Les clubs de Ligue 1 font l'effort... financier

 |   |  881  mots
Eden Hazard, joueur du LOSC, et son entraîneur Rudi Garcia - Copyright AFP
Eden Hazard, joueur du LOSC, et son entraîneur Rudi Garcia - Copyright AFP (Crédits : AFP)
La Ligue de football professionnel (LFP) a présenté ce vendredi un déficit cumulé de 65 millions d'euros pour la saison 2010-2011, réduit de moitié par rapport à l'exercice précédent. L'Olympique lyonnais et l'Olympique de Marseille sont dans le bas du tableau des résultats financiers, tandis qu'Auxerre affiche un bénéfice de 3,85 millions d'euros.

Elle avait tablé sur un déficit d'environ 10 millions d'euros lors de son précédent rapport en 2011. La Ligue de football professionnel (LFP) a finalement annoncé un déficit cumulé de quelque 65 millions d'euros pour la saison 2010-2011, dans son rapport annuel publié ce vendredi. Le football français réduit ainsi ses pertes puisque la saison précédente, le déficit enregistré était deux fois plus élevé. La LFP met toutefois en garde : ce niveau de déficit reste supporté pour une grande partie par les actionnaires et leurs opérations (augmentation de capital dans des proportions impressionnantes, abandons de comptes courants à des niveaux records...). Un soutien que la LFP ne pense pas viable, c'est pourquoi elle préconise le développement de ressources d'exploitation stables aux clubs. Par ailleurs, si la crise ne semble pas ébranler le football français, elle impacte tout de même les ventes de billets et de produits dérivés.

Un mercato tout bénef'

La diminution du déficit s'explique principalement par la hausse des produits des transferts qui passent de 124,8 millions d'euros la saison dernière à 157,5 millions en 2010-2011. La baisse des charges et la masse salariale, qui s'est réduite de 16 millions d'euros, ont également largement pesé dans la balance. Le chiffre d'affaires du football français (hors transfert) recule quant à lui légèrement à 1,243 milliard d'euros, porté par « le soutien continu des droits TV et un sponsoring qui repart de l'avant », précise la Ligue de football professionnel.

Lyon et Marseille lanternes rouges

Les leaders du championnat ne sont pas les premiers de la classe en matière de finances. Sur l'exercice 2010-2011 l'Olympique lyonnais (OL) et l'Olympique de Marseille représentent à eux seuls plus de 42 millions d'euros des 46 millions de pertes enregistrés par les clubs de Ligue 1. La palme revient à l'OL, qui décrochait son passeport pour le tour préliminaire de la Ligue des champions en accrochant la troisième place du championnat, et enregistrait un déficit de plus de 28 millions d'euros. Le club marseillais a quant à lui affiché un déficit de plus de 14 millions d'euros. Quand à Lille (LOSC), le champion 2011 et vainqueur de la Coupe de France, enregistre un déficit de près de 6 millions d'euros. Malgré ces résultats spectaculaires, le LOSC a dépensé sans compter pour retenir certains de ses joueurs cadres, ainsi que pour son arrivée prochaine au Grand stade de Lille métropole, en construction.

Du côté du Paris Saint-Germain (PSG), les pertes ont été limitées : le club parisien affiche un résultat net de 201.000 euros. Toutefois, selon "Le Parisien", le PSG devrait afficher un déficit record de 100 millions d'euros à la fin de la saison actuelle. Une somme que les investisseurs du Qatar qui ont repris le club l'été dernier devraient facilement absorber.  Ainsi, sur la saison 2010-2011, dix clubs sont dans le rouge, un est à l'équilibre (Rennes) et neuf enregistrent des bénéfices. En tête : Auxerre avec 3,85 millions d'euros. En Ligue 2, le club le plus bénéficiaire est Boulogne avec 401.000 euros alors que la plus forte perte revient à Metz avec 5,46 millions d'euros.

En Europe, la course aux déficits

Mais le gazon n'est pas plus vert ailleurs en Europe. Fin mars, la Fédération italienne de football (FIGC) présentait dans un rapport un déficit cumulé des clubs professionnels lors de la saison 2010-2011 en hausse de 23% à 428 millions d'euros. Sur ce même exercice et selon « La Gazetta Dello Sport », les trois principales équipes de première division ont affiché des pertes record : 94,5 millions d'euros pour la Juventus de Turin, 86,8 millions pour l'Inter de Milan et 69,8 millions pour le Milan AC. Le principal club bénéficiaire, Naples, a gagné 4,2 millions d'euros.

En Espagne, si les performances sont au rendez-vous sur le terrain c'est loin d'être le cas sur le plan financier. D'après le secrétaire d'Etat aux Sports, Miguel Cardenal, cité par le journal « Libération », les principaux clubs espagnols doivent toujours plus de 750 millions d'euros au fisc, soit 150 millions de plus qu'en 2008. Symbole de ce découplage entre succès sportif et réussite économique, le FC Barcelone, vainqueur de la Ligue des champions et du championnat espagnol, a bouclé son année sur une perte de 9,3 millions d'euros. Outre-Manche et avec 230 millions d'euros de déficit en 2010-2011, Manchester City -racheté par un fonds d'investissement d'Abu Dhabi en 2008- a pulvérisé la saison dernière le record que détenait Chelsea, propriété de l'oligarque russe Roman Abramovitch.

 

A partir de 2013, une « règle d'or » du football

Porté par le président français de l'UEFA, Michel Platini, le cadre du « fair-play financier » doit entrer en vigueur à partir de la saison 2013-2014. Fondé sur le principe simple, mais ô combien ambitieux, qu'un club ne doit pas dépenser davantage qu'il ne gagne, ce projet a reçu en mars le soutien de la Commission européenne qui, par la voix de son vice-président, l'Espagnol Joaquin Almunia, a souligné la nécessité pour les clubs de football de disposer de fondements financiers solides. Pour les contrevenants, les premières sanctions -de la simple amende à l'exclusion des compétitions européennes- pourraient tomber à partir de la saison suivante 2014-2015.

 
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2012 à 10:31 :
Le football n'est pas une entreprise rentable et tant qu'il y aura des gogos smicards et au rsa pour applaudir un transfert record en france,ca restera comme ca. Apres tout il n'ya qu'a boycotte les clubs trop depensier mais bon,les gens sont choques par les remunerations scandaleuses des patrons du CAC40,par contre un footeux qui gagnent autant voir plus,non?! Cherchez l'erreur
Réponse de le 10/04/2012 à 12:15 :
C'est effectivement un pardoxe totalement ubuesque ....
a écrit le 07/04/2012 à 11:42 :
ou est l égaliter entre 1OOmillion de pertes du PSG et les bénef d auxere .
a écrit le 07/04/2012 à 4:27 :
Footballeur=3000 euros par mois,ce serait déjà pas mal, non!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :