Décès de Max Théret, fondateur de la Fnac

 |   |  529  mots
Max Théret avait fondé la Fnac en 1954, avec son ami André Essel, tous deux militants de gauche.

Max Théret, fondateur de l'enseigne de high tech et de loisirs Fnac, est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 96 ans. Infatiguable baroudeur, Max Théret refusa toujours l'étiquette de "patron de gauche". Il s'impliqua pourtant toute sa vie dans les affaires. Sa grande oeuvre reste la Fnac (Fédération nationale d'achats). En 1954, André Essel et Max Théret ont l'idée d'offrir des rabais 7 à 25 % à leurs adhérents dans certains magasins spécialisés. La Fédération Nationale d'Achat des Cadres est née. Loin de faire l'unanimité auprès des fournisseurs, cette démarche positionne la Fnac dès ses débuts sur un de ses axes principaux: la défense du consommateur. Plus de 50 magasins sont agréés la première année.
Passionnés par la photo, André Essel et Max Théret décident d'y consacrer une pièce de leur local commercial et la transforment en Photo-Ciné-Club. Le lien de communication avec les adhérents est établi avec le journal Contact. Trois ans plus tard, en 1957, la Fnac ouvre son premier magasin à Paris, au n° 6 du boulevard Sébastopol.

L'histoire de la Fnac est lancée. D'autres produits rejoindront bientôt la photo et des Fnac s'installent partout en France. En 1980, l'enseigne entre en Bourse et s'implante l'année suivante à l'étranger. Mais c'est en 1994, avec son rachat par le groupe de distribution et de luxe PPR (Conforama, La Redoute, Gucci, Yves Saint Laurent...), que la Fnac accélère son développement à l'international.Présente dans une dizaine de pays, l'enseigne emploie actuellement 20.000 salariés, dont 11.800 en France. Touchée par la crise, elle vient d'annoncer un plan d'économies dans l'Hexagone, qui pourrait entraîner la suppression de 400 postes. La Fnac, à l'origine enseigne culturelle et "agitateur d'idées", s'est repositionnée au début des années 2000 sur les produits high tech, plus rentables, qui représentent désormais près de 60% de ses ventes, contre seulement 18% pour les livres. Avec 4,58 milliards d'euros enregistré en 2008, la Fnac est désormais la première activité de PPR.

Le moment le plus dur de sa vie fut le procès Péchiney, où il fut accusé d'avoir commis en novembre 1988 un délit d'initié. Il avait acheté 32.300 actions de la société américaine Triangle en tant que président de la Compagnie parisienne de placements (CPP). Alors âgé de 80 ans, cet homme malade, se défend avec pugnacité lors des procès en 1993 et 1994, mais, admettant avoir été informé par Roger-Patrice Pelat, ami du président François Mitterrand, il est condamné à deux ans de prison avec sursis et 2,5 millions de francs d'amende. 

Max Théret était un proche du pouvoir socialiste, et se revendiqua toute sa vie de la gauche. Il adhère à la SFIO en 1930, mais fut un temps trotskyste, ayant été secrétaire quelque temps de Trotsky lui-même. Mais, c'était un marginal, inclassable. Il fut néanmoins très souvent sollicité pour son aide financière, et aida considérablement François Mitterrand, dont il ne fut pourtant jamais un proche. Il renfloua, en 1985, le quotidien Le Matin.
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dans mon "Apologie des sorcières modernes" (Paris, Belles Lettres, 1991), j'écrivais:
"Interrogés par la COB, les suspects répondent dans un langage d?entrepreneurs proprement incompréhensible pour leurs interlocuteurs et dont leur rapport fait les gorges chaudes à coup de « sic ». Ainsi, écrit la COB, Patrick Gruman aurait dit, sans l?ombre d?une réflexion bureaucratique ni décision d?un comité d?experts: « achète tout de suite », citation après laquelle les bureaucrates écrivent « (sic) ». Elle tance Max Théret, qui « aurait dû s?enquérir des données financières concernant la société dans laquelle il souhaitait investir ». Quant à Joseph Jossua, ses « raisons [...] pour s?intéresser au titre Triangle sont des plus vagues ». On aura tout vu: des bureaucrates qui veulent montrer à des hommes d?affaires comment faire des affaires!"
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
max theret est mort a temps, car la vente d'ustensiles menagers specials bobo (frigidaires cuisines....) est pour bientot, a la fnac il faut rentabiliser!!!,cela s'appelera fnacy

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :