Le propriétaire du Costa Concordia verse 2 millions d'euros à des naufragés français

 |   |  350  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La compagnie Costa Crociere, propriétaire du Concordia qui s'est échoué en janvier dernier près d'une île italienne a commencé le versement des indemnités promises aux passagers français ayant accepté un accord à l'amiable. Près de la moitié de ces naufragés n'ont encore rien signé et une trentaine continue les poursuites contre le croisiériste.

Le versement des indemnités commence, mais tous les naufragés du Costa Concordia seront-ils aussi conciliants? Sur 456 rescapés français du bateau échoué le 13 janvier en Italie, 235, ont accepté les indemnités proposées par l'armateur. Au terme d'un accord collectif, ils ont commencé depuis le 4 mai à recevoir une provision de 8.000 euros ainsi que 1.000 euros de prise en charge des frais de défense et d'expertise.

Le 27 janvier dernier, une association de passagers avaient accepté la proposition de Costa Crociere, propriétaire du bateau échoué, de renoncer à toute poursuite contre le versement forfaitaire de 11.000 euros par passager comprenant le remboursement du billet, les dédommagements pour les biens perdus et le traumatisme psychologique lié à l'événement, ainsi que les frais supplémentaires.

Dans le cas des passagers Français, près de 180 familles ont accepté cet accord, selon Me Bertrand Courtois, leur avocat. Mais ce dernier précise que pour les 235 personnes qui ont négocié le versement de ces 9.000 euros, des analyses au cas par cas sont prévues et les passagers gardent le droit de d'assigner la compagnie en justice.

Séquelles psychologiques

Les autres n'ont pas encore donné leur accord. Quatorze l'ont même refusé et ont saisi le tribunal afin de faire reconnaître les séquelles psychologiques dont ils disent souffrir. Ils demandent en outre le versement d'une provision de 50.000 euros chacun. Le tribunal de Nanterre doit rendre une décision à ce sujet ce mercredi. Par ailleurs, une vingtaine de passagers français se sont jointes à une action en nom collectif aux Etats-Unis contre la société-mère de Costa, Carnival Plc, le première croisiériste mondial. Ces naufragés réclament pour leur part 125.000 euros par passager.

L'enquête principale est menée en Italie. Cinq personnes, dont le commandant Francesco Schettino et son second sont notamment poursuivies pour homicide par imprudence, et abandon de navire après le naufrage du navire de croisière qui a coûté la vie à 32 personnes dont 6 Français. En France, le parquet de Paris a également ouvert une enquête préliminaire. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :