet

Les robots ne prendront pas le pouvoir ! Entrons en résistance ! Telles pourraient être la devise de la société iAdvize. Son crédo : aider les entreprises à améliorer leurs ventes en ligne et la satisfaction de leurs clients. Comment ? En donnant à ces relations commerciales 100% « connectées » une véritable dimension humaine. Eh oui, derrière les écrans des ordinateurs, il y a des hommes et des femmes ! C'est simple comme un clic. Mais encore fallait-il y penser.

Cofondée en février 2010 par Julien Hervouët et Jonathan Gueron, la nantaise iAdvize permet aux entreprises d'interagir en temps réel avec les internautes qui visitent et qui consomment sur leur site par Click to Chat, Click to Call et Click to Video, permettant ainsi de faire progresser le taux de conversion et d'optimiser la fidélisation et la satisfaction client.

Principalement présente en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Espagne, la société - avec ses 80 collaborateurs - a déjà accroché à son palmarès quelques grands comptes prestigieux: Fnac.com, cDiscount, Rue du Commerce, Numéricable, Boursorama, La Poste, Air France, Banque populaire ou encore Pôle Emploi, entre autres, font déjà partie du millier d'entreprises inscrites dans son fichier clients en Europe.

En 2015, les ambitions du tandem sont claires : poursuivre l'internationalisation de leur entreprise et proposer de nouvelles solutions innovantes à leurs clients pour faire passer le chiffre d'affaires de 4,5 millions d'euros en 2014 à 7 millions d'euros cette année.

Catégorie Services

Antoine Le Conte - Polabox
29 ans, Île-de-France

Antoine Leconte

Les petites photos souvenirs prises à la va-vite sont très à la mode en cette deuxième décennie du 21e siècle. Les deux fondateurs de la start-up Polabox l'ont bien compris et souhaitent devenir les leaders de l'impression de photo mobile en Europe en 24 mois. Ils proposent un nouveau moyen d'imprimer ses photos prises avec son smartphone en format Polaroid par exemple, et de les recevoir en quelques jours à son domicile.

Polabox envoie ses photos dans des petits boîtiers originaux à ses clients et propose aussi d'imprimer les photos sur des posters, des sous-bocks, des tasses et autres coques de smartphone. Le succès va au-delà des particuliers. Nutella a par exemple déjà sollicité les services de Polabox dans le cadre de son 50e anniversaire. Polabox a aussi visiblement déjà séduit en Espagne, où le bureau ouvert en juillet 2014 représentait déjà 15% des ventes de la startup au mois de novembre. En 2015, l'entreprise cofondée par Antoine Le Conte se lance à la conquête du marché anglais, avant de s'attaquer à l'Allemagne, au Benelux et aux pays nordiques.

Polabox prévoie également de proposer une offre d'abonnement photo, qui est déjà en test, afin de séduire toujours plus de consommateurs. Jamais autant de photos n'ont été prises dans l'histoire de l'humanité. Et les fondateurs de Polabox comptent bien surfer sur cette vague.

Catégorie Social Business

Ramzi Harbi - Association "En piste l'artiste !"
29 ans, Nord-Est

Ramzi Harbi

Alors que le virage du numérique est un vrai casse-tête pour l'Education nationale, les initiatives émanant de la société civile sont les bienvenues. "En Piste l'Artiste!" apporte dans ce cadre des innovations sociales tout à fait intéressantes sur ce segment ô combien fondamental pour l'avenir. La structure fondée par Ramzi Harbi est une association spécialisée dans la démocratisation de la culture avec, comme outils principaux, les pratiques ludo-éducatives.

« En Piste l'Artiste ! » propose une pédagogie alternative mêlant le jeu et la manipulation afin de promouvoir les arts et les sciences auprès des jeunes. Elle dit être notamment une solution pour la réforme des rythmes scolaires. Bref, un bel exemple d'initiative entrepreneuriale dans le giron de l'économie sociale et solidaire (ESS). Ces trois dernières années, 10.000 enfants, dans des quartiers de Reims et de Troyes notamment, ont ainsi pu tester les activités de "En Piste l'artiste". Une vraie réussite.

L'association met aussi son savoir-faire à disposition pour des commandes répondant à des besoins ponctuels. Et elle projette aussi de créer des spectacles pour enfants, et développe une plateforme nationale de partage de ressources et compétences sur les loisirs ludo-éducatifs avec la création de la communauté "En Piste l'Artiste!".

Catégorie Start

Charlotte Cadé - BrocanteLab
27 ans, Île-de-France

Charlotte Cade

Vous en avez assez de ces meubles préfabriqués que vous êtes à peu près certains de retrouver chez vos parents, chez vos amis ? Envie d'un zeste d'originalité dans votre petit chez-vous ? Reste maintenant à alléger votre emploi du temps pour partir chiner dans les brocantes les plus reculées de nos provinces pour dénicher une lampe de chevet originale, un vaisselier "dans son jus" ou LA chaise de bureau de vos rêves. Facile à dire ! Votre agenda ne vous permet pas cette souplesse ?

Charlotte Cadé, la fondatrice du site BrocanteLab a pensé à vous. Sur cette plate-forme, fondée en avril et officiellement lancée en septembre 2014 par cette jeune parisienne de 27 ans, les amateurs de vintage, qui n'ont pas le temps d'écumer les travées des brocantes ou de prospecter sur les milliers de pages du Boncoin.fr, devraient trouver leur bonheur parmi les 5.000 objets mis en vente par des particuliers ou professionnels.

Au menu, des braderies chocs, une sélection des dernières tendances, un agenda des brocantes régulièrement mis à jour et des services au consommateur (livraison, remboursement...) dignes de ceux accordés par les plus grandes enseignes ! Le modèle économique de la startup qui affiche chaque mois plus de 50.000 visites est simplissime : elle perçoit une commission de 15% à 20% sur les ventes réalisées, ventes qui s'élèvent à environ à 30.000 euros par mois et que la jeune entrepreneure entend faire grimper à 100.000 euros d'ici à la fin de l'année.

Prix BNP Paribas

Innov & Connect by BNP Paribas
Carole Zisa-Garat - Telegrafik

zisa garat-carole

Carole Zisa-Garat a créé Telegrafik, une start-up innovante, à la frontière de "l'Internet des objets" et de la "silver économie".

Si l'on parle beaucoup aujourd'hui de la téléassistance pour secourir des personnes âgées ou fragilisées, l'efficacité des dispositifs actuels n'est encore que de 25%. Pour deux raisons : plus de la moitié des seniors concernés refusent de porter ces dispositifs, et ceux qui en sont équipés n'arrivent pas toujours à atteindre le bouton lorsqu'ils ont chuté. Consciente qu'il y a un gigantesque marché à exploiter, Carole Zisa-Garat, 35 ans, diplômée de l'Ecole des Mines de Paris, et ex-manager de projets à la direction générale du groupe Renault pendant dix ans, a décidé de lancer sa société Telegrafik en septembre 2013 à Toulouse.

Sa startup propose une offre innovante de service d'alerte et de monitoring pour personnes fragilisées vivant seules à leur domicile, baptisée Otono-Me.

« Notre savoir-faire réside dans notre capacité à intégrer de bout en bout des services connectés pour les domiciles, les résidences et les EHPAD, et à en tirer des services à valeur ajoutée », met-elle en avant. Son service, qui entre dans la phase cruciale de commercialisation, commence à séduire. Il est en cours d'installation dans 80 logements avec Orange et BNP Paribas (Cardif) s'est associé à Telegrafik via un contrat d'open innovation pour développer ses objets connectés dans plusieurs pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :