Leclerc condamné en appel à 500.000 euros pour "clauses déséquilibrées"

 |   |  331  mots
Un centre commercial Leclerc. (DR)
Un centre commercial Leclerc. (DR) (Crédits : reuters.com)
Assigné devant le tribunal de Commerce par le ministère français de l'Economie pour "clauses déséquilibrées" dans des contrats avec ses fournisseurs, l'enseigne Leclerc a été condamnée en appel à 500.000 euros d'amende.

Ce n'est qu'aujourd'hui que la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a rendu public dans un communiqué la décision de la cour d'appel de Paris. Rendue le 18 décembre 2013, elle condamne le géant de la distribution E. Leclerc à une amende de 500.000 euros pour des "clauses déséquilibrées" insérées dans des contrats avec des fournisseurs.

Procédure lancée par Hervé Novelli

L'arrêt faisait suite à une décision du tribunal de commerce de Créteil qui avait débouté, en décembre 2011, le ministère de l'Economie, à l'initiative de l'assignation du distributeur. En octobre 2009, le secrétaire d'Etat au Commerce, Hervé Novelli avait en effet assigné neuf enseignes de la grande distribution en octobre 2009 afin de faire "sanctionner plusieurs clauses du contrat type et des conditions générales d'achat".

Les enseignes de la grande distribution sont visées par plusieurs procédures judiciaires liées aux relations commerciales avec les fournisseurs. Ainsi, Leclerc a également été condamné en 2009 à restituer 23 millions d'euros à des fournisseurs pour violation du code du commerce.

Assignation par Pierre Moscovici et Benoît Hamon

Les ministres de l'Economie, Pierre Moscovici, et de la Consommation, Benoît Hamon, ont également décidé en novembre d'assigner le distributeur devant le tribunal de commerce de Paris pour "déséquilibre significatif" dans ses relations avec ses fournisseurs. Leclerc avait alors dénoncé en retour une "stratégie médiatique" qui va "attiser des conflits".

>> Lire : Attaqué en justice par Bercy, Leclerc dénonce une "stratégie médiatique"

Ce type de procédure est vouée à se répéter depuis la reconnaissance en janvier 2011 par le Conseil constitutionnel de la notion de "déséquilibre significatif" entre fournisseurs et distributeurs. Cette décision a permis la poursuite des procédures judiciaires engagées en 2009 par le gouvernement contre neuf distributeurs dont Carrefour, Auchan, Casino et Cora pour "pratiques abusives".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2014 à 10:06 :
Quand arrêtera t-on de faire des misères aux petits Leclerc?.
Entreprises soucieuses du bien être de leurs personnels.
Attentifs et généreux avec les clients.
Prévoyants, tolérants bons pères de famille avec leurs fournisseurs.
Oui, c'est vrai, les Leclerc s'ils n'existaient pas, il faudrait les inventer
a écrit le 28/01/2014 à 2:42 :
C'est rien pour leclerc, cette enseigne a des dizaines d'années de triche !
D'ailleurs bien pour ça que je n'y mets plus les pieds...
a écrit le 27/01/2014 à 19:52 :
Bravo à la justice elle a vu juste
a écrit le 27/01/2014 à 17:23 :
Je félicite le Ministère de l'Economie.
Réponse de le 27/01/2014 à 17:40 :
Ne vous méprenez pas il s'agit d'un simple coup de pub pour les ministres, regardez ils sont tous là pour que l'on parle d'eux. Par contre je suis en phase avec le commentaire de Hibert,,il relate parfaitement la réalité.
a écrit le 27/01/2014 à 17:16 :
Petite sanction que Leclerc reprendra très vite sur le dos des industriels aux prochaines négociations en leur tordant le bras un peu plus que d'habitude. La GMS se dirige vers des positions monopolistiques sous l'impulsion d'ententes en off. NB:pourquoi les carburants sont-ils aux mêmes prix sur les mêmes zones de chalandises ? M.HAMON devrait s'en émouvoir ....
Réponse de le 27/01/2014 à 19:53 :
hamon s'est planqué bien au chaud il ne regarde que l'épaisseur de son portefeuille. Rien à foutre des autres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :