Gaspillage alimentaire : la grande distribution peut mieux faire

 |  | 277 mots
Lecture 1 min.
Le coût complet du gaspillage alimentaire est en moyenne, par magasin étudié, de 400.000 euros par an.
Le coût complet du gaspillage alimentaire est en moyenne, par magasin étudié, de 400.000 euros par an. (Crédits : Décideurs en région)
Une étude montre que les magasins de plusieurs grandes enseignes pourraient réduire leur gaspillage de 22% en un trimestre, sans engager d'énormes dépenses.

Gagner de l'argent en gaspillant moins. Selon une étude publiée jeudi par l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), la grande distribution pourrait économiser 700 millions d'euros par an si elle réduisait son gaspillage d'environ 300.000 tonnes.

Le volume peut sembler énorme, mais l'Ademe s'appuie sur un test mené dans 10 magasins (appartenant à Carrefour, Intermarché, Système U, E.Leclerc, Auchan) et affirme qu'"à travers des actions parfois simples et avec des coûts peu engageants, il a été possible de réduire le gaspillage de 22% en trois mois sur l'ensemble des magasins".

400.000 euros de gaspillage par magasin

"Cela correspond à 160 tonnes en moins pour l'ensemble des magasins, si on le rapporte sur une année, soit l'équivalent de 320.000 repas. Par magasin, cela représente une économie de 70.000 euros par an en moyenne", précise l'agence. Le coût complet du gaspillage alimentaire est en moyenne, par magasin, de 400.000 euros par an.

D'où vient ce gaspillage ? L'Ademe l'explique notamment par la gestion des références, relevant que dans certains magasins "moins de 1% des références étaient à l'origine de 20% du [coût du] gaspillage alimentaire". L'agence évoque aussi des produits manipulés de nombreuses fois (comme les fruits et légumes), et qui finissent à la poubelle.

Pour aider les magasins, elle propose sur son site dix fiches décrivant des actions "simples et efficaces" contre le gaspillage (diminuer le nombre de références, nommer un "responsable anti-gaspi", organiser la vente assistée des fruits et légumes pour éviter leur manipulation par les clients, etc.).

>> Lire aussi: Les mesures contre le gaspillage alimentaire définitivement adoptées

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2016 à 21:08 :
La notion de gaspillage alimentaire joue uniquement sur le sentiment ,faisant croire que si il n'y avait pas de gaspillage les necessiteux pourraient en avoir plus !!!!!Le magasin idéal de damain est connu !Pour tout produit on travaille en flux tendu ,les clients commandent comme pour le drive ,les stocks sont reduits au stric minimum et que du non perissable,les entreprises produisant juste ce qui est commandé !De ce fait plus de gaspillage ,tout benef pour tout le monde du producteur au distributeur .......mais plus de surplus à distribuer au pauvres car pour leur donner les surplus et invendus aux pauvres faut bien qu'il y ai du gaspillage !!!!Quand à croire que sur les économies réalisées les prix vont baisser c'est un leurre absolu ......
a écrit le 17/11/2016 à 11:35 :
Regardez, cinq minutes, les gens au rayon fruits/légumes et vous comprendrez pourquoi les poubelles sont pleines!! on ne prend pas la pêche de dessus mais celle qui est au fond en blessant toutes celles qui sont dessus!!! j'ai vu une personne mettre cinq minutes pour choisir trois carottes!!!
a écrit le 17/11/2016 à 10:01 :
Il serait temps surtout d'interdire aux supermarchés la vent de produits frais étant donné que ce sont les principaux clients des fournisseurs de malbouffe à savoir de l'agro-industrie.

Les paysans pourraient enfin se remettre au maraichage, se mettre en coopératives pour vendre directement aux clients, le milieu paysan serait ainsi sauvé et la santé des gens préservée.

Mais l'actionnaire agro-industriel n'y aurait aucun intérêt donc ça ne se fera jamais.
Réponse de le 17/11/2016 à 12:05 :
Plutôt que de décider péremptoirement à la place du consommateur/client, peut on lui laisser la liberté de décider une fois pour toutes où il achète ses produits frais. Il faut arrêter de prendre les gens pour des debiles mentaux incapables d'avoir un raisonnement cohérent !!
Réponse de le 17/11/2016 à 16:52 :
"Plutôt que de décider péremptoirement à la place du consommateur/client, peut on lui laisser la liberté de décider une fois pour toutes où il achète ses produits frais."

Où est-ce que je décide à leur place ? Comem d'habitude vous interprétez mes propos afin de les adapter à votre faible capacité de compréhension.

Par ailleurs le prix des produits est ce qui influence le plus les ventes, si on a que 10 euros sur soit on ne peut pas acheter le poulet bio à 15 euros c'est logique.

CE serait bien que vous arrêtiez de vous mettre à la place des gens vous êtes complètement en dehors des réalités, descendez de chez vous et allez à la rencontre des autres et parlez leur ça vous évitera de raconter n'importe quoi.

"Il faut arrêter de prendre les gens pour des debiles mentaux incapables d'avoir un raisonnement cohérent !! "

Et bien arrêtez donc pour changer svp mais d'un autre côté quand on vous lit...
Réponse de le 17/11/2016 à 21:00 :
Se mettre en cooperative pour vendre directement aux clients serra plus chers que dans les grandes surfaces .Beaucoup de cooperatives se sont montées dans les années 60/70 et elles ont toutes coulées face au grandes surfaces .Renseignez vous pour savoir quelle est la marge des grandes surfaces sur les produits frais fruit ,legumes et meme viande !Elle est trés faible c'est surtout pas là qu'ils gagnent de l'argent ......
Réponse de le 18/11/2016 à 9:28 :
perso: je sais très bien que les grandes surfaces vendent au ras des paquerettes ne se faisant quasiment pas de marge parce qu'elles ne sont plus que des sociétés financières gagnant leur argent sur les délais de paiement de leurs fournisseurs pouvant aller jusqu'à 6 mois.

Le prix des produits frais va augmenter ? Et alors ? Vous ne trouvez pas prioritaire d'assurer la sécurité alimentaire des français plutôt qu'ils achètent de la nourriture qui les tue afin de pouvoir se payer le dernier iphone à 800 euros ?

Désolé mais votre objection est particulièrement bizarre...
a écrit le 17/11/2016 à 9:40 :
Que l'intermarché de Villeneuve la Guyard (89) commence déjà par revenir sur cette interdiction stupide de vendre moins cher aux clients du magasin les produits en limite de date pour, soit disant, les donner à des associations qui ne peuvent même pas venir TOUT chercher faute de moyens logistiques suffisants !!! (UN exemple concret et vérifiable parmi des centaines d'autres...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :