Fret aérien : Amazon veut contrôler sa chaîne de transport

Après le fret maritime, le géant de l'e-commerce veut se renforcer dans le transport avec la création d'un hub aérien dans le Kentucky. Objectif : contrôler l'ensemble de sa chaîne logistique.
Anaïs Cherif
Le géant de l'e-commerce Amazon déploie son service aérien Prime Air afin de livrer ses clients américains en 24 ou 48 heures.
Le géant de l'e-commerce Amazon déploie son service aérien "Prime Air" afin de livrer ses clients américains en 24 ou 48 heures. (Crédits : Reuters/Mark Makela)

Amazon poursuit sa stratégie de maillage pour la distribution de ses produits. Camions, fret maritime, drones... et avions. Le géant américain de la vente en ligne a annoncé mardi la création "d'un hub aérien centralisé". L'investissement a été chiffré à 1,49 milliard de dollars, étalés sur plusieurs années, selon les estimations de l'organisation de développement économique locale Tri-ED. Amazon n'a pas confirmé ce montant.

La société basée à Seattle a jeté son dévolu sur l'aéroport de Cincinnati (Kentucky, centre-est des Etats-Unis). Ses atouts : "une main-d'œuvre importante et compétente, un emplacement centralisé avec une excellente connexion à nos centres de traitements de commandes", a déclaré au Northern Kentucky Tribune Dave Clark, vice-président des opérations mondiales chez Amazon. La société de Jeff Bezos possède 11 entrepôts dans cet Etat, avec plus de 10.000 employés à temps plein. Le groupe dit vouloir créer plus de 2.000 emplois avec ce nouveau hub. Objectif : réduire sa dépendance avec des sociétés tierces de messagerie, et donc diminuer ses coûts pour la livraison de ses colis. Amazon dépend actuellement d'entreprises spécialisées telles qu'United Parcel Service (UPS) et FedEx, pour lesquelles il a dépensé 11,5 milliards de dollars (10,45 milliards d'euros) en 2015.

Livrer ses clients américains en 48 heures

Au printemps 2016, Amazon faisait une première percée dans le fret aérien. Jeff Bezos a conclu deux accords avec les loueurs américains d'avions de fret, Air Transport Services Group et Atlas Air Worldwide Holdings. Chacun s'est engagé pour 20 Boeing 767 pour une durée de 5 à 7 ans. "La création de ce réseau de transport aérien augmente notre capacité pour assurer des livraisons rapides pour les clients du service Prime dans les années à venir", expliquait alors dans un communiqué le vice-président des opérations mondiales chez Amazon. Dans un communiqué, la société revendique aujourd'hui 16 avions en service. Elle souhaite livrer en 24 ou 48 heures ses colis à ses clients américains abonnés à son service Prime.

Amazon s'étend aussi discrètement sur les océans. Selon le Wall Street Journal, la société aurait fait transiter au moins 150 conteneurs depuis la Chine vers les Etats-Unis entre octobre 2016 et janvier 2017. Elle a enregistré en novembre dernier sa filiale chinoise auprès de la Commission fédérale maritime américaine. Ce statut lui permet d'acheter des capacités de transports auprès de compagnies tierces, mais pas de posséder ses propres bateaux pour le moment.

(Avec AFP)

Anaïs Cherif

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.