Amazon en phase d'"uberisation" aux Etats-Unis

 |   |  264  mots
Si le distributeur met en avant la possibilité de pouvoir travailler à la demande, l'initiative d'Amazon s'inscrit surtout dans une vaste tendance d'auto-entreprenariat qui vient concurrencer l'emploi traditionnel aux Etats-Unis.
Si le distributeur met en avant la possibilité de pouvoir travailler à la demande, l'initiative d'Amazon s'inscrit surtout dans une vaste tendance d'auto-entreprenariat qui vient concurrencer l'emploi traditionnel aux Etats-Unis. (Crédits : © Michaela Rehle / Reuters)
Le géant américain de la distribution a annoncé le lancement aux Etats-Unis de Flex, une plateforme permettant de devenir livreur payé à la tâche. Avec cette annonce, Amazon cherche à se positionner sur un marché dominé par Uber et autres consorts.

Même les mastodontes cassent leur "business model" traditionnel. Le géant de la distribution Amazon a annoncé mardi 29 septembre qu'il embaucherait des employés intermittents à la tâche pour livrer ses colis dans plusieurs villes des Etats-Unis.

Le distributeur vient de lancer Flex, une plateforme proposant de devenir livreur contractuel pour une rémunération de 18 à 25 dollars par heure."Soyez votre propre chef: livrez quand vous voulez, autant que vous voulez", promet le site, déjà disponible dans la ville d'origine d'Amazon, Seattle, et "bientôt" à New York, Baltimore, Miami, Dallas, Austin, Chicago, Indianapolis, Atlanta et Portland.

Les livreurs potentiels doivent être âgés d'au moins 21 ans, avoir un permis de conduire, un véhicule et un smartphone Android. Ils doivent par ailleurs se soumettre à un examen de leurs antécédents judiciaires. S'ils répondent aux critères, les candidats auront ensuite la possibilité de choisir des créneaux horaires de deux, quatre ou huit heures de travail, annonce Amazon.

L'avènement de l'auto-entreprenariat, et de la précarité

Si le distributeur met en avant la possibilité de pouvoir travailler à la demande, l'initiative s'inscrit surtout dans une vaste tendance d'auto-entreprenariat qui vient concurrencer l'emploi traditionnel aux Etats-Unis. Certes, ces emplois sont plus flexibles mais ils sont aussi plus précaires car ils ne garantissent aucun droit au chômage ou à une assurance invalidité.

Le géant américain fait ainsi son entrée sur un marché très compétitif où se démarquent des start-up comme Postmates ou Instacart ou encore les services de livraison proposés par Uber.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2015 à 17:25 :
Il y a une amalgame et manque de compréhension du sens du terme “auto-entrepreneur”.

Auto-entrepreneur ne veut dire que le droit de travailler pour soi meme – self employed en anglais.

Ca peut représenter liberté – ou exploitation – mais ca c’est autre chose.

Jusqu’a la régime d’auto-entrepreneur en 2010, la France était le seul pays a ma connaissance de réprimer et empecher le droit de tout simplement travailler pour soi meme – sauf les pays Communistes bien sur ou «entreprise privé » etait un délit.

Si on voulait travailler pour soi-meme, il a fallu payer “l’Etat” pour la privilege – cotisations minimales forfaitaires. Une dépense de plusieurs mille euros a trouver si on gagnait un sou ou pas.

Donc les millions des petits boulots qu’on pouvait imaginer faire – ponctuellment, a mi temps, les weekends, les vacances – impossible a faire en France de tous les pays du monde car il a fallu s’inscrire, monter une “entreprise individuelle”, s’occuper avec 4 organismes différentes etc etc etc ad nauseam seulement pour pouvoir travailler ici et la, dans une maniere casuelle, faire ceci ou cela pour une rémunération – ou etre considéré comme étant “noir”.

Une situation absurde, criminelle et abusive par l’Etat – une situation communiste.

Finalement la France a instauré une « régime » ou on peut faire n’importe quoi quand et ou on veut, a la demande, si quelqu’un le demande et ne payer « que » 25% de ce qu’on gagne a l’Etat. Donc si votre voisin vous demande de couper son haie contre €50 – vous pouvez le faire – de justesse. En autre pays, il n’y a pas aucuns formalités du tout – vous tout simplement déclarez les revenus sur votre déclaration en fin d’année et payez l’impot. Meme en Allemagne. Pourquoi la France a cette incapacité de faire les choses simple ? L’Etat gagnerait plus si les choses étaient plus simples.

Tout cela, travailler pour son propre compte, n’a rien a voir en soi avec emploi comme un salarie. Le précarisation des emplois salariés dans le monde Anglo Saxon (zero hour contracts par exemple) est une attaque contre la société elle-même bien lancé par Mme Thatcher avec sa « There’s no such thing as society ». Et c’était Blair le « travailliste » qui a permis ces contrats a zéro-heures – une contradicion en soi.
a écrit le 30/09/2015 à 15:10 :
Moins de sociale aidé et plus d'emplois intercalaires pour mettre les sans emplois le pied à l'étrier . Dans les trente glorieuses, où la société allait bien , beaucoup d'emploi de ce types existaient sans que cela soit appelé Ubérisation.
a écrit le 30/09/2015 à 14:16 :
Sur BFM ce midi, on nous explique que nous, consommateurs, pouvons bénéficier de services ciblés, adaptés a nos besoins en permettant aux plateformes internet d' accéder a nos données (à l' historique de nos habitudes de vie qu' on peut déduire des requêtes que nous formulons sur internet). Il est précisé brièvement dans l émission que ce sujet, sous des aspects techniques est en réalité éminemment politique.
Cette mention est très importante.
C' est comme pour l' économie qui n' a rien a voir avec une quelconque science économétrique ( ce serait une pseudo science) , c est de l' économie politique, c' est à dire de la politique (le mathématique qu' on y trouve est un outil, sinon un habit).
Ainsi on ne devrait pas confondre l' habit numérique avec le corps politique qui l' habite (ou qu' il habite, si on ne fait rien)
a écrit le 30/09/2015 à 13:21 :
Un titre qui se veut provocateur sans raison. McDonald a des emplois partiels depuis des lustres, le soir, le dimanche. Il serait plus pertinent de parler de la "mcdonalisation", ce qui a produit indirectement les auto-entrepreneurs. Qu'en penser ? Avant l'on cherchait le meilleur employé possible, pas de vieux, pas de femmes enceintes, pas de jeunes sans expérience, afin de le garder durant des années, des habitudes, surtout mauvaises, s'installaient ensuite et des conflits sans fin s'engageaient alors; maintenant tout le monde peut travailler, les vieux, les jeunes sans expérience et, s'ils sont sérieux, peuvent continuer à le faire. A chacun de prendre ses assurances en main en payant ses adhésions. C'est plutôt une bonne chose.
Réponse de le 30/09/2015 à 17:43 :
A chacun de prendre ses assurances ?

Avec un travail sans aucune assurance de charge, c'est l'employé qui prend tous les risques.
- Pas de travail (baisse de charge) ? : l'entreprise n'est pas concernée.
- Une maladie ? l'entreprise n'est pas concernée.
- Amazon va aussi avoir besoin d'assurer une continuité de service. Il vont forcément mettre en place un système d'encouragement à l'assiduité . Du coup : difficile de travailler ailleurs en même temps pour obtenir les bonus réservés aux "méritants", et création d'obligations pour les "employés" envers Amazon sans réciproque aucune. Juste pour obtenir des bonus de misère. (pas de cotisation chomâge ni retraite....)
a écrit le 30/09/2015 à 12:12 :
Contresens : c' est le service classique de livraison (FedEx UPS...) qui est uberisé, pas Amazon, a moins que Google n' uberise Amazon en rachetant cette filiale.
a écrit le 30/09/2015 à 10:26 :
Vive l'auto-entrepreunariat ! Quand tes enfants meurent de faim, on s'en moque que ce soit précaire, on se moque même des droits au chômage ou à l'invalidité maladie, tous ces droits de nantis gagnés par les syndicats qui empêchent les entreprises d'embaucher, même ceux qui ont faim. C'est clair que le gouvernement n'aime pas : c'est plus dur à taxer.
Réponse de le 30/09/2015 à 10:45 :
Oui mais avec ce système du 19eme siècle t aura faim toute ta vie même en travaillant !!
L aliénation au travail avec l estomac vide c est sur c est un vrai progrès ou un retour au passé ?!..
Réponse de le 30/09/2015 à 10:52 :
@gopala12
La jungle, le désert, la banquise, c'est beaucoup mieux qu'une société organisée.
Quand il n'y aura plus suffisamment de ressources (taxes-impôts) pour payer ne serait ce que la rénovation des infra structures routières, ils seront livrés comment les colis d'Amazon? Sur des "Routes de l'Impossible" avec des véhicules d'un autre âge, comme dans les pays du Tiers et du Quart Monde?
Si vous n'intégrez pas que les Taxes et les Impôts sont aussi les fondements de la démocratie, du développement économique, alors vous pouvez vous préparer à de grosses désillusions.
Réponse de le 30/09/2015 à 10:55 :
La méthode finira par trouver ses limites le jour où tous les emplois seront précarisés, que les travailleurs n'auront plus les moyens de consommer , que les banques ne prêteront plus, que les propriétaires ne loueront plus faute de garantie de revenus stables .
Mais cela ne marquera que la première étape jusqu'au jour où les robots finiront par supprimer tous les emplois de services .....intellectuels, de production ...et mêmes ceux à haute valeur en matière grise !!!!
Et là ceux qui survivront n'auront plus qu'à s'interroger sur l'utilité de leur présence sur terre !!!!
Réponse de le 30/09/2015 à 11:30 :
En clair ce serait bien que tout le monde meurre de faim (sauf quelques nantis bien sûr) comme ça tout le monde serait corvéable à merci et si en plus ils avaient l'audace d'être malades qu'ils crèvent sans chômage et sans rien. Une belle société à venir selon les théories de gopala12. Evidement je suis certaine qu'il sait ou qu'il a su profiter de ses congés payés (négociés par les syndicats) et qu'il n'a jamais craché sur une augmentation de salaire (aussi négociée par les syndicats). De plus quand on connait la moyenne du salaire des auto entrepreneurs (700 euros par mois) j'aimerais qu'on m'explique comment ils peuvent vivre quand c'est le prix d'un loyer d'un appart de 15 metres carrés à Paris. Un peu de sérieux avant d'avancer des "vive les auto entrepreneurs c'est l'avenir"...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :