Gros succès de l'Europe...dans les croisières

 |   |  584  mots
L'Association internationale des compagnies de croisières classe la Méditerranée en troisième position des destinations préférées des croisiéristes nord-américains. Copyright Reuters/Eric Gaillard
L'Association internationale des compagnies de croisières classe la Méditerranée en troisième position des destinations préférées des croisiéristes nord-américains. Copyright Reuters/Eric Gaillard (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le naufrage du Costa Concordia et l'avarie du Costa Allegra auraient pu conduire à un désamour pour la croisière. Il n'en est rien. Le Conseil européen de la croisière souligne le succès des croisières en Europe du Nord. Les compagnies nord-américaines évoquent l'attrait particulier de leurs vacanciers pour la Méditerranée. Et en France, les ventes continuent de progresser.

Les croisières en Europe du Nord, des îles britanniques aux fjords norvégiens en passant par les zones artiques enregistrent une croissance à deux chiffres par rapport à l'an dernier. C'est ce qu'a indiqué le Conseil européen de la croisière fin juillet. Près de 1,5 million de personnes sont attendues sur les navires de croisière dans le nord de l'Europe en 2012. C'est 16% de plus que l'année dernière.
Pour Bo Larsen, directeur de Cruise Baltic, l'Europe du Nord est en forte progression car elle bénéficie « à la fois d'une gamme élargie de destinations dans la région et de la volonté des compagnies de croisières de prolonger leur saison jusque sur les mois les plus froids ».

Les Américains plébiscitent la Méditerranée

Ce n'est pas la seule région d'Europe à être plébiscitée par les croisiéristes.
Selon une étude de l'Association internationale des compagnies de croisières (CLIA), la Méditerranée se classe en troisième position des destinations préférées des croisiéristes nord-américains. Derrière les Caraïbes et l'Alaska.
Près de la moitié (45,1%) des agences de voyage interrogées aux Etats-Unis et au Canada ont classé la Méditerranée comme l'une des « destinations en vogue l'année prochaine ». Selon eux, elle suscite « une demande et un intérêt nouveaux ou croissants ».

Les chiffres sont en nette augmentation, comparés à une enquête semblable de janvier 2012, peu après le naufrage du Costa Concordia au large des côtes italiennes. A cette époque, seulement 38,2% des agents interrogés classaient la Méditerranée parmi les destinations favorites de leurs clients. En mars dernier, le CLIA et le Conseil européen de la croisière avaient envoyé cinq porte-parole en Europe. Le but ? Défendre l'industrie et rassurer sur la sécurité après le naufrage du Concordia le 13 janvier. L'étude du CLIA évoque également la bonne santé générale du secteur en Amérique du Nord. Plus de la moitié des agents indiquent qu'ils vendent plus de croisières cette année qu'en 2011. Et, 64% d'entre eux prévoient encore une hausse des volumes de réservations pour le reste de 2012.

Le marché français de la croisière est loin d'être mature

En France, le phénomène est semblable. Les ventes de croisières augmentent considérablement. Selon Erminio Eschena, patron de MSC France, interrogé par l'AFP : « Nous avons dépassé il y a un mois les performances réalisées sur toute l'année 2011 avec 115 000 passagers transportés contre 100 000 au 31 décembre ».

Même la compagnie Costa Croisières n'a pas connu de baisse des demandes sur le long terme. Patrick Pourbaix, directeur général adjoint de Costa Croisières France, explique que la compagnie « a retrouvé depuis trois mois la croissance. On est en hausse par rapport à 2011 en nombre de passagers ». Après l'accident du Costa Concordia (32 morts) comme après l'avarie du Costa Allegra (fin février), « les ventes avaient immédiatement baissé mais elles étaient reparties très vite ».

Contrairement aux marchés espagnol et italien, le marché français fait partie des marchés européens qui s'en sortent bien.
Principale raison à cela : il est loin d'être « mature » avec 441 000 croisiéristes l'an passé. Les Français sont pour l'instant loin derrière les Italiens (800 000) et surtout les Britanniques (1,53 million). Des résultats qui semblent insignifiants comparés aux 11,5 millions de croisiéristes américains.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/08/2012 à 15:59 :
Des consommations de gasoil en dizaine ou centaine de tonnes de carburant à l'heure pas nos retraités !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :