Brétigny : un nouveau rapport met en cause la SNCF

 |   |  514  mots
Les extraits d'un rapport sur l'accident ferroviaire à Brétigny-sur-Orge survenu en juillet 2013 ont été publiés par le Figaro. Deux experts mandatés par la justice concluent à un défaut de vigilance. Le Secrétaire d'Etat aux transports, Frédéric Cuvillier a reconnu ce lundi une situation "extrêmement dégradée" du réseau.

Nouvelles révélations sur Brétigny. Les experts mandatés pour déterminer les causes de la catastrophe ferroviaire du 12 juillet 2013 ayant causé la mort de 7 personnes concluent à "un état de délabrement jamais vu" du réseau, selon des extraits d'un rapport publiés dès dimanche soir par Le Figaro.

Un processus étalé "sur plusieurs mois"

Michel Dubernard et Pierre Henquenet signalent une série d'anomalies qui pour "la plupart (...) étaient connues de la SNCF ou de ses agents sans pour autant" qu'il y soit remédié "de façon adéquate". Il ajoutent:

"Le processus ayant abouti à la désagrégation complète de l'assemblage s'est bien au contraire étalé sur plusieurs mois et a concerné l'ensemble de l'appareil de voie incriminé, sur lequel ont été relevées plus de 200 anomalies de divers degrés de criticités".

Sont pointées, notamment, "vibrations, battement, défauts de serrage, usure, etc. Tous dommages relevant de la qualité de la maintenance."

Un "état de délabrement jamais vu"

La situation du réseau ferroviaire français est "extrêmement dégradée", a reconnu Frédéric Cuvillier. Le secrétaire d'État aux Transports interrogé ce lundi, sur France Inter a évoqué un "état de délabrement jamais vu". Il en a profité pour vanter le plan Vigirail" qui a "amené à vérifier l'ensemble du réseau, 5.000 aiguillages et 100.000 éclisses".

La SNCF et RFF contestent

Dès dimanche soir, la SNCF et le Réseau ferré de France ont contesté "état de délabrement du réseau à Brétigny comme ailleurs". Ils estiment que "la plus grande prudence s'impose" dans l'interprétation des extraits parus "par voie de presse".

Les présidents de RFF et SNCF doivent s'exprimer devant la presse ce lundi en fin d'après-midi; 

D'autres enquêtes

Des extraits d'un autre rapport remis au juge d'instruction avaient déjà filtré au mois de juin. Il y était indiqué que plus du tiers des boulons du tronçon en cause dans l'accident ferroviaire étaient défectueux ou manquants. 

>> Accident de Brétigny : un rapport accable la SNCF

D'autres enquêtes ont été menées parallèlement à l'enquête judiciaire: une interne conduite par la SNCF et le gestionnaire d'infrastructure Réseau ferré de France (RFF) et une technique du Bureau d'enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT), dont un rapport d'étape avait été publié en janvier.

Rouler moins vite 

En conséquences, les experts préconisent de "limiter à 100 km/heure la vitesse des trains à l'approche de la gare de Brétigny" et de vérifier tous les ans les agrafes métalliques qui servent à raccorder deux rails consécutif, les fameuses éclisses à l'origine de l'accident du 12 juillet. Auparavant, ces éclisses n'étaient vérifiées que tous les trois ans. Il suggèrent en outre d'embaucher un personnel ayant reçu "une formation spécialisée approfondie".

 Ils émettent une mise en garde sur l'état du réseau dans une autre gare francilienne, celle de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). 

(article créé le 07/07/2014 à 07:20, mis à jour à 09h57) 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2014 à 17:09 :
Si on mettait une taxe sur l'énergie pour financer les retraites, la SNCF serait avantagée par rapport aux transports routiers et pourrait entretenir son réseau.
a écrit le 07/07/2014 à 17:47 :
Tout ceci ne m'étonne pas, il faut privatiser la sncf. Dernièrement, je voyais un breton Rennais de 20 ans, qui a trouvé un boulot à la sncf à Toulouse grace au piston de papa ! Vous trouvez ça normal ? Et que les agents sncf aient trop d'avantages ? C'est normal ? Et qu'ils font des grèves en prenant en otage les utilisateurs ? Et qu'il est impossible de virer un mauvais employé, à cause de leur statut privilégié ?
Réponse de le 07/07/2014 à 18:06 :
Otage?
Les cheminots te mettent un pistolet sur la tempe pour prendre le train?
C'est bien de regarder TF1 tous les soirs,t'a adopté leur langage.....
Réponse de le 11/07/2014 à 22:30 :
On ne privatise pas un réseau unifié avec un coup de baguette magique.
1 - Qui paiera la dette des EPIC (SNCF + RFF) et qui paiera les retraites des cheminots ?
2 - Une privatisation entrainerait un éclatement du réseau. Comment faire circuler des TGV Bruxelles-Marseille, Francfort-Marseille, Londres-Bourg-St-Maurice, etc...
3 - Une entreprise privée n'est pas très regardante en matière de sécurité.
4 - Aucun opérateur privé ne prendra en charge la lourde maintenance des infrastructures des ligne TGV. On ne roule pas à 300 km/h et même 320 comme on roule à 130 sur autoroute.
5 - La privatisation du réseau suédois est en train d'aboutir un à fiasco.
6 - L'opérateur privé "THELLO" qui assure la liaison Paris-Venise est loin de donner satisfactions aux clients.
7 - La liste est loin d'être terminée.
a écrit le 07/07/2014 à 16:19 :
Et pourquoi va t on assister a d'autres Bretigny ? Avec la nouvelle organisation de la SNCF adoptée par le parlement, les deux entité SNCF transport et la holding SNCF qui détient ses filiales, dont celles qui entreront en concurrence avec la même SNCF seront privées, l'entretien et la maintenance des voix va rester sous entité public a charge du contribuable, donc "rationalisation" des effectifs, charges accrues pour le personnel, démotivation,.... En Grande Bretagne la chambre des communes des communes planche sur une nationalisation de British railways vu le bilan catastrophique de la privatisation par Tatcher...
a écrit le 07/07/2014 à 15:13 :
Le train qui déraille à cause des réglisses.
Il faut vite du dialogue social en France. Et surtout dialoguer avec les boulons, les écrous, ...car peut être se sont ils sentis stigmatiser en juillet 2013 ?
a écrit le 07/07/2014 à 13:16 :
ce n'est pas l' état seulement mais les syndicats des intermittents privilégiés qui délabrent ce pays , surtout par omissions . Mais les amis de la magistratures passeront l' éponge dans des années , en accord avec le cabinet noir , càd rouge ...
a écrit le 07/07/2014 à 12:19 :
Déresponsabilisation de l'administration française, voila un exemple criant.... et pourtant, le rôle initial de l''État est bien d’être au service de tous ses citoyens, mais il dérive de plus en plus car son administration s'occupe plus d'elle même que de ses administrés, sauf quand ils râlent. Pour en revenir au cas de Bretigny, il me semble que le réseau devrait être vérifié tous les ans dans toutes les gares à fort trafic
a écrit le 07/07/2014 à 11:13 :
En bon fonctionnaire comme lors de bavures policières "ce n'est pas de notre faute" Lamentable ! cette caste de nababs qui ruine notre pays par leur incompétence au même titre que les parlementaires.
Réponse de le 11/07/2014 à 22:33 :
Quand vous parlez des fonctionnaires, de quelle catégorie ou de quelle hiérarchie faites-vous allusion. Parmi les fonctionnaires exécutants, il y en a de très intelligents mais il est vrai que dans la fonction publique, il vaut mieux être bête et discipliné pour se faire bien voir. J'en ai fait l'expérience moi-même.
a écrit le 07/07/2014 à 11:01 :
C'est la faute à Sarkosy !
a écrit le 07/07/2014 à 10:50 :
Il faut des moyens supplémentaires hurlent les syndicats, cet accident n'est pas la faute du personnel mais c'est la malchance. Ben voyons ! Les moyens existent, il suffirait juste de faire travailler les cheminots pour ce qu'ils sont payés, c'est-à-dire remarquablement bien. Supprimons les régimes spéciaux, les départs à la retraite injustifiés d'une quantité de personnel qui n'y ont aucun droit sauf les trop fameux "droits acquis" (une escroquerie aux dépends de la France). Le personnel étant moins nombreux pour la même tâche, les économies seraient largement suffisantes pour rembourser la dette abyssale de la SNCF et entretenir le réseau. Y-a plus qu'à... Mais faire travailler des gens qui n'en ont pas la culture, quel challenge.
a écrit le 07/07/2014 à 10:28 :
C'est le résultat comme pour les C.H.U. (mort d'une adolescente de 14 ans à Nîmes dont la cause est la défaillance du service médical), éducation nationale publique et autres... d'un management archaïque, de syndicats irresponsables, de la déresponsabilisation des agents publics et territoriales bon au laissé allez et au m'en foutisme. Remise en cause d'urgence à faire et la France devrait prendre exemple du Canada et de la Suède qui à privatisé au maximum les services publiques pour un résultat largement positif idem pour la dette de leur pays...
Réponse de le 11/07/2014 à 22:37 :
Je constate que vous êtes mal informé et c'est bien le mal français. La privatisation des Chemins de Fer Suédois a abouti à un fiasco. Allez voir dans GOOGLE.
a écrit le 07/07/2014 à 9:50 :
Cette fois, la Mort a décidé les grands moyens. Avec la SNCF et RFF, elle a décidé que vous y passeriez que soit par noyade dans les mares d'urines dans les gares, par déraillage des trains ou encore par vol avec violence avec chute dans les escaliers 3 étoiles.
a écrit le 07/07/2014 à 9:49 :
Comme d'habitude avec les administrations en France.
a écrit le 07/07/2014 à 9:00 :
Connu de ''tous les agents de la SNCF'' ? Alors pourquoi ne se mettent-ils pas en grève lorsqu'il constatent une dégradation de leur l'outil de travail'' ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :