La ligne à grande vitesse en Grande-Bretagne attire les investisseurs

 |   |  324  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Plusieurs groupes se montrent intéressés par la privatisation de l'unique ligne ferroviaire à grande vitesse du Royaume-Uni.

La privatisation de High Street 1 intéresse de plus en plus les investisseurs. Le gouvernement britannique aurait reçu entre quatre et six offres pour la privatisation cette l'unique ligne ferroviaire à grande vitesse du Royaume-Uni, selon l'AFP.

La holding publique London & Continental Railway (LCR), qui détient la ligne, aurait refusé de commenter ces informations. Mais Eurotunnel et Goldman Sachs ont annoncé avoir accueilli de nouveaux partenaires dans leur consortium baptisé "GB Speed rail", qui comprend désormais, outre ces deux entreprises, la division M&G d'Infracapital, la Caisse des dépôts et consignations pour la France et Universities Superannuation Scheme pour la Grande-Bretagne.

"Nous formulerons une offre indicative aujourd'hui", a dit le porte-parole du consortium, en concurrence avec au moins deux autres candidats.

L'un d'eux est constitué de Morgan Stanley Infrastructure, 3i Infrastructure et Abou Dhabi Investment Authority (ADIA). Le second est issu d'un partenariat canadien regroupant Borealis, la division d'investissements en infrastructures d'Ontario Municipal Employees Retirement System (OMERS), et Ontario Teacher's Pension Plan (OTPP).

Cheung Kong Infrastructure (CKI), une société contrôlée par l'homme d'affaires hongkongais Li Ka-Shing, est également l'un des candidats à la reprise de la ligne ferroviaire à grande vitesse britannique reliant le tunnel sous la Manche à Londres, a-t-on appris mardi de trois sources proches du dossier.

CKI est contrôlé à 85% par le conglomérat Hutchison Whampoa, que préside Li Ka-Shing. Ce dernier a conclu le mois dernier le rachat des réseaux de distribution d'électricité d'EDF au Royaume-Uni pour plus de 6,5 milliards d'euros par plusieurs de ses sociétés, parmi lesquelles CKI.

Le gouvernement britannique a mis en vente une concession de 30 ans pour l'exploitation de l'unique ligne à grande vitesse du pays, longue de 110 kilomètres et reliant Londres au tunnel sous la Manche, afin de réduire le déficit public du pays.

La ligne " High Speed 1" pourrait rapporter 1,5 milliard de livres (environ 1,8 milliard d'euros), selon des sources proches du dossier.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :