Alstom Belfort : un sauvetage pour le moins bizarroïde

 |   |  643  mots
Vue du site d'Alstom à Belfort, une rame TGV neuve au premier plan.
Vue du site d'Alstom à Belfort, une rame TGV neuve au premier plan. (Crédits : REUTERS/Jacky Naegelen)
Pour alimenter le site de Belfort, l'Etat a commandé 15 rames TGV pour les positionner sur des lignes Intercités et six autres pour la ligne Paris-Milan-Turin. Alstom va investir 40 millions d'euros sur le site.

Les 400 salariés de l'usine d'Alstom de Belfort peuvent souffler. Le site est sauvé. Il n'y aura pas de fermeture de site ni de suppressions de postes. La menace d'une rupture de charge de la production est écartée. Annoncée ce mardi par le secrétaire d'Etat à l'industrie Christophe Sirugue aux élus locaux, les commandes de l'Etat permettront de faire la soudure entre la production de TGV classiques et le début de celle du TGV du futur à partir de 2021.

Pas de rupture de la chaîne de production

En effet, alors que les 6 rames restant encore à livrer garantissaient la production jusqu'à fin 2018-début 2019, les 15 rames supplémentaires commandés par l'Etat et les six autres destinée la ligne Paris-Milan-Turin permettront d'assurer près de 3 ans d'activité. S'ajoute également dans le plan de sauvetage, une commande la SNCF pour 20 locomotives de dépannage.

Alstom investira à Belfort

En contrepartie, Alstom investira 40 millions d'euros d'ici à 2020, dont 30 millions d'ici à 2018 dans le développement et la production d'un nouveau modèle de locomotive hybride ou diesel. L'Etat étudiera un possible financement complémentaire.

En outre, Alstom investira 5 millions d'euros d'ici à 2019 dans la modernisation des ateliers de maintenance ferroviaire du site, avec l'objectif de doubler les effectifs sur cette activité, soit 150 salariés à terme. Les collectivités locales accompagneront ce projet.

Enfin, Alstom investira 5 millions d'euros supplémentaires d'ici à 2020 pour diversifier la production de l'usine de Belfort, berceau du TGV qui compte actuellement plus de 400 salariés, et l'orienter vers d'autres types de trains mais aussi de véhicules routiers, notamment le bus électrique.

Ces investissements s'ajouteront au projet de "TGV du futur", qu'Alstom et la SNCF doivent concevoir d'ici à la fin de 2017, en vue d'éventuelles commandes qui profiteraient en partie à l'usine de Belfort à partir de 2021.

Coûts de production plus élevés

Comme François Hollande s'y était engagé, Belfort ne fermera donc pas. On ne peut que s'en réjouir. Pour autant, le montage est pour le moins loufoque en termes d'économie du transport, puisque les 15 rames TGV, capables de rouler à une vitesse de plus de 350 km/h, seront utilisées pour rouler à 160 km/h sur des lignes Intercités entre Bordeaux et Marseille et Nice et entre Montpellier et Perpignan.

 «Sur le plan économique, c'est absurde», reconnaît un industriel.

Si des TGV roulent déjà aujourd'hui sur une partie du réseau classique en complément d'une ligne à grande vitesse (le réseau LGV est de 2.000 km et le réseau qui accueille des TGV est de 3.500 km environ), il est effectivement peu rationnel de mettre une rame TGV à une trentaine de millions d'euros pièce à la place d'un train Intercités qui en coûte entre 11 à 15 millions. Le coût d'exploitation à l'étape n'en sera que supérieur pour l'exploitant, et sans aucun rapport avec la recette unitaire, très faible, sur ce type de lignes. De quoi menacer davantage la rentabilité de ces lignes.

Pour l'anecdote, rappelons que la SNCF a, il y a peu, déjà voulu refourguer aux Régions ses premières rames de TGV Paris-Sud-Est (de couleur orange), complètement amorties, et que les conclusions n'avaient pas été concluantes.

Commande de 30 TET d'ici à fin octobre

Ce choix de positionner des TGV sur des lignes Intercités ne devrait pas impacter la commande de 30 rames TET (trains d'équilibre du territoire) que l'Etat promet toujours de passer d'ici à fin octobre en complément des 34 Coradia Liner déjà passées.

Enfin, certains observateurs s'interrogent sur un éventuel impact de ces TGV supplémentaires sur les commandes de TGV du futur. «Ces TGV supplémentaires commandés par l'Etat, dont la SNCF n'a pas besoin, ne vont-ils impacter la future commande de TGV du futur ? », explique un expert, alors que la SNCF ne pourrait déjà pas s'engager sur plus de 50 exemplaires selon certaines sources.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2016 à 17:52 :
L'état actionnaire : c'est une gestion catastrophique, car il n'y a pas eu d'anticipation et on se demande ce que font tous ces gens qui nous dirigent....vous en avez la preuve !
L'argent public ne coute pas cher pour nos politiques et c'est tellement facile .Voila comment la France est gérée et ne parlons surtout pas de la SNCF , EDF etc , c'est la cerise sur le gâteau !
a écrit le 05/10/2016 à 10:04 :
Le prix d'un symbole comme Lip du jadis. Ce plan ne règle rien. C'est la stratégie du sursis due aux élections présidentielles.
a écrit le 05/10/2016 à 9:29 :
hmmm en théorie, pour commander 15 rames de tgv, il faut faire un appel d'offre. Sans cela c'est illégal. Donc on peut déja prévoir que la commande sera cassée en justice suite à une plainte. Bref, c'est juste un enfumage pour permettre a Hollande d'etre en situation de.
a écrit le 05/10/2016 à 7:51 :
le plus simple aurais ete en 1er de ne pas vendre Alstom
mais de virer tout le staff de dirigeants incapable
le l'ancien pdg au reponsable de site
en c'est l'equipe hollande qui a donne son accord pour vendre cette entreprise
et en 3 il faut faire de meme a air France
invente de nouvelle ligne par exemple pour tout les Français qui n'ont jamais pris l'avion
un billet paris paris en tour de France a 1000metresau dessus du paysage
a bord d'avion de 10 place maximun
comme cela on pourra recreer. de avion de loisirs
a écrit le 05/10/2016 à 2:05 :
Dans l'état actuel des choses je ne vois pas en quoi c’est un drame.

Oui, le sauvetage d’Alstom est une mesure électoraliste. Mais ne le sont-elles pas toutes ? Oui, Bruxelles va râler vu que ce sauvetage est du protectionnisme assumé. Mais il faut savoir si on veut des champions nationaux ou pas. Oui, c’est injuste vis-à-vis de tous les salariés de France, à qui il ne suffit pas de crier sur le gouvernement pour qu’il investisse des millions pour sauver leur emploi. Je pense en particulier aux salariés de Bombardier, qui construisent normalement les trains régionaux que la SNCF et l’Etat ont préféré achetés à Alstom. Ils sont plus nombreux en France que les salariés d’Alstom. Et oui la dépense publique est de 59% du PIB. Plus que 41% avant l’union soviétique.

Quant à une hausse des billets de train, je rappelle que tous les ans l’Etat subventionne la SNCF pour une part importante de son budget. Que la subvention prenne la forme de plusieurs milliards d’euros, comme c’est le cas jusqu’à présent, ou un peu moins de milliards d’euros et des trains, c’est un détail sans le moindre intérêt. La SNCF n'a certes pas besoin de ces TGV maintenant, mais sur le principe les gens ne vont pas s'arrêter de voyager, donc elle en aura besoin demain, ce n’est pas comme si ces trains n’allaient pas servir. Et reprocher à l’Etat de ne pas avoir une vision limitée à l’année en cours me semble particulièrement peu pertinent.

Pour la hausse des impôts, c’est une logique socialiste, comment sérieusement s’étonner que ce soit la solution retenue par un gouvernement qui se dit socialiste ?
Réponse de le 05/10/2016 à 8:29 :
@Axel

"Oui, le sauvetage d’Alstom est une mesure électoraliste. Mais ne le sont-elles pas toutes ? Oui, Bruxelles va râler vu que ce sauvetage est du protectionnisme assumé. Mais il faut savoir si on veut des champions nationaux ou pas"
---> Désolé ce type de mesure justement à terme va nous priver d'avoir des champions nationaux. Une entreprise ca se réorganise. LA demande en train est en surcapacité en Europe, Alstom comme d'autres réorganise sa productions.
Acheter quelques TGV couteux en plus, ca déstabilise un peu plus nos finances publics et le SNCF qui répercutera cela sur ses prix et sa dette.
Par ailleurs, vous devriez demander aux autres salariés Francais qui attendaient beaucoup des contrats d'achat à venir de trains classiques par le gouvernement et la SNCF ce qu'il pense de cette privation de contrats et de travail à venir au profit d'Alsom Belfort. L'état Socialiste sous toute ca splendeur. Favoritisme, dépense publique, non sens économique ...hypocrisie. Finalement si on remonte à 2012 avec l"histoire des hauts-fourneaux d’ArcelorMittal à Florange Que ce serait il passé si cela était arrivé en 2016 l'application du plan Montbourg et la nationalisation de cette entreprise non rentable uniquement à des fins électoralistes et non dans une vision de progrès économique de la France. Alors pourquoi en 2012 on laisse cette entreprise fermer et en 2016 une autre entreprise qui n'est plus rentable reste ouverte avec des subventions publiques déguisées bien que le secteur soit en surcapacité.
Réponse de le 05/10/2016 à 9:30 :
Ca n'ets pas que Bruxelles va raler, c'est juste que la commande va etre cassée en Justice. Donc il ne s'agit que d'un écran de fumée.
a écrit le 05/10/2016 à 1:13 :
train d'équilibre des territoires ???? c'est sorti de la "tête" d'un inutile rentier ????
a écrit le 04/10/2016 à 22:06 :
Usager des trains Intercités je suis satisfait que l'on s'intéresse un peu à nouveau au réseau non TGV. Ayant vu des offres de promotion de billets TGV bien plus alléchantes, je commencais à ressentir le reste du réseau ferré français oublié de nos décideurs éclairés. Il aura fallu l'accident de Brétigny pour que nous ayons des wagons un peu mieux équipés sur la ligne en question, les usagers habitués vous le diront. Contrairement aux pays voisins, particulièrement les plus montagneux, le rail a été délaissé bien trop longtemps, il y a une absence de volonté des pouvoirs publics de faire du ferroutage, pendant que l'on nous impose aujourd'hui de payer l'entretien de nos routes sans contribution suffisante des transporteurs qui traversont notre sol, contrairement à l'Allemagne ou La Suisse par exemple, ce qui ne manque pas d'être observé par les Alsaciens dont le trafic est détourné vers nos régions françaises. La question qui est posée est celle de l'adaptation de l'usine de Belfort pour produire autre chose que du TGV, il faut arrêter de nous raconter des histoires, l'équipement qui permet de produire des TGV peut aussi produire d'autres véhicules, la question est plutot l'organisation du travail au sein d'Alstom entre Belfort et Reichshoffen, la capacité à produire des véhicules innovants doit être préservée. Les bogies communs à 2 wagons sont ils vraiment un élément de sécurité spécifique aux tgv, les trains ICE allemands accidentés auraient nous dit on mieux tenu avec ces bogies tgv, en tous cas l'accident de Brétigny devrait quand même interpeler pour améliorer la sécurité, pour ma part je me vais pas me plaindre d'une amélioration des trains, celà fait tellement longtemps que l'on ne faisait pas grand chose pour le réseau ferré
a écrit le 04/10/2016 à 19:56 :
Si je comprends le génie de pépère et son équipe de bras cassés. L'état ou une société ayant une utilité de service publique passe une commande à une société au carnet guère plein. Et c'est le peuple qui paie la facture.
Euh vers chez moi, une société qui tisse des bas nylon est en danger. Hop une commande de l'Armée, de la police, des pompiers et une commande d'Air France pour les hôtesses. Pareil pour les slips une pour l'armée, une pour la poste. Pour les chemises idem. Les chaussettes, je vous laisse deviner Pareil pour les assiettes, un service complet dans chaque préfecture et sous-préfecture. Pour l'usine de wc et lavabo, pareil un dans chaque bâtiment public, et chaque année. Et si on a plus de place, on construit un hangar, au frais du contribuable, pour stocker les commandes de l'état.

Pépère a-t-il entendu parlé des appels d'offre? Même pour le pq, on doit en faire un.
J'attends avec impatience la réaction de l'UE. Après mai 2017.
a écrit le 04/10/2016 à 18:58 :
Pendant mes longues années de travail, je suis passé par des hauts et des bas, des années de vaches maigres et de vaches plus grasses.
La règle d'or en période de difficultés (mais on peut aussi l' appliquer intelligemment dans d'autres périodes) est toujours d' acheter que le juste nécessaire.
Résultat 40 ans de travail, pas un seul jour chômé (et pas un seul jour maladie non plus).
Les investissements non optimisés alors qu'on aurait pu faire aussi bien avec moins sont de l'argent jetés par les fenêtres.
a écrit le 04/10/2016 à 18:33 :
Dommage que l'Etat n'ait fait le dizième, en argent et / ou en efforts, pour les chômeurs sans espoir d'emploi que il ne fait pour des Alstom qui ont un point de chute, même si, héla pour eux, ils doivent déménager
Réponse de le 04/10/2016 à 20:13 :
Les Etats actuels souffre d'un cancer incurable: le chômage.La phase terminale est proche: la croissance s'en va lentement mais surement.
a écrit le 04/10/2016 à 18:22 :
Donc on mettra un TGV sur Marseille Perpignan. à la place d'un train classique...
Un surcout par rapport à un train conventionnel qu'on demandera aux régions d’absorber dans leur budget et aux usagers de payer (ll s'agit d'un train interrégional intercity non rapide mais on met des TGV beaucoup plus chères à l'achat pour alimenter cette ligne...). Bref nos impôts et porte monnaies payeront le sauvetage non rentable de l'usine de Belfort.
Comme de moins en moins de personnes prennent le train (car Macron, auto partage, avion low cost). Nous assistons en direct au chavirage annoncé des chemins de fer Français (relativement cher, aux tarifs incompréhensibles et souvent élevés). Bravo Mr Hollande qui est prêt à tout pour se faire réélire.
Réponse de le 04/10/2016 à 20:17 :
Sur Marseille-Perpignan-Figueres ce ne serait pas une mauvaise idée de faire rouler des TGV parce que ce parcours contient un tronçon de LGV (Perpignan-Figeres) et il permet la jonction des réseaux de LGV françaises et espagnoles...
Réponse de le 05/10/2016 à 9:52 :
Relisez plus attentivement. Marseille Perpignan ça n existe pas. C'est Bordeaux Marseille par Toulouse Narbonne ET Montpellier Perpignan. Pour le premier pourquoi pas : vu le prix du foncier dans le bordelais et la vallée de Agen et la densité urbaine vers Toulouse la ligne nouvelle elle n est pas encore née autant avoir les wagons c est déjà ça. Quand à Montpellier Perpignan la seule justification serait Montpellier Barcelone mais la aussi ça signe le abandon de une nouvelle ligne et politiquement vu le cloche merle de Languedoc Roussillon c est très drôle
a écrit le 04/10/2016 à 17:48 :
C'était 16 rames et ce n'est plus que 15 ! Le gouvernement manquerait-il de sans dents pour ramer dans la 16e :-) Cela dit, je crois que Bruxelles et Siemens vont réagir s'il n'y a pas d'appel d'offres :-)
a écrit le 04/10/2016 à 16:50 :
Si mes souvenirs sont exacts en septembre 2003 le sauvetage d'Alstom était déjà bloqué par Bruxelles C'est vrai les élection de 2017 sera déjà passées. Comme quoi c'est complètement bidon et pervers
a écrit le 04/10/2016 à 16:40 :
Ecoeurant ; on ne se pose meme pas la question de savoir si ces trains commandés correspondent à un besoin des voyageurs clients de la SNCF .
Comme l'écrit si bien Marc Fiorentino dans son mor ning zapping : c'est gratuit , c'est l'argent de l'état .Et pendant ce temps dans l'indifférence générale des centaines d'emploi disparaissent tous les mois .
a écrit le 04/10/2016 à 16:35 :
un cautère sur une jambe de bois ha ha
Réponse de le 04/10/2016 à 18:46 :
Serais-tu Haroun Tazieff, le gynécologue de Ségolène Royal :-)
a écrit le 04/10/2016 à 15:56 :
Je suis entrepreneur, je suis en train de faire faillite car mes produits sont moins bon que la concurrence et que je ne fais pas d'effort pour les vendre. Est ce que l’état pourrait me commander des produits ?
S'il vous plait ?
Alstom a vendu son département énergie pour se concentrer ds le transport, brillante idée !
a écrit le 04/10/2016 à 15:09 :
La Commission de Bruxelles ne dira mots qu'après les élections, ce n'est pas le moment de réveiller les eurosceptiques!
a écrit le 04/10/2016 à 14:49 :
Qu'en pense le Maire LR de BELFORT ? Vous savez, celui qui trouve que la CGT c'est très bien ? Pourtant, tout ceci est l'inverse du programme LR. Je n'ose pas penser à un simple électoralisme de la part de ce Maire.
Car à LR, on a des convictions....Du genre, le libéralisme, oui, mais pas pour mes électeurs...
a écrit le 04/10/2016 à 14:44 :
C'est l'exemple type de ce qui fait hair la classe politique par les Francais !!!!!
Me WALLS n'a même pas oser l'annoncer ,comme toujours dans ces cas là on envoie un sous fifre
a écrit le 04/10/2016 à 13:54 :
Cessons de tout critiquer , ou alors apportons des solutions . Le pan Gouvernemental n'est pas si idiot ; puisqu'il allie l'interet general ( remettre à niveau les liaisons intercités) et l'interet de sauvegarder l'emploi des salariés menacés . Je vote pour!
Réponse de le 04/10/2016 à 15:13 :
eux...l’intérêt général , pour avoir 16 trains Intercites, était satisfait en achetant 16 trains Intercité. Qui aurait été tout autant construits. Et que l'on aurait paye 15 million pièces, au lieu de 30. 250 millions d'argent public le non déménagement de 400 salariés, ça fait plus de 600.000 euros de prime d'immobilisme.
Réponse de le 04/10/2016 à 16:14 :
J'espère que vous voterez également pour la hausse de vos impots sur le revenu pour le financement !
Réponse de le 04/10/2016 à 20:05 :
Acheter un TGV beaucoup plus cher pour rouler à petit vitesse est d'une absurdité totale. Le coût de revient d'exploitation de la ligne c'est le client ou, et, le contribuable qui le paie. La ligne passera en grande vitesse en 2024 et 2030. C'est sans compter des procès, des occupations de chantiers, le manque de financement pour les travaux. Bref c'est un achat de voix pour être présent au premier tour de la présidentielle.
a écrit le 04/10/2016 à 13:49 :
Il ne s'agissait pas de sauver l'usine Alsthom de Belfort, il s'agissait de sauver la campagne électorale du profiteur de l'Elysée, sur le papier, c'est chose faite.
a écrit le 04/10/2016 à 13:17 :
Il faut prendre le taureau par les cornes et en profiter pour régler le problème de manque de compétitivité de notre industrie. La solution consiste à répartir les charges sociales sur le travail et sur l'énergie. Alstom serait sauvée, et cette mesure permettrait de réduire le chomage et de protéger le climat en favorisant la transition énergétique. Qui est capable de comprendre cette mesure?
Réponse de le 04/10/2016 à 14:43 :
bonjour, saoulant votre rengaine au fil des mois car aucun développement, aucun chiffre en fait un blabla comme les politiques et en plus à priori écologique lorsque l'on voit ce qu'est l'écologie en France vous faites rire. Pour répondre à votre question pas moi car je n'ai pas vos neurones pour comprendre, votre intelligence dépasse certainement la moyenne de la population mondiale. Je vous invite à déposer un dossier pour un Nobel de l'économie. La première et dernière fois que je commente un "développé" d'un futur Nobel. Allez sans rancune car comme tout esprit de vision vous avez de l'humour????
Réponse de le 04/10/2016 à 19:14 :
Si la solution que je propose vous intéresse, je vous conseille de lire le document de Coe-Rexecode sur la réforme de la fiscalité, la thèse d'Emmanuel Combet du CIRED sur la taxe carbone, la note n°6 du conseil d'analyse économique; je vous en souhaite bonne lecture. Merci, et à plus tard.
Réponse de le 05/10/2016 à 1:20 :
et pourquoi pas un impôt sur la bétise ??? il rapporterait très gros !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :