Dans le rouge, Go Sport débarque son directeur général

 |   |  445  mots
Les magasins rénovés, dont, ici, celui de La Défense, affichent des progressions d'activité de l'ordre de 10%.
Les magasins rénovés, dont, ici, celui de La Défense, affichent des progressions d'activité de l'ordre de 10%. (Crédits : DR)
Loïc Le Borgne remplace François Neukirch, directeur général du groupe depuis cinq ans. Les pertes du numéro trois français de la distribution d'articles de sport se creusent.

François Neukirch quitte Go Sport. Il est remplacé par Loïc Le Borgne. "Un homme qui présente près de 30 ans d'expérience dans la distribution", souligne le président du groupe, Pierre Letzelter. Ancien directeur international de Kiabi, issu des rangs d'Auchan, Loïc Le Borgne aura la lourde de tache de sortir le groupe de l'ornière. Depuis plus de cinq ans, Go Sport est dans le rouge. Et, quelques semaines seulement après une augmentation de capital de 30 millions d'euros souscrite majoritairement par son actionnaire majoritaire, Jean-Charles Naouri via Rallye, le groupe affiche des pertes nettes de 17,4 millions d'euros au premier semestre de son exercice 2012. Soit 3 millions d'euros de plus que fin juin 2011. 

Tous les vents lui sont contraires. Le marché français des articles de sport vivote. Ses ventes sont stables. Les ménages français contractent leurs budgets consacrés à l'habillement. Et son enseigne Go Sport traîne toujours une image médiocre par rapport à celle de ses concurrents, Décathlon et Intersport. Résultat : ses ventes ont reculé de 0,6% à périmètre comparable, sur les six premiers mois de l'année 2012.

Pas de suppressions d'emplois

Mais certains signes de recouvrement pointent. Un nouveau concept de magasin se solde par une augmentation des ventes de l'ordre de 10% chez Go Sport. Et Courir, sa filiale, a trouvé sa voie. « Depuis deux ans, ses ventes progressent de 5% à périmètre comparable, chaque semestre », note Pierre Letzelter. Cette performance a permis au groupe de progresser de 1% sur les six premiers mois de 2012, à 324 millions d'euros. Dès lors, fermetures de magasins et suppressions d'emplois ne sont pas envisagées pour assurer un retour à l'équilibre du groupe. "Je suis catégorique", répète son président.

Place à la franchise

Go Sport compte surtout sur « des économies de frais », notamment grâce à un nouveau partenariat avec l'autrichien Hervis Sports et le Français Twinner. Ensemble, les trois groupes (1.270 magasins au total) achèteront les collections de Nike, Adidas et autres Puma. La direction de Go Sport table aussi sur le développement de la franchise dans son réseau. Cinq succursales vont prochainement devenir des franchises Go Sport en France, à Chalon-en-Champagne (Marne), Saintes (Charente-Maritime), Nîmes (Gard) et Evreux (Eure). La méthode doit permettre, sur le papier, de réduire les pertes d'exploitation du groupe. Et de se développer à moindre coût."Car, Go Sport brûle beaucoup de cash", note un ancien cadre. Et Rallye ne pourra pas éternellement le renflouer. "Nous sommes mobilisés sur le retour à la rentabilité", prévient son directeur administratif et financier, Dénes Almasy de Zsadany, comme pour mieux rassurer son actionnaire majoritaire.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2012 à 11:59 :
"Mais certains signes de recouvrement pointent" écrivez-vous, Madame Garnier...
Si "recouvrement" et "recovery" ont bien, plus ou moins, la même étymologie - via le vieux français, le latin "recuperare" - leurs significations n'ont pas évoluer de la même façon: consulter les dictionnaires pour vous en assurer...
Ces nouveaux "franglais" sont dangereux, car on finit par ne plus se comprendre.
En parlant de "recouvrement", vous pensiez sans doute à "recovery" qu'il faudrait traduire dans ce contexte par "redressement".
Est-ce trop demander qu'au moins des bévues de ce style ne se renouvellent plus?
Cordialement.
Pierre Charrin

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :