Attentats de Paris : l'Insee confirme un fort recul de la fréquentation des hôtels à Paris en novembre

 |   |  395  mots
Dans la semaine suivant les attentats, les hôtels parisiens ont perdu en moyenne journalière 24 points de taux d'occupation.
Dans la semaine suivant les attentats, les hôtels parisiens ont perdu en moyenne journalière 24 points de taux d'occupation. (Crédits : © Gonzalo Fuentes / Reuters)
Les conséquences sur la fréquentation hôtelière se ressentent en particulier à Paris avec une baisse des nuitées de 11,9% par rapport à 2014, indique l'Insee ce lundi.

Les attentats du 13 novembre ont eu un "impact significatif" sur la fréquentation des hôtels en novembre, notamment à Paris où la baisse des nuitées a été de 11,9%, a confirmé l'Insee lundi 11 janvier.

Les données recueillies par l'Institut permettent "d'observer un impact net des attentats du 13 novembre dès le lendemain" des attaques terroristes qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés.

Au total, en France métropolitaine, les nuitées ont diminué de 1,7% par rapport à novembre 2014 et de 6,9% en l'Île-de-France. La baisse est un peu plus marquée pour les touristes étrangers (-3,6%) que pour les touristes français (-0,9%).

Recul brusque

Le mouvement brusque après les attentats apparaît surtout d'après l'étude au jour le jour de l'évolution du taux d'occupation des hôtels. Au cours des deux semaines ayant suivi les attentats, le nombre de chambres occupées à Paris a chuté de 25% par rapport aux jours précédents, et de 6% dans l'ensemble de l'Hexagone.

L'Insee précise à propos de ces données journalières sur les chambres occupées:

"Elles sont habituellement peu interprétables au jour le jour en raison d'effets de calendrier. Dans le cas du mois de novembre, elles permettent néanmoins d'observer un impact net des attentats du 13 novembre dès le lendemain."

24 points d'occupation en moins

D'autres organismes ont déjà transmis des chiffres sur cette baisse de fréquentation à la fin de l'année. Ainsi, l'Office du Tourisme de Paris et des Congrès de Paris (OTCP) annonçait de son côté que, dans la semaine suivant les attentats, les hôtels parisiens ont perdu en moyenne journalière 24 points de taux d'occupation contre une croissance de 2,4 points la semaine précédente.

Au moment des fêtes de fin d'année, l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) a jugé que les réservations restaient largement en berne avec un recul de 30%. Par ailleurs, des tours operators et des hôtels de luxe ont fait état de baisses de réservations allant jusqu'à 50% par rapport à des périodes jugées "habituelles".

Enfin, selon une estimation dévoilée le 9 décembre par le cabinet d'étude MKG, l'hôtellerie avait perdu en France 9,3% de son chiffres d'affaires depuis les attentats de Paris, avec un manque à gagner de 150 millions d'euros.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2016 à 6:52 :
Vous vous trompez, Pierre MOSCOVICI a dit qu'il n'y aurait aucun impact des attentats sur l'économie.

Vous savez, MOSCOVICI, ce brillant ministre économiste que le monde nous envie ?

Il ne manque plus que des agressions de masse à Paris, ce qui devrait venir, pour boucler la boucle. Là aussi un politique bien informé dira que cela ne peut pas arriver.
a écrit le 11/01/2016 à 20:22 :
On publie dans la presse le gâchis français, pourquoi n’aurait-on pas un prétoire afin dans les décennies à venir de pouvoir rembourser le vol d’impôt et faire payer les 30 piteuses ou les deux siècles de déclin ? a l’époque des Argaunotes, le graal est-il libéral et le râle social ou l’inverse ? Napoléon 3 qualifié d’empereur social, n’est-il pas un simple opportuniste même si plesbicité selon le mythe de Vercingétorix ou de la belle endormie ? Les entreprises ne sont-elles pas des cathédrales qui protègent la vie et la prospérité des français malgré les tyrans ? Pour la marche des trainards, aura-t-on Roland ou bien un buccinateur ?
a écrit le 11/01/2016 à 19:47 :
Gênant.. Nous devions passer d'une société de production de valeur ajoutée à une société de touristes pardon, tourisme, et là, c'est loupé. Et si on essayait la prostitution..?? On a une bonne réputation, de ce coté-là...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :