Air France a déposé plainte contre Ryanair

 |   |  193  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La compagnie nationale a déposé plainte fin novembre 2009 auprès de la Commission européenne. Selon Air France, les avantages accordés à Ryan Air par 25 aéroports régionaux français sont contraires aux règles européennes.

La plainte a été déposée fin novembre 2009 auprès de la Commission Européenne mais Air France ne l'a rendue publique que ce jeudi. La compagnie nationale souhaite que les autorités bruxelloises en charge de la concurrence sanctionnent Ryanair pour avoir bénéficié en France d'aides contraires aux règles européennes. 

"Ryanair subordonne en effet la desserte d'un aéroport à la mise en oeuvre par les personnes publiques exploitant ces aéroports de mesures d'aides en sa faveur. De telles mesures, qui prennent la forme de rabais sur redevances, de tarifs préférentiels d'assistance en escale ou encore d'aides marketing, ont été adoptées par au moins 25 aéroports régionaux français" souligne Air France dans un communiqué publié ce jeudi.

Pour la compagnie nationale, ces "subventions de fonctionnement" sont d'autant plus contraires aux règles européennes de la concurrence qu'elles ne sont ni temporaires ni dégressives dans le temps. "Au surplus, les mesures d'aides octroyées à Ryanair sont souvent financées par le produit des redevances payées par les autres compagnies aériennes présentes sur ces aéroports" conclut Air France. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2010 à 14:03 :
le calcul est rapide sans ces 660M? Ryanair serait déficitaire, certain aurait déjà mis la clef sous la porte. Cela m'amuse qu'on vente un modèle subventionné entièrement et qu'on critique a tout bout de chant Air France!
a écrit le 13/03/2010 à 20:23 :
C'est bien les low-cost, mais il est bon de tout savoir. En plus de ce que dit très justement "simplement"sur les taxes et redevances. Je voudrais attirer votre attention sur la formation de pilotes.
AF, comme d'autres grandes compagnies, forme elle même ses PNT. Ryan Air, profitant de la conjoncture défavorable aux salariés ne recrute que des pilotes de ligne qui se sont payé la formation adéquate (100 000? environ), plus la qualification sur B 737 (environ 30 000?).
Vous tous qui me lisez, avez vous payé à ce prix la formation qui permet à votre patron de vous employer. Commencez vous votre carrière avec une dette de plus de 100 000? ?
a écrit le 12/03/2010 à 5:38 :
Air France est trés qualifiée pour parler d'aides publiques.
a écrit le 11/03/2010 à 12:36 :
COMBIEN COUTENT LES "LOW COST"?
Il est de bon ton de dire que les grosse compagnies coûtent de l'argent. Passons rapidement sur la destruction d'emplois et les pertes induites et venons en aux subventions publiques dont bénéficient les "low cost". Il faut savoir deux ou trois choses. D'abord, toute compagnie arrivant pour la première fois sur une ligne, bénéficie d'un abattement progressif de trois ans des taxes perçues par les Chambres de Commerce et d'Industrie. Ensuite, ces mêmes CCI font profiter les "low cost" de leur réseau de communication -notamment- les sites internet pour une publicité gratuite. Enfin, le montant général des différentes aides et ristournes n'est pas négligeable. Pour la seule compagnie RYANAIR, elles s'élèvent entre 120 et 140 million d'Euros en Europe. 40 millions rien que pour la France. Si vous regardez le chiffre d'affaire et le bénéfice affichés par la
compagnie et si vous le comparez au montant des différentes aides, vous verre que l'absence d'aides mettre l'entreprise dans le rouge. Il est donc faux de parler de compagnies "low cost". Si elle sont low cost, c'est d'abord pour les conditions de travail de leurs employés. Elles "cost" cher aux contribuables. De plus elles ont le droit de supprimer des vols en fonction de leur taux de remplissage. Suppressions appelées "incident technique" sur les écrans des aéroports. Pour exemple, vérifiez comment ce "low cost" a promis de s'installer à Deauville et s'est retiré au dernier moment, alors que la ville avait déjà investi dans des infrastructures. Édifiant.
a écrit le 11/03/2010 à 12:14 :
Il faudrait déjà que La Tribune apprenne à écrire le français...
3 fautes en 2 lignes! félicitations!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :