Eurotunnel profite de la reprise du trafic transmanche

 |   |  485  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Avec un chiffre d'affaires en hausse de 22 %, à 396 millions d'euros, le groupe Eurotunnel a réalisé un modeste bénéfice de 2 millions d'euros au premier semestre. Il craint une recapitalisation de SeaFrance qui pourrait changer la donne au second semestre.

La reprise est bien présente au premier semestre pour Eurotunnel. Le groupe concessionnaire du tunnel sous la Manche a publié vendredi d?excellents résultats, avec un excédent brut d?exploitation (EBITDA) en hausse de 37 %, et un chiffre d?affaires en croissance de 22 %, à 396 millions d?euros.

Le groupe franco-britannique a retrouvé ses parts de marchés historiques dans le trafic Transmanche, entre 48 % et 50 % dans le transport de voitures, et 37% pour les camions. Le PDG d?Eurotunnel, Jacques Gounon, estime avoir « retrouvé tous les clients d?avant l?incendie (de septembre 2008), sans sacrifice excessif sur les prix », avec un volume en hausse de 21 % dans le transport de camions. Il a déclaré que cette hausse devrait en principe se poursuivre, et n?a « pas de raison d?être inquiet sur les volumes ».

Du côté d?Europorte, l?entreprise ferroviaire du groupe Eurotunnel, Jacques Gounon souhaite « montrer que l?on peut faire du fret de qualité en France en gagnant de l?argent ». Après un gros investissement pour avoir un parc de locomotives récent et homogène, la filiale affiche ce semestre des pertes modestes, de 4 millions d?euros.

Au premier semestre, le groupe a comptabilisé pour 30 millions d?euros d?indemnités d?assurance liées à l?incendie de 2008. Le groupe a perçu à ce jour un total de 223 millions d?euros d?indemnités d?assurance, et poursuit ses négociations pour atteindre les 280 millions qu?il estime lui revenir. Au sujet de sa dette, stabilisée à 3,7 milliards d?euros, le PDG a souligné qu'elle "n'est pas définitivement un problème" pour Eurotunnel.

Avec une bonne reprise de l?activité et une baisse du point mort « assez spectaculaire », Eurotunnel semble donc sur les rails pour afficher un bénéfice en 2011. Jacques Gounon prévoit en outre que l?ouverture du tunnel à la compagnie allemande Deutsche Bahn se fera en 2013, et que la fin du monopole d?Eurostar dynamisera l?activité dans le tunnel.

Jacques Gounon reste cependant prudent au sujet du deuxième semestre. La principale menace est incarnée par SeaFrance, la compagnie de ferries Transmanche, actuellement en procédure de redressement judiciaire, qui a demandé une recapitalisation à hauteur de 230 millions d?euros. En outre, le soutien des pouvoirs publics sur le fret concentré autour de la SNCF affaiblit les positions d?Eurotunnel. Le PDG réclame un comportement plus équilibré vis-à-vis des différents opérateurs de fret : « le ministère des Transports se comporte comme l?actionnaire de la SNCF ».

Eurotunnel a profité de l?occasion pour rappeler ses engagements environnementaux, en affichant une réduction de 55 % de son empreinte carbone depuis 2006. Le groupe a d?autre part confirmé son projet de développer une interconnexion électrique entre la France et la Grande-Bretagne à travers le tunnel, dans le cadre d?une filiale commune avec la société anglaise de capital investissement Star Capital Partners.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :