D'anciens salariés de Mory Ducros veulent entamer une action en justice

 |   |  184  mots
A la suite d'un accord de reprise signé après bien des péripéties fin février 2014, Arcole Industries 2.850 personnes sur les 5.000 travaillant pour le groupe ont perdu leur emploi.
A la suite d'un accord de reprise signé après bien des péripéties fin février 2014, Arcole Industries 2.850 personnes sur les 5.000 travaillant pour le groupe ont perdu leur emploi. (Crédits : Mory Group)
Quelque 800 salariés de Mory Ducros licenciés en mars estiment que la procédure n'a pas été respectée.

"Dans le courrier qui nous signifiait notre licenciement, il y avait des pages quasiment illisibles", raconte un ex-employé du transporteur sur RTL. Un exemple des irrégularités dans la procédure de licenciement qui poussent quelque 800 anciens salariés à envisager de porter plainte contre leur ancien employeur. Ces salariés dénoncent également l'absence de propositions de reclassement. 

"Des questions sans réponses"

Le représentant de la CFDT écrit par ailleurs sur le site du syndicat consacré à Mory Ducros:

"Pour votre information, un grand nombre de questions posées aux administrateurs judiciaires restent sans réponses depuis plusieurs semaines malgré des appels téléphoniques incessants et des courriels qui restent désespérément sans réponses."

2.800 licenciements

À la suite d'un accord de reprise signé après bien des péripéties fin février 2014, Arcole Industries 2.850 personnes sur les 5.000 travaillant pour le groupe ont perdu leur emploi. Les personnes licenciées devaient bénéficier d'un contrat de sécurisation professionnelle, avec l'assurance de 97% du salaire pendant un an, et d'une bourse à l'emploi alimentée par les entreprises du secteur. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2014 à 19:33 :
Encore une bonne page de pub pour l'attractivité du code du travail en France...
a écrit le 05/05/2014 à 11:45 :
Est-ce un acharnement pour empêcher toute reprise ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :