Iberia enregistre une baisse de 90% de son bénéfice net

 |   |  417  mots
La compagnie aérienne espagnole a été fortement pénalisée par la hausse du prix du carburant. Le groupe se dit inquiet pour l'année 2009.

Le patron de la compagnie aérienne Iberia l'avait prédit en novembre, les chiffres publiés ce vendredi le confirme. En 2008, la compagnie aérienne espagnole  enregistre une très forte baisse de son bénéfice net de 90,2% à 32 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 5,45 milliards d'euros (-1,3%). L'an dernier, son résultat net était de 328 millions. La dégringolade des résultats d'Iberia se lit dans son résultat d'exploitation positif de 284 millions à une perte de 79. Du côté financier, la situation est tout aussi mauvaise. Le groupe dévoile une chute de son résultat financier de 22,9% à 49 millions d'euros, contre 63 million en 2007. Iberia justifie ces résultats par le paiement des dividendes sur la base des bénéfices de 2007 et l'achat d'actions de British Airways. L'endettement du groupe atteind,lui, 1,012 milliard d'euros, en hausse de 90,3%.

La compagnie a notamment souffert d'une forte hausse du prix du kérosène de 45,5%. Le fuel a representé l'an dernier 33,6% de son coût d'exploitation. "Le haut niveau des prix durant la majeure partie de l'année et leur très forte volatilité expliquent cette hausse[...]. Durant le premier semestre, les prix n'ont cessé d'augmenter pour atteindre le record de 1.450 dollars par tonnes métriques en juillet" explique le groupe. L'autre responsable est le train. La concurrence des lignes ferrovières se fait déjà ressentir sur la liaison Madrid-Barcelone. Et cela ne va pas s'améliorer puisque l'Espagne se lance dans un vaste plan de construction pour les lignes Madrid-Malaga, Madrid-Valence, Madrid-Alicante et Madrid-Bilbao.

A ces problèmes s'ajoute le contexte économique très difficile qui fait craindre une aggravation de la situation. La compagnie se dit inquiète par la crise qui touche l'Espagne en ce moment et "qui fait revoir à la baisse toutes les prévisions économiques". Autre incertitude: la  variabilité du prix du pétrole. Avec un baril qui est revenu de 140 dollars en juillet à moins de 40 en fin d'année, Iberia est dans l'incapacité de prédire ses dépenses en fuel, bien qu'elle mette en place de nouveaux instruments de contrôle et de gestion du risque. La probable hausse du dollar provoque aussi l'incertitude du groupe "sachant qu'environ 45% des coûts sont liés à la monnaie nord-américaine".

En esperant une amelioration, Iberia rappelle qu'elle vient de signer un accord avec American Airlines et British Airways "dans le but de développer la coopération sur les vols entre l'Europe et l'Amérique du nord".

(retrouvez le communiqué d'Iberia).

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :