Le transporteur MoryGlobal (ex-Mory Ducros) se déclare en faillite

 |   |  408  mots
L'annonce a été faite en comité d'entreprise, selon Eric Martin, représentant CFTC et secrétaire adjoint du CE.
L'annonce a été faite en comité d'entreprise, selon Eric Martin, représentant CFTC et secrétaire adjoint du CE. (Crédits : Mory Group)
Dans un communiqué, l'actionnaire, Arcole Industries, "prend acte" de cette "demande de placement de MoryGlobal sous la protection du tribunal de commerce de Bobigny".

Le transporteur MoryGlobal, successeur de Mory Ducros, devait se déclarer vendredi après-midi en état de cessation de paiement (faillite) au tribunal de commerce de Bobigny et demander son placement en redressement judiciaire, a indiqué à l'AFP un représentant du personnel.

L'annonce a été faite en comité d'entreprise, selon Eric Martin, représentant CFTC et secrétaire adjoint du CE, confirmant une information du Figaro. Dans un communiqué, l'actionnaire, Arcole Industries, "prend acte" de cette "demande de placement de MoryGlobal sous la protection du tribunal de commerce de Bobigny".

Un peu moins de 3.000 licenciements

Placé en redressement en novembre 2013, Mory Ducros avait été repris en février 2014 au prix de 2.800 licenciements.

Selon M. Martin, la déclaration de cessation des paiements sera déposée "dans l'après-midi" et le tribunal examinera cette demande mardi. Une audience mardi a été confirmée par une autre source, proche de l'entreprise.

Le tribunal aura mardi le choix entre la mise en redressement judiciaire MoryGlobal ou l'éventuelle liquidation directe.

"L'entreprise nous a annoncé ce matin tout simplement que l'actionnaire ne souhaitait plus mettre un euro dans l'entreprise et qu'aujourd'hui on était obligé de demander le redressement judiciaire", a-t-il expliqué. Pour M. Martin, "le seul et unique coupable de cette catastrophe c'est Arcole".

Absence d'accord avec les syndicats

L'actionnaire renvoie lui la responsabilité de la dérive de MoryGobal à d'autres facteurs. Dans son communiqué, il incrimine d'une part l'absence d'accord avec les syndicats sur le plan social négocié il y a un an lors de la reprise de l'entreprise. Ce refus a "eu pour conséquence la réintégration de plus de 200 salariés protégés et créé un climat d'incertitude sur la reprise, avec un impact financier colossal pour MoryGlobal", affirme Arcole dans son communiqué.

L'actionnaire relève également le veto mis la semaine dernière par le tribunal de commerce de Pontoise à une cession d'actifs immobiliers, pour 25 millions d'euros, qui "aurait permis à MoryGlobal de couvrir les coûts exceptionnels de reprise, de compenser l'impact financier de la réintégration des salariés protégés et de conforter son plan de financement".

Arcole Industries affirme être "parfaitement consciente des inquiétudes des salariés de MoryGlobal dans cette période, et déplore que les conditions d'une poursuite d'exploitation n'aient pu être réunies, et ce malgré les recherches de solutions envisagées avec les pouvoirs publics et la direction de la société".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2015 à 14:53 :
Environ 400 emplois protégés sur 2000. Sans aucun doute les plus productifs, car ils passent leur temps en réunion. C'est un poids mort considérable pour une entreprise ETI. Encore une qui va disparaître. La France socialiste est le tombeau des ETI.
a écrit le 06/02/2015 à 22:29 :
Il ne reste plus aux syndicats qu'à manifester pour demander une augmentation de salaire, un treizième mois de salaire, la suppression des jours de carence !! Ah zut : les manifs sont déjà en cours !! Au fait : les futurs chômeurs sont-ils dispensés de manifs ??
Réponse de le 07/02/2015 à 9:19 :
je suis chômeur comme on dit professionnel et je ne manifeste jamais je suis très bien comme ça et pourvu que cela dourre..
a écrit le 06/02/2015 à 16:29 :
enfin la fin ou tout est permis sur la route (non respect des vitesses ,alcool)
a écrit le 06/02/2015 à 15:30 :
C'est les banquiers qui le disent. Dans cette France plus communiste que démocratique et libérale, de nombreuses entreprises et commerces vont continuer à souffrir et à déposer leur bilan. Les prédictions du gouvernement PS ne reposent sur rien, et ne sont que mensonges. Accrochez-vous les Français et constituez (pour ceux qui le peuvent) des bas de laine. Cela vous servira !
Réponse de le 06/02/2015 à 17:14 :
rien à voir avec la france communiste !! c'est les patrons français qui ont tout délocalisé en roumanie et en pologne, car les chauffeurs là bas sont moins chers !!
Réponse de le 06/02/2015 à 18:31 :
Bien sûr que la France est communiste ! Les patrons français sont obligés de délocaliser s'ils veulent continuer à faire des affaires! Le travail est trop cher et les Syndicats préfèrent partager du chômage plutôt que la richesse. Si MORY ferme, c'est comme pour GOODYEAR, ce sera uniquement à cause de la CGT et de ses dirigeants trotskystes. Tant qu'ils ne voudront revendiquer que des avantages sociaux et ne chercheront qu'à en faire le moins possible, la France s'enfoncera encore plus dans le néant dans lequel elle se complait déjà depuis tant d'années
Réponse de le 07/02/2015 à 9:18 :
vous devez être certainement chômeur votre discours n'est pas celui d'un chauffeur routier on ne parle de ce que l'on connaît. Encore un feignant, bobo ou gogo à vous de choisir.
a écrit le 06/02/2015 à 14:45 :
Merci les syndicats et à qui le tour ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :