Travail le dimanche : recours des salariés de Carrefour City de Paris Saint-Lazare

 |   |  236  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les salariés du magasin Carrefour City de la gare Saint-Lazare à Paris vont intenter un recours contre une décision de justice obligeant cette enseigne à fermer le soir à 21h et le dimanche,

 Ils veulent travailler le soir et le dimanche. Les salariés du magasin Carrefour City de la gare Saint-Lazare à Paris vont du coup intenter un recours contre une décision de justice obligeant cette enseigne à fermer le soir à 21h et le dimanche, a annoncé samedi à l'AFP Sonia Benhadj, salariée de cette enseigne. "Les salariés ont pris l'initiative de se battre contre cette décision. Le gérant n'est pas associé à ce recours, que nous allons déposer la semaine prochaine", a-t-elle indiqué, et se revendiquant comme porte-parole de ses collègues. La décision de justice concernant ce Carrefour City est intervenue après celles qui ont contraint les magasins Sephora des Champs-Elysées à fermer leurs portes à 21H00 et non plus à minuit, et les magasins de bricolage Leroy Merlin et Castorama le dimanche.Ce recours va prendre la forme d'une tierce-opposition, une procédure ouverte à des personnes n'ayant pas été parties à la procédure initiale, a ajouté Sonia Benhadj.

Monoprix aussi

De son côté, Monoprix (groupe Casino) doit lui aussi fermer à 21H00, non pas sur une décision de justice mais en raison d'un blocage de la CGT à un nouvel accord négocié sur le travail en soirée. La Sarl Orgard, qui exploite le Carrefour City de la gare Saint-Lazare, avait indiqué qu'elle allait faire appel de la décision du Tribunal de grande instance de Paris. Cet appel n'est pas suspensif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2013 à 16:58 :
en allant contre l'avis des entreprises, des clients et des employés, les syndicats font leur business : en attaquent les entreprises, en faisant fermer ces établissements, ils récoltent le fruit des condamnations en cas de non respect, et comble de l'absurdité, ce sont eux qui touchent et non les employés, déjà plus de 10 millions encaissés les dernières années !!!
a écrit le 15/10/2013 à 9:46 :
Si ces salariés étaient libres et regardent uniquement l'emploi contre des syndicats sectaires et trop souvent défendant l'interet des délégués contre le bien général. Pauvre France ou sectarisme, intolérance deviennentt un mode de gouvernement
a écrit le 14/10/2013 à 12:53 :
Les salariés qui ont lancé le recours sont proche de la direction . . .très proche et si cela aboutit . . une grosse prime les attend . . l'argent permet de tout obtenir
Réponse de le 15/10/2013 à 17:00 :
les employés des enseignes qui ouvrent le dimanche sont surtout des étudiants qui gagnent de quoi vivre pour étudier, sinon ils seront condamnés à arréter ! encore un délire de fonctionnaire au chaud qui critique le monde du travail et de la vraie vie, qui n'a pas compris que c'est le privé courageux qui le finance
a écrit le 14/10/2013 à 9:37 :
A partir du moment les syndicats sont politisés et de méche avec les différents gouvernements que voulez faire ?

Bon nombre de déléqués syndicaux sont élus pour se protéger d'éventuels plans sociaux car ils seront les derniers dans la charrue et les préavis de licenciement sont plus longs que le salarié qui se retrouve à la rue et dans la merde.

Lorsque les délégués décretent la gréve : Est ce qu'ils perdent de l'argent ou sont ils payés par leurs centrales politiques ?



a écrit le 13/10/2013 à 22:09 :
il n'y a pas d'obligation de travailler en france il y a toutes les aides etat pour ca
a écrit le 13/10/2013 à 19:58 :
Pourrir sa vie de famille et sa vie sociale, pour un boulot et un salaire de m.....!!!! C'a permet de donner une idee du niveau de certains employes de commerce. Enfin après tout c'est leur probleme....
a écrit le 13/10/2013 à 12:18 :
Allo la cgt...allo, allo ! Oui, je vous appelle pour dénoncer le travail, toutes les nuits et tous les dimanches de l'année de certaines professions qui semblent au dessus de la loi. C'est inadmissible ! Faites quelques choses, je vous donne les noms.
Les militaires, les pompiers, les boulangers, les hôpitaux, les merdias, les taxis, les bars PMU, certains restaurants où l'on vous voit souvent (coucou à Bernard/Thierry), certaines pharmacies, j'en passe et des meilleurs. faites vite, on n'en peut plus de cette "injustice" !
Mais ou va t-on comme ça, on va bientôt demander aux chômeurs de travailler ?


a écrit le 13/10/2013 à 9:40 :
Il y a pourtant un moyen bien simple de savoir si les salariés sont pour le travail le dimanche ou en soirée.... Un vote anonyme de l'ensemble des salariés qui travaillent déjà le dimanche et en soirée avec juste 2 bulletins "oui" et "non".... S'il y a une majorité absolue de "oui" je propose que les syndicats foutent la paix aux boites concernées !!!!
Réponse de le 13/10/2013 à 11:49 :
les syndicats ne servent pas les slaries mais les partis d'extreme gauche
Réponse de le 13/10/2013 à 11:52 :
Et s'il y a une majorité de "non", vous proposez quoi ?
a écrit le 13/10/2013 à 9:25 :
gouvernement et syndicats contre les salariés!
a écrit le 13/10/2013 à 8:16 :
il est triste de se battre pour pouvoir travailler
a écrit le 12/10/2013 à 22:18 :
Pauvres salaries qui pleureront demain de ne plus avoir de vie familiale. Germinal est de retour.
Réponse de le 13/10/2013 à 3:46 :
Etudiants qui peuvent ainsi étudier, célibataires qui peuvent ainsi gagner plus, mères de familles avec grand enfants qui gagnent des jours de récupération,;LIBERTE pour les travailleurs, et non pas carcan administratif et baisse du niveau de vie. + une vie du quartier plus sûre, avec des magasins ouverts
Réponse de le 13/10/2013 à 4:30 :
Et la libertés de travailler ça devrait se respecter
Réponse de le 13/10/2013 à 4:54 :
Pseudo bien choisi. Oeilleres aurait ete possible aussi.
Réponse de le 13/10/2013 à 15:09 :
Pauvre petit syndicaliste qui voit le vent tourner et qui a peur pour ses petits avantages ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :