Nestlé menace de quitter la Suisse

 |   |  344  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le président de la plus grande compagnie mondiale de produits alimentaires a déclaré que son groupe pourrait quitter son pays d'origine si Berne décidait de plafonner les salaires de ses dirigeants.

Le projet de plafonnement des salaires des hauts dirigeants d'entreprises fait grincer des dents. C'est notamment le cas du suisse Nestlé, géant mondial de l'agro-alimentaire. Son président, Peter Brabeck, a fait part de sa colère ce dimanche dans les colonnes du journal dominical suisse "Sonntag". "Ce serait le début de la fin", a-t-il répondu à la question de savoir ce qui se passerait si le gouvernement suisse imposait un tel plafonnement. Et d'aller plus loin: "Nous serions amenés à nous demander si la Suisse est toujours pour nous le lieu le plus approprié" pour y garder le siège de la société.

Il rappelle au journal que la caractéristique la plus attrayante de la Suisse pour son groupe a été la "sécurité légale" qu'elle offrait. Or, a-t-il ajouté, cette sécurité "qui était aussi solide qu'un bloc de granit, s'est ramollie". "Récemment, il y a eu des pressions extérieures sur la Suisse et des pressions populistes à l'intérieur, et nous avons pu constater que le gouvernement et le parlement se sont empressés de montrer leur disposition à modifier les lois", a-t-il noté.

En l'occurrence, devant la colère grandissante contre les salaires et les primes des dirigeants des grandes sociétés révélés alors que le monde traverse une grave crise financière et économique,  les responsables politiques de plusieurs grandes nations industrielles ont proposé d'imposer un plafonnement de ces salaires. Dans ce contexte, le géant bancaire suisse UBS a révélé l'identité de 4.450 de ses clients américains. Pour certains, cet événement a scellé la fin du légendaire secret bancaire suisse."C'est préjudiciable au pays. La Suisse avait la réputation de ne pas céder à ce type de pressions", a commenté le dirigeant.

En 2008, Nestlé a réalisé 110 milliards de francs suisses (73 milliards d'euros) et dégagé 19 milliards de profits nets (12,5 milliards d'euros). Au 31 décembre 2008, il comptait 283.000 salariés dans le monde. Le titre Nestlé est la plus importante capitalisation boursière suisse.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je suis bien d'accord avec Liv...19 milliards de profits!!!!!!!!faites tourner!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faut boycotter ce genre de société multinationnale maffieuse ou tentaculaire SUR LE PLAN EUROPEEN
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
moi je saisirais leur entreprise,leurs biens qu ils ont voles,et au chomage.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
on a la toute la mentalite du capitalisme pourris,boycotons ces vautours
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sauvons NESTLE et la Suisse: manifestons notre soutien le 22 septembre!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
quelle tristesse que ces personnes qui gagnent des sommes d'argent tellement énorme qu'elles n'en utiliseront qu'une faible partie, ne puissent imaginer qu'il est important de répartir un peu mieux les richesses...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je trouve ces commentaires bien injustes: qui n'a été nourri au lait NESTLE, bu du NEScafé, mangé du chocolat NESTLE, bénéficié de son coffre-fort en Suisse? Que cette perle se dénonce? Je confirme ma demande de manifestation le 22 septembre: elle sera autrement plus utile que la journée d'inaction qui nous emm....dera tous
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Une solution serait d'étendre la mondialisation à une harmonisation des droits et devoirs. Ainsi pas d'échappatoire si le monde tourne à l'unisson. Comme pour le secret bancaire: la Suisse lachera encore du mou si les US font le ménage chez eux avec le Delaware et la Floride, si les British mettent de l'ordre à l'ile de Man, si le concert des nations (j'adore le côté rétro, très F.Mitterand, de cette formulation) peut faire fléchir Singapour et Hong-Kong...
Un nouvel ordre mondial quoi...!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le gouvernement Suisse devrait exiger la démission de Peter Brabeck sous peine de nationalisation de l'entreprise. C'est la-men-ta-ble !
Boycottez les produits Nestlé !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ils ont le choix: le Luxembourg, Andorre, Monaco,les Caïmans, New Jersey, etc, etc
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qu'il demeure toujours un vieux fond de bolchevisme chez bon nombre de français, nous le savions, mais qu'ils lisent la Tribune et la commentent, ça c'est tout de même assez inattendu!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qu'il demeure toujours un vieux fond de bolchevisme chez bon nombre de français, nous le savions, mais qu'ils lisent la Tribune et la commentent, ça c'est tout de même assez inattendu!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Avant de vous insurger, faites un petit test "local" : allez voir votre boulanger, au coin de la rue, qui se fait une marge d'environ 75% sur votre baguette (mais c'est lui qui a monté son affaire, qui se lève à 3h du mat'...) et dites lui "qu'il est important de répartir un peux mieux les richesses" et que, pour ce faire, il faudra qu'il divise ses prix par 2...
J'aimerais connaître sa réaction donc, a demain!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sa réaction est écoeurante. Il n'a rien compris à cette crise. De quoi rêve-t-il ? Une ville fortifiée dans laquelle il décide lui même ce qui est bon ou ne l'est pas, avec sa propre armée ? La Suisse ne s'est pas ramollie, elle a compris qu'elle était en train de s'exclure des évolutions de la planète en vivant de l'argent sale.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c 'est le retour du communisme
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A l'attention de LIV
C'est toujours très facile de distribuer l'argent des autres et qu'on a pas. Si vous-même étiez à leur place êtes vous sur que votre réaction serait
la même ??????????????
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les produits NESTLE sont pour la plupart inbouffables si on veut bien prendre la peine de lire leur composition. Et en plus une menace pour la santé publique car contenant trop de sucres cachés,de lipides et autres triglycérides et antioxygène ... C'est la pieuvre de la bouffe au goût mondial. What else !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour rappel il y a ici en Suisse beaucoup de fonds de pension qui sont assez lourdement positionné sur des valeurs comme Nestlé, Novartis, et autres mastodontes du SMI. Ici on ne s'insurge pas vraiment de cegenre d epropos car on a compris que le les profits de Nestlé sont NOS profits aussi, du moins si on croit qu'on nous versera un jour les prestations dues à notre retraite...mais c'est une autre histoire. Comme pour l'UBS, cela nous a fait grincer des dents de balancer tous ces milliards mais là aussi, soit le contribuable passait à la caisse soit sa retraite et l'économie générale donc son emploi étaient en danger.
Le monde est devenu complexe et il est impératif de savoir dépasser les réactions épidermiques basées sur une morale humaniste simplissime. Les intérêts des uns et des autres sont croisés, il n'y a pas de méchants capitalistes pourris d'un côtés et de gentils travailleurs spoliés (salut Arlette!) de l'autre, sauf dans les livres de propagande soviétiques...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cela fait bien des annees que je boycotte tous les produits Nestle. A mon avis ils ne valent pas mieux que McDonalds, Monsanto , Ferrero, Starbuck et al.... alors maintenant je vais monter d'un cran et activement militer contre eux. C'est incroyable et honteux de penser que de tels groupes humains ne ressente aucune honte d'eux memes et continuent a clamer leur contribution positive a l'humanite.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ils n'ont plus qu'à larguer les amarres et à se laisser dériver de l'autre côté du lac ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :