Grève chez Capgemini pour une hausse des salaires, sur fond de grande démission

C'est la première grève depuis 2008 chez le géant tricolore des services numériques Capgemini. Les 32.000 salariés français étaient invités par une intersyndicale à débrayer pendant une heure ce jeudi 14 avril pour obtenir une hausse collective des rémunérations sur fonds de rotation massive des effectifs.

4 mn

Capgemini, qui emploie 325.000 personnes dans le monde dont 32.000 en France et 1.500 en Nouvelle-Aquitaine, connaît un turn-over annuel de 20 à 25 %.
Capgemini, qui emploie 325.000 personnes dans le monde dont 32.000 en France et 1.500 en Nouvelle-Aquitaine, connaît un turn-over annuel de 20 à 25 %. (Crédits : CHARLES PLATIAU)

A l'appel d'une intersyndicale réunissant six des huit organisations représentées dans l'entreprise (CFDT, CGT, FO, Unsa, Usapie et Solidaires), les salariés de Capgemini étaient invités à débrayer pendant une heure ce jeudi 14 avril. En quittant leur bureau, pour ceux en présentiel ou en se déconnectant symboliquement pour ceux en télétravail. "La mobilisation a été suivie notamment à Paris, Toulouse, Montpellier, Nantes et Pessac, près de Bordeaux. On compte plusieurs centaines de participants sur place ou à distance ce qui est satisfaisant dans une entreprise peu habituée à la grève", indique à La Tribune, à la mi-journée, Nicolas Lalande, délégué syndical CFDT chez Capgemini, basé à Pau (Pyrénées-Atlantiques). Les six organisations réunies en intersyndicale représentent autour de 65% des salariés tandis que les deux autres syndicats, la CFTC et la CFE-CGC, n'ont pas souhaité se joindre au mouvement social.

Un exercice 2021 record à tous points de vue

Cette première grève qui secoue le groupe français depuis 2008 s'inscrit dans un contexte de très forte croissance pour cette entreprise de services numériques fondée à Grenoble en 1967. Depuis son siège social parisien, elle emploie aujourd'hui 325.000 personnes dans le monde dont 32.000 en France, en intégrant les effectifs d'Altran rachetés en 2020. Le géant mondial du secteur a en effet réalisé un exercice 2021 qu'il qualifie lui-même de "record" : 18,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires (+14,6 % sur un an) et 1,2 milliard d'euros de résultat net part du groupe (+21%), dont 240 millions d'euros pour la France. L'Hexagone enregistre un chiffre d'affaires en hausse de 10% en 2021, soit la progression la plus faible des régions où Capgemini est implantée.

Lire aussi 4 mnComment Capgemini participe au projet scientifico-culturel montpelliérain HUT-Théâtre

"Parallèlement, l'action se porte bien avec des dividendes qui s'envolent, en hausse de 23 % sur un an. Mais, face à cela, les négociations salariales annuelles patinent avec des propositions très classiques de la direction", fait valoir Nicolas Lalande. "Sachant que l'historique de l'entreprise aboutit à des salaires relativement bas. Résultat, aujourd'hui avec l'inflation ça coince pour beaucoup de gens et on constate beaucoup de départs..."

Rotation massive des effectifs

Dans un contexte extrêmement concurrentiel sur les métiers employés par Capgemini - développeurs web, chefs de projet, infrastructures informatiques, etc. - le résultat est en effet un turn-over très élevé chez Capgemini, autour de 20 à 25%, selon la CFDT. L'entreprise a elle-même reconnu avoir perdu un quart de ses consultants l'an dernier tandis qu'un tiers de l'effectif a désormais moins d'un an d'ancienneté. "Ces éléments ne semblent pas inquiéter la direction notamment parce que le recours à des profils juniors fait partie du modèle de l'entreprise et permet de préserver sa marge. En France, les directions locales disent ne pas avoir la main sur les salaires et jouent principalement sur la qualité de vie au travail mais ça ne suffit plus", assure le délégué syndical.

Lire aussi 9 mnStars, salaires, télétravail : l'emploi des développeurs web en ébullition à Bordeaux (1/3)

Du côté des revendications, les négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires doivent se boucler le 22 avril prochain. En plus d'une enveloppe de 42 millions d'euros pour les augmentations individuelles, la direction de Capgemini France met trois millions d'euros sur la table, dont 1,84 million d'euros pour les augmentations collectives qui aboutirait à des revalorisations salariales de 700 euros bruts annuels pour les salaires inférieurs à 41.000 euros bruts annuels et de 450 euros bruts annuels au-delà de ce seuil. Jugeant ce budget collectif notoirement insuffisant, l'intersyndicale porte une seule revendication : une hausse collective des salaires de 2.500 euros bruts annuels.

Sollicitée par La Tribune, la direction de Capgemini indique "être attachée à maintenir un dialogue social de bonne qualité" et précise : "Nous sommes toujours en discussion avec l'ensemble des organisations syndicales pour les NAO. Nous pouvons d'ores et déjà indiquer qu'un effort significatif sera fait pour les salaires les moins élevés au sein de notre entreprise."

Lire aussi 3 mnDassault Aviation : un accord sur la hausse des salaires met fin au conflit social

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 17/05/2022 à 17:10
Signaler
Concurrents sur le marché mais unis pour la défense du pouvoir d’achat, les syndicalistes de CAP GEMINI et d’ATOS manifesteront ensemble avec les salariés pour faire entendre leurs revendications lors de leurs assemblées générales d’actionnaire respe...

à écrit le 22/04/2022 à 3:57
Signaler
Capgemini, c’est une image de la place de la France dans le monde de l’ingénierie: 30000 en France, 200 000 en Inde, 300000 dans le monde. La France perd de l’influence chaque jour dans le groupe. Le rôle de capgemini france est de donner du travail...

le 23/04/2022 à 22:30
Signaler
"Cap est une des entreprises qui aide la France à rester un acteur crédible de l’ingénierie." Serieusement ? Cap est une societe ou l objectif est de delocaliser au max (autrement dit faire travailler au max des indiens pas cher et limiter tant que ...

le 28/04/2022 à 3:21
Signaler
Commentaire pas très avisé: Les sociétés de type ESN permettent de découvrir de nombreux sujets d’ingénierie pour les jeunes. Elles fournissent un cadre de travail et des emplois pas trop mal payés. Elle permettent aussi à des profils qui ne sont pa...

le 28/04/2022 à 10:40
Signaler
Capgemini, c'est surtout une entreprise qui se goinfre d'argent public, via une stratégie claire visant à caresser le ventre de responsables publics impliqués dans des décisions de prises de marchés, et en leur faisant toutes les faveurs personnelles...

à écrit le 15/04/2022 à 10:11
Signaler
Bonjour, Votre article précise que 2 syndicats n'ont pas souhaité se joindre au mouvement social. Vous n'avez malheureusement pas recroisé l'information, car il s'avère qu'en ce qui concerne la CFE-CGC, nous n'avons pas été conviés à cette intersynd...

à écrit le 15/04/2022 à 9:33
Signaler
J'ai déjà passé un entretien d'embauche chez Cap Gemini et ça ne m'a pas du tout donné envie de bosser pour eux...

le 20/04/2022 à 20:44
Signaler
On s'en br. Marcel

le 22/04/2022 à 8:54
Signaler
@ Saif el masli : Normal quand on ne fiche rien et qu'on vit au RSA...

le 22/04/2022 à 9:44
Signaler
@Saif el masli : ça ne m'étonne pas de toi quand on ne br. rien et qu'on vit au RSA

à écrit le 14/04/2022 à 18:15
Signaler
Il y a encore vingt ans, CapGemini noyautait l'état et toute l'administration en consulting, lobbying, reingenierie et informatique. Puis, ce fût Accenture, BCG, et Bain (un peu beaucoup), Roland Berger et CGI (un peu). Maintenant avec Macron, Attal...

le 14/04/2022 à 23:57
Signaler
Avez vous des preuves , des enquêtes confirmant ce que vous prétendez sinon. C est de la diffamation …

le 15/04/2022 à 5:35
Signaler
De la diffamation ... comme vous y allez ! Actionnaire de ces grands groupes peut-être ? Je vous renvoie au livre Les Infiltrés , beaucoup plus précis que mes simples constats, de l'époque, de gueux de base. J'ai eu la chance de travailler avec des ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.