Grèves de ce mardi : des perturbations dans les transports et les écoles

Depuis lundi soir, les transports sont perturbés. La SNCF a prévu de faire rouler 65% des TGV, de 35% à 70% des TER, et 45% des Transiliens en Ile-de-France. A Paris, la RATP a annoncé 3 métros sur quatre et un RER B sur deux seulement. Dans l'éducation, le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, a évalué à 52% le nombre de grévistes en primaire et maternelle.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

En France, les transports seront perturbés ce mardi en raison de la journée d'action interprofessionnelle organisée à l'appel de cinq organisations syndicales pour la défense des emplois et des retraites. Les perturbations ont commencé dès lundi soir.

Le trafic de la SNCF doit ainsi être assuré en moyenne à 65% pour les TGV, de 35% à 70% pour les TER, et à 45% pour les Transiliens (Ile-de-France), a précisé la compagnie.

Sur la partie de la ligne du RER A gérée par la SNCF, le trafic doit être normal. Les trains à grande vitesse internationaux, comme Eurostar et Thalys, devraient aussi rouler normalement.

Dans les transports parisiens, la RATP qui prévoyait également des perturbations annonce ce mardi que le trafic est quasiment normal.  La régie parisienne avait annoncé deux métros sur trois, trois RER A sur quatre (sur la partie de la ligne qu'elle gère), un RER B (tronçon RATP) sur deux et un trafic quasi normal des bus et tramways. Pour le RER B, l'interconnexion en gare du Nord avec la SNCF devait être suspendue.

La RATP met un numéro vert à la disposition des voyageurs: 0 800 15 11 11.

52% de grévistes dans les écoles, selon le SNUipp-FSU

Les écoles sont également touchées par le mouvement. Le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, a annoncé 52% de grévistes en primaire et maternelle. La mobilisation devrait être particulièrement forte dans l'Aisne, les Bouches du Rhône, les Pyrénées atlantiques ainsi qu'à Paris.

Ces estimations reposent sur la base des déclarations préalables de grève rendues obligatoires par la loi sur le service minimum d'accueil (SMA), qui oblige les communes à organiser un accueil des élèves à partir du moment où plus de 25 % des enseignants d'une école se sont déclarés grévistes.

Le syndicat demande au président de la République "de geler dès 2010 la réduction du nombre d'enseignants et la réforme de la formation des enseignants et ce d'autant plus que le nombre d'élèves augmente dans le premier degré".

Les principaux syndicats enseignants appartenant à la FSU, l'Unsa-Education, la CFDT, la CGT et Sud ayant appelé à la grève, un arrêt de travail touche également les collèges et lycées (y compris de l'enseignement privé) et les établissements d'enseignement supérieur et de recherche.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 23/03/2010 à 8:35
Signaler
je pense que ces personnes en gréves font aussi partie des Français moyens et luttent pour préserver un minimun de dignité dans cette société ou seul les speculateurs et banquiers sont les gagnants. Je dis oui à la gréve et la soutient, marre de pa...

à écrit le 23/03/2010 à 7:27
Signaler
Lamentable. Une fois de plus les syndicats jouent contre notre pays. A nouveau victime le Français moyen et les personnes les plus faibles. Une grève au lendemain des élections, c'est faire fi de la démocratie. Quant aurons nous des syndicats représe...

à écrit le 23/03/2010 à 6:55
Signaler
Ces grand-messes sont fatiguantes. Comment des syndicats aux effectifs aussi misérables peuvent-ils prétendre l'intérêt de la majorité des travailleurs (et travailleuses)? D'autant qu'ils ne proposent aucune offre crédible, ou alors, je suis aveugle ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.