Air France : La direction évoque une hausse de 4% des salaires

 |   |  313  mots
Ben Smith
Ben Smith (Crédits : Christian Hartmann)
Selon le SNPL, la direction a évoqué une hausse des grilles salariales de 4%, 2% pour 2018 et 2% en janvier 2019, suivie d'un rendez-vous en octobre 2019 "pour parler d'avenir".

Ben Smith, le nouveau directeur d'Air France-KLM et d'Air France, commence à dévoiler ses intentions pour débloquer le conflit salarial. Lors d'une réunion ce samedi avec tous les syndicats d'Air France (ceux de l'intersyndicale qui mènent un bras de fer sur les salaires depuis le début de l'année et les autres comme la CFDT et la CFE-CGC qui avaient signé en février l'accord de NAO sur une hausse de 1% assortie d'une enveloppe d'augmentations individuelles de 1,4%), la direction a évoqué une hausse des salaires de 4% répartie sur 2018 et 2019, selon une communication interne du syndicat de pilotes SNPL obtenue lundi par l'AFP.

"Le volume pourrait convenir" selon le SNPL, "si..."

Au cours de cette "grosse journée de négociation", la direction a proposé "2% rétroactif au 1er janvier 2018 et 2% au 1er janvier 2019, avec un rendez-vous en octobre 2019 pour parler de l'avenir", indique le premier syndicat de pilotes d'Air France dans une communication datée de dimanche.

Le SNPL juge que "le volume pourrait convenir (4% versus 6% demandés initialement et 5,1% aujourd'hui)" mais estime néanmoins qu'une "grosse incertitude" plane sur les +2% de janvier prochain, qui ne doivent pas être considérés comme une avance sur l'année 2019.

Loin du compte?

"Si dans l'esprit de la direction, les 2% de janvier 2019 couvrent l'inflation de 2019, cela signifierait qu'il n'y a pratiquement plus rien (environ 0,3% si l'inflation 2018 se maintient à 1,7%) pour le rattrapage du blocage des 6 années de 2012 à 2017".

Dans cette hypothèse, cette proposition ressemblerait à celle proposée en mai par l'ancien PDG, Jean-Marc Janaillac, et  refusée par les salariés consultés par référendum (+2% en 2018 puis 5% supplémentaires étalés sur trois ans).

La direction d'Air France n'a pas souhaité faire de commentaire. "Il s'agit de discussions avec les partenaires sociaux et non d'une négociation, plusieurs sujets ont été abordés", a-t-elle simplement indiqué par écrit



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2018 à 10:52 :
C'est donc mal parti pour redresser la barre...une fois de plus !
a écrit le 08/10/2018 à 20:07 :
Travaillant régulièrement sur paris et m'y rendant depuis longtemps jadis en avion et maintenant en TGV, im faudra m'expliquer comment AirFrance avec son avion de grosso modo 300 places 2 pilotes et mini une hotesse faisait du benefice...alors que maintenant quand je prend le TGV c'est 1000 places de dispo dans un double 2 contrôleurs et 1 seul co conducteur loin d'être payé comme un pilote je pense

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :