Le Plaza Athénée bientôt en travaux : la bataille des palaces parisiens s'accentue

 |   |  342  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Les fermetures de grandes adresses parisiennes se sont multipliées dans le but d'obtenir le précieux label "palace". Le Plaza Athénée investit près de 200 millions d'euros pour anticiper l'arrivée de nouveaux acteurs dans ce cercle extrêmement restreint dont il fait partie et qui compte désormais six établissements dans la capitale.

Et de quatre! Après le Ritz, le Prince de Galles, le Crillon, voilà que le Plaza Athénée a annoncé qu'il allait fermer ses portes le 1er octobre prochain pour entamer un chantier de 7 mois de travaux. La direction du Plaza Athénée a finalement décidé de suspendre son activité commerciale dans le cadre de son projet d'agrandissement. François Delahaye, le directeur général, voulait initialement maintenir l'activité de l'hôtel mais il est vite apparu difficile de recevoir une clientèle haut-de-gamme avec d'importants travaux.

Environ 200 millions d'euros d'investissements

Le Plaza Athénée a effectivement acquis pour près de 5.500 m² d'immeubles contigus. Il s'agit d'ouvrir 14 chambres dont 8 suites de 6 chambres, mais également de nouveaux salons de réception afin d'accueillir plus d'évènements. L'hôtel qui fait partie du groupe Dorchester Collection n'a pas communiqué le coût des travaux ni le prix d'acquisition. Des experts ont toutefois estimé à 200 millions d'euros la totalité de l'investissement.

L'hôtellerie de luxe parisienne est soumise à une très forte pression depuis la création du label "palace" en 2010. Seuls cinq grands hôtels avaient décroché le fameux label dont le Plaza Athénée, mais également Le Meurice qui fait partie du même groupe. Le Bristol, le George V et le Park Hyatt Vendôme font aussi partie des heureux élus.

Un sixième palace à Paris

L'attribution de ce label avait alors contraint les autres grands hôtels à réagir pour rester dans la course sur le segment de l'hôtellerie très haut-de-gamme. Mardi, le Royal Monceau a fini par décrocher le précieux label, devenant ainsi la sixième adresse de la capitale. Mais les autres grands établissements historiques ne sont pas en reste. Ainsi, après le Ritz l'été dernier, c'est le Crillon qui a fermé ses portes en mars pour deux années de travaux. Le Prince de Galles, lui, a rouvert en mai. Autant de raison pour les palaces actuels d'investir pour maintenir leur longueur d'avance...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2013 à 12:05 :
Ca prouve bien, que pendant qu'on se misérabilise", d'autres, et bien nombreux, s'en donnent à coeur joie! la Dolce Vita ! c'est partout pareil, partout ça gronde, dans tous les pays, et pour les mêmes raisons ! vivement un "vrai" changement !
a écrit le 26/06/2013 à 16:27 :
Trop bien ! Encore plein de chambres pour loger des gens qui payeront leurs nuits avec l'argent gagné à la sueur de leurs fronts et grace à leur talent reconnu ! Article mis en ligne depuis 1 heure et pas un commentaire par contre en 5 minutes c'est bashing à volonté dès qu'il s'agit de fonctionnaires ou autres "méchants chômeurs fainéants". Et ne me faites pas croire que l'on parle de gens qui "enrichissent la France" ou qui "crééent des emplois". On parle de dictateurs, d'héritiers, de rentiers, la lie de ce monde tout simplement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :