Catastrophe ferroviaire en Espagne : le conducteur téléphonait au moment de l'accident

 |   |  215  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'examen des boîtes noires permet d'en savoir plus sur le déraillement du train pour Saint Jacques de Compostelle en Espagne, le 24 juillet, qui a causé la mort de 79 personnes. Il roulait à 153 km/h au moment de l'accident. La police confirme en outre que le conducteur a été distrait...par son téléphone.

Un coup de fil et un coup de frein. C'est ainsi que ce sont probablement déroulées les dernières secondes ayant précédé le déraillement du train pour Saint Jacques de Compostelle en Espagne, qui a causé  la mort de 79 personnes.

Le conducteur au téléphone

Francisco José Garzón Amo, le conducteur du train, avait indiqué lundi lors d'une audition qu'il avait été "distrait" ce qui l'avait empêché de ralentir à 80 km/h, la vitesse maximum autorisée près du fameux virage. Et pour cause : à ce moment il était au téléphone a indiqué la police scientifique espagnole ce mardi. Il aurait appelé un contrôleur de la compagnie et demandé des informations sur son trajet, selon le quotidien El Pais. Il aurait par ailleurs eu l'attention détournée par la consultation d'un plan, comme l'indique un autre quotidien espagnol, La Voz de Galicia.  

153 km/h 

Des données des boîtes noires indiquent par ailleurs qu'il a cependant eu le temps de freiner avant le virage, le train étant passé d'une vitesse de 192 à 153 km/h, selon le tribunal de justice de Galice. Le conducteur du train est mis en examen pour homicide par imprudence.

>>> VIDEO Train CRASH Near Santiago De Compostela Accidente


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2013 à 18:49 :
INCROYABLE !!! Je n'ose comprendre il n'y aurait donc aucun dispositif de sécurité venant alerter ou supplanter le conducteur en cas d'erreur grossière ou manquement de sa part ? pas de balises d'alertes , pas de GPS etc ? pourtant une simple alerte sonore par positionnement GPS en cas de non respect des vitesses consignées dans une base de données serait le minimum . Le conducteur a une part de responsabilité mais les chemins de fer espagnole encore plus . Ce n'est pas rassurant
a écrit le 31/07/2013 à 17:47 :
IL faut dire aussi, qu'il se targuait "parait -l sur les réseaux sociaux, de rouler toujours plus qu'il ne le fallait, mais bon on va pas en rajouter, personne ne voudrait être à sa place!!!!!!!!
a écrit le 31/07/2013 à 14:30 :
Le titre est un drôlement ambigüe car , selon des sources proches de l'enquête, il apparaît qu'il répond à un appel émanant de sa compagnie. Il a interet à avoir le dos large le conducteur. Certes il est vivant et il y a des gens décédés et blessés, mais pour le choc post-traumatique qui va lui arriver à coup sûr je ne suis pas certain que le contexte espagnol professionnel aussi bien que médiatique pourra gérer cela.
a écrit le 31/07/2013 à 13:31 :
Distrait peut-être, mais ne pas placer de système ralentisseur automatique (si le conducteur ne repond pas à l'alarme comme sur TGV) entre une ligne droite à 200km/h et un virage que l'on sait "dangereux" est un gros probleme de la Renfe!!
a écrit le 31/07/2013 à 12:51 :
D'après France Info, le conducteur avait été appelé par la Renfe, donc un appel de service et non un appel personnel vers Bobonne. J'ai l'impression qu'il n'y a pas de déchaînement médiatique vis à vis de ce conducteur, la situation doit être déjà assez terrible pour lui.
a écrit le 31/07/2013 à 11:55 :
La seule chose à prendre en considération est qu'il n'y avait aucun système permettant de stopper le train ou de limiter de manière automatique sa vitesse. Le reste n'est que du détail.
Réponse de le 31/07/2013 à 12:52 :
78 morts et des dizaines de blessés graves, un détail comme vous dîtes....
Réponse de le 31/07/2013 à 13:24 :
@vitevu

La bêtise du conducteur ne me semble pas si insignifiante que cela au regard des conséquences...
Réponse de le 31/07/2013 à 13:33 :
comme il dit, oui, un sacré détail !!!!!!
a écrit le 31/07/2013 à 9:53 :
Si les premiers éléments d'enquête confirment cette hypothèse ,alors il faudra COMBATTRE techniquement ce fléau qui s'appelle le téléphone portable ! Il nous est rabâché depuis des années que l'usage du portable nuit à la vigilance au volant mais également dans toutes les circonstances où l'attention doit être maximale .Il conviendra d'imaginer des brouilleurs dans les cabines (bus,trains,...) afin de dissuader certains usages.Néanmoins , au delà de l'aspect humain , il sera nécessaire de savoir pourquoi l'absence de système KVB (contrôle voie balise) en amont de la zone dite singulière.(en langage ferroviaire , il n'y a pas de zones critiques contrairement à la route car le maitre mot est l?anticipation). Il aurait permis ,techniquement,une prise en charge du conducteur par le système embarqué ,en amont, afin de préserver le confort des passagers.(le freinage d'urgence est toujours brutal ).La sécurité dans les transports (rail entre autres) est à ce prix et les politiques doivent le comprendre plutôt que de s'échiner à casser l'existant (dont la culture de la SÉCURITÉ) au prétexte de dogmes idéologiques !
Réponse de le 31/07/2013 à 11:41 :
Ils n'ont pas de liaison radio les TGV espagnols ? Canada, France, Espagne, Suisse, tous ces exemples montrent que la sécurité absolue n'existe pas et que les causes des catastrophes ferroviaires sont souvent multiples (humain, infrastructures et procédures).
Réponse de le 31/07/2013 à 12:43 :
Vous savez, le teléphone portable peut s"apparenter au point de vue distraction à des passagers 'ou un ) qui vous bassinent, et blablatent sans s'arrêter, si ce n'est avec le conducteur, c'est entre eux! alors que faire? partir seul, est loin d'être toujours possible..J'ai même vu des gens se disputer férocement en voiture, gestes de colère, cris...là, aussi, il y aurait pu plus d'une fois occasion d'accidents....
Réponse de le 31/07/2013 à 13:21 :
@08 BIOMAN

De mémoire j'ai souvent vu dans les bus de transport privé des plaques mentionnant l'interdiction de discuter avec le conducteur et cette règle n'est malheureuse que très peu appliquée dans les transports publics et encore moins en voiture. Et pourtant c'est un risque important d'accident au même titre que la fatigue causée par la durée de conduite sans interruption, l'alcool ou les stupéfiants. Le téléphone portable personnel ne devrait pas être autorisé pour les conducteurs de transports publics, seulement un transcepteur radio réglé sur une fréquence d'appel d'urgence ou à défaut de pouvoir réserver une fréquence sur les ondes courtes (cf. portée) un téléphone portable professionnel en ligne restreinte.
Réponse de le 31/07/2013 à 17:52 :
OK avec vous !
a écrit le 30/07/2013 à 23:28 :
Quand on regarde la vidéo, on voit que la tête du train est entraînée par le wagon qui est derrière, et déraille en premier. Bizarre !
Comme si seule la tête du train avait disposé de frein, et était poussée a dérailler par le wagon qui la suit. Un problème mécanique aurait-il été concomitant à la survitesse ?
Regardez encore.
Réponse de le 31/07/2013 à 7:59 :
Si il a réalisé qu'il fallait freiner au maxi, globalement l'énergie tend à exercer une poussée vers l'avant. La motrice étant beaucoup plus lourde que les wagonsn est moins sensible à la poussée venue de l'arrière. C'est alors le premier maillon faible qui saute, à savoir le système d'accrochage entre la motrice et le premier wagon
a écrit le 30/07/2013 à 20:24 :
dingue
a écrit le 30/07/2013 à 18:54 :
IL en a sacrément sur la conscience, cet homme ! pas enviable, vraiment! tous ces morts parce qu'il n'a pas respecté la vitesse car étant "distrait"....oui, une sacré croix"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :