Richemont offre de racheter Yoox Net-à-porter pour 2,8 milliards d'euros

 |   |  438  mots
(Crédits : Stefano Rellandini)
Richemont a proposé lundi de racheter les 75% qu'il ne détient pas encore du distributeur italien en ligne Yoox-Net à porter afin de se renforcer sur internet.

Le groupe de luxe suisse propose 38 euros par action pour sa cible, soit 2,8 milliards d'euros au total, un prix qui représente une prime de près de 26% par rapport au cours de clôture de YNAP vendredi à la Bourse de Milan. L'opération valorise YNAP à quelque 3,6 milliards d'euros, selon les données de Reuters. En 2015, l'italien Yoox avait acquis Net-à-porter, alors filiale de Richemont, dans le cadre d'une transaction qui réservait au groupe suisse 25% des droits de vote du nouvel ensemble.

Une plateforme ciblant le luxe...

Décidé désormais à prendre le contrôle, le président de Richemont Johann Rupert a expliqué dans un communiqué vouloir renforcer la position d'YNAP dans l'e-commerce de luxe, y compris en pénétrant de nouveaux marchés et en renforçant l'offre de produits.

"Nous sommes très satisfaits des résultats obtenus par l'équipe de direction de Yoox Net-à-porter, emmenée par Federico Marchetti, et nous entendons soutenir leurs efforts pour mettre en oeuvre leur stratégie et accélérer encore la croissance de l'entreprise", a-t-il déclaré.

Richemont, propriétaire des marques de luxe Cartier, IWC et Dunhill, a pu annoncer l'offre après la levée par le groupe italien de clauses de l'accord de 2015 gelant sa participation.

L'offre de Richemont sera suivie d'un retrait de la cote d'YNAP à Milan.

... nouveau canal de distribution pour Richemont ?

Ces dernières années, le secteur de l'horlogerie a cumulé les revers de fortune entre les mesures de lutte contre la corruption en Chine interdisant les cadeaux extravagants, la Révolution des parapluies à Hong Kong qui avait fait fuir les touristes chinois ou encore les attentats en Europe, qui avaient pesé sur les flux touristiques, dont dépendent fortement les produits de luxe. Bataillant sur plusieurs fronts à la fois, notamment sur les taux de change avec la hausse du franc suisse, les horlogers suisses avaient dû se résoudre à multiplier les mesures pour reprendre la production en main.

Parmi les mesures les plus drastiques, le groupe Richemont avait lancé une opération de rachat de stocks pour reprendre les modèles qui peinaient à s'écouler et ainsi faire de la place aux nouvelles collections.

Le numéro deux mondial du luxe, propriétaire entre autres de la maison de joaillerie Cartier et des marques de montres Piaget et IWC, a depuis vu ses ventes retrouver de l'élan, son chiffre d'affaires grimpant de 7% (hors effets de change) sur les trois derniers mois de 2017, selon les chiffres publiés début janvier, après une hausse de 12% les six mois précédents.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2018 à 9:40 :
Ils feraient mieux de surveiller la qualité de leur fromage surtout hein !

C'était une des meilleurs raclettes, la qualité s'est dégradée, du coût trouver du bon fromage à raclette commence à devenir vraiment compliqué, alors que nous payons le produit de plus en plus cher.

Désolé de vous ramener à la réalité.
Réponse de le 22/01/2018 à 21:59 :
Nan sérieux, citoyen, là, t’exagères... c’est quoi ce post sur le fromage à raclette ?? D’habitude, meilleurs arguments....contestables souvent, mais au moins bien construits...
Réponse de le 24/01/2018 à 12:03 :
"c’est quoi ce post sur le fromage à raclette ??"

Ben on parle de Richemont non ? Moi en tant que consommateur c'est la raclette qui me parle et pas leurs opérations financières dont je n'ai pas grand chose à faire vu qu'ils font tous pareils c'est d'une monotonie particulièrement repoussante.

ET c'est pas grâce au fromage qu'ils en sont là ?

Maintenant je me trompe peut-être et c'est un autre groupe mais quand je lis "marque de luxe", vu que dorénavant le fromage insipide est devenu la norme des fabricants il est évident que la raclette richement et entremont est devenue du luxe.

D'ailleurs c'est souvent comme ça que ça se passe, au lieux de tirer la qualité des produits vers le haut l'agro-industrie la tire vers le bas et ce que l'on mangeait de qualité il y a 20 ans est dorénavant dans les produits de luxe, regardez les chips si vous ne voulez pas trop vous empoisonner faut payer.

Je parle stratégie économique là, sauf que là où ça chaque le néolibéral c'est que je veux que les industries conçoivent des objets et produits alimentaires de qualité respectant autant que possible l’environnement et le travail de leurs salariés, à savoir que je suis en plein dans l'air du temps.

ET vous du coup vous êtes où ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :