La chute du fret et les hausses de coûts impactent Réseau Ferré de France

 |   |  304  mots
Le gestionnaire des chemins de fer français a vu sa perte opérationnelle se creuser fortement en 2008. Le profit net bondit. Le tout sous l'effet de la revalorisation des actifs de RFF.

Le gestionnaire des chemins de fer français Réseau ferré de France (RFF) a publié hier une perte opérationnelle courante creusée à 397 millions pour l'année 2008. Cette dernière était limitée à 7,7 millions d?euros sur 2007. « Cette perte est en partie due à des éléments exceptionnels, RFF ayant procédé cette année à une revalorisation de ses actifs », souligne Julien Leveque, responsable de la stratégie financière de RFF.

De même, sous l?effet de ce procédé, le résultat net publié explose à 11,8 milliards d'euros, quand celui de 2007 était négatif de 771 millions. Le chiffre d'affaires du réseau s?inscrit tout de même en hausse de 9 % à 3 milliards d'euros, soutenu par la hausse des péages acquittés par les trains de voyageurs, dont le trafic s?est maintenu en 2008.

Enfin, la dette de RFF s'alourdit de 800 millions, à 28,2 milliards. « RFF a hérité dès sa création de la dette de la SNCF », rappelle Julien Leveque, qui souligne qu?en 2008 « les investissements sur le réseau ont atteint 3 milliards d?euros, contre 2,5 en 2007 ».

 

Mais l?année 2008, pour RFF, a aussi été marquée par la hausse, à hauteur de 3,5 %, du coût des travaux d?infrastructure payés à la SNCF. « Ces coûts participent à hauteur de 25 % à la perte opérationnelle courante, soit 100 millions d?euros », précise Julien Leveque.

A la marge, RFF est aussi impacté par la baisse de 4 % de la circulation des trains de fret. Une baisse «essentiellement due à la perte de vitesse de fret SNCF», selon Julien Leveque, puisque que les opérateurs privés, qui détiennent 10 % du marché, « ont doublé leur circulation ». Selon nos informations, RFF enregistre une baisse de 25 % des commandes de sillons (créneaux horaires ferroviaires) de la part des entreprises de fret, depuis le début de la crise.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :