L'aéroport franco-suisse Bâle-Mulhouse relance ses chantiers mais n'ambitionne plus de records de trafic

La progression de la fréquentation de l'aéroport de Bâle-Mulhouse ne permet pas encore d'envisager la sortie de crise en 2022. L'activité reste inférieure au pic atteint en 2019. Le projet de raccordement ferroviaire, discuté depuis vingt ans, est maintenu sur la plate-forme aérienne.

4 mn

Easyjet est devenu le premier opérateur à l'EuroAirport, dont il assure 60% du trafic de passagers.
Easyjet est devenu le premier opérateur à l'EuroAirport, dont il assure 60% du trafic de passagers. (Crédits : Olivier Mirguet)

Les dirigeants de l'EuroAirport tablent sur une nette reprise du trafic aérien en 2022. Mais l'activité de l'aéroport franco-helvétique ne renouera pas cette année avec le record établi avant la crise : en 2019, les deux terminaux établis à la frontière entre Bâle et Saint-Louis (Haut-Rhin) avaient accueilli 9,1 millions de passagers. Dans son budget prévisionnel, l'EuroAirport table sur 6,2 millions de passagers en 2022 avec "une activité soutenue" par le reflux escompté de l'épidémie de Covid "au cours des mois de l'été".

« Nous venons de connaître nos deux années les plus catastrophiques depuis la création de l'EuroAirport il y a 73 ans », rappelle Matthias Suhr, son directeur général. Après quinze années de croissance régulière sur un rythme moyen de 8% par an, l'aéroport de Bâle-Mulhouse a connu un coup d'arrêt en 2020 avec 71% de passagers en moins. Malgré la progression de 39 % de la fréquentation enregistrée en 2021 et l'optimisme affiché pour 2022, le plus grand aéroport du Grand-Est demeurera cette année dans une situation financière fragile.

Le souci de la trésorerie

En 2019, au terme d'une décennie de croissance, l'EuroAirport disposait d'une trésorerie largement excédentaire de 50 millions d'euros. "Notre perte financière s'est élevée à 17 millions d'euros en 2020. Nous ne connaîtrons que dans un mois notre situation comptable pour l'exercice 2021. Cette année, la principale préoccupation va porter sur la trésorerie et le paiement des salaires", prévient Matthias Suhr. "Nous avons profité de ce trésor de guerre pendant la pandémie. La trésorerie va de nouveau progresser en 2022 et nous allons en profiter pour relancer des chantiers", annonce Matthias Suhr.

Depuis deux ans, l'EuroAirport a limité et concentré ses projets d'investissement sur des postes qui concernaient la sécurité aéronautique.

La crise et les pressions environnementales ont eu raison, pour l'instant, du projet d'aménagement d'une troisième piste qui aurait permis d'absorber en 2030 un trafic potentiel de 13 millions de passagers.

Des chantiers envisagés d'extension des installations terminales ou de modernisation des parkings ont été gelés, ou reportés. La rénovation prévue du niveau 2 de l'aérogare, dans le but d'améliorer le confort des passagers, a été suspendue. "Nous pouvons adopter une vision plus positive pour 2022. Certains projets vont être entrepris pour la qualité des passagers au niveau 2. Nous allons poursuivre notre démarche environnementale avec des actions contre le bruit et rendre plus efficiente la climatisation", annonce Matthias Suhr, sans préciser le montant des investissements concernés.

Le projet de nouvelle liaison ferroviaire de l'EuroAirport, à l'étude depuis deux décennies, a été poursuivi pendant la crise. "Les études détaillées vont pouvoir démarrer avec l'accord de la préfecture", annonce Mathias Suhr. Le montant prévisionnel de ce projet, qui nécessite la déviation de la voie ferrée existante entre Mulhouse et Bâle et la création d'une halte ferroviaire au contact avec le terminal aérien, s'établit à 340 millions d'euros. Sa mise en œuvre pourrait avoir lieu en 2030. En septembre 2001, les ministres suisse et français des Transports, Moritz Leuenberger et Jean-Claude Gayssot, avaient déjà annoncé sa mise en service en 2010. A cette époque, l'Office fédéral des transports évaluait le coût du chantier entre 130 millions d'euros et 170 millions d'euros.

Trafic réorienté vers le low-cost

"Nous sommes encore en crise", rappelle le directeur général de l'EuroAirport. Vingt ans après la défection de Crossair, qui avait laissé Bâle-Mulhouse orphelin de sa principale compagnie basée, c'est le transporteur low-cost Easyjet présent depuis 2005 qui a repris le rôle de locomotive. La filiale helvétique d'Easyjet, qui a basé 10 avions et leurs équipages à l'EuroAirport, représente 60% du trafic. "Easyjet a basé chez nous deux de ses avions les plus modernes, des Airbus A320neo. C'est un gage de confiance", se félicite Matthias Suhr.

Wizzair, deuxième compagnie cliente de l'EuroAirport, arrive loin derrière avec 12% du trafic. La troisième grande compagnie low-cost européenne, Ryanair, est peu présente à l'EuroAirport d'où elle dessert seulement Dublin et Zagreb.

Maintien des dessertes vers les hubs internationaux

Dans son programme en cours pour la saison aéronautique d'hiver 2021/2022, Bâle-Mulhouse a pu maintenir des dessertes vers les hubs internationaux des trois grandes alliances : SkyTeam avec Air France vers Paris Charles-de-Gaulle et KLM vers Amsterdam, Star Alliance avec Lufthansa sur Munich et Francfort, Brussels Airlines vers Bruxelles et Turkish Airlines sur Istanbul, et enfin Oneworld avec British Airways vers Londres. "Nous avons perdu Air France sur Orly", déplore cependant Matthias Suhr. "Pendant la crise, nous avons gelé le montant des redevances payées par les compagnies. Nous n'avons pas pu les baisser car nous devions couvrir nos coûts fixes".

Quelques nouveautés sont annoncées pour cet été à l'Euroairport : Aegean Airlines, successeur de la compagnie nationale grecque Olympic Airlines, a prévu de desservir Athènes depuis Bâle-Mulhouse. La compagnie charter polonaise Enter Air stationnera un avion afin d'opérer des vols moyen-courrier pour les clients de TUI, premier groupe touristique mondial. "Nous accueillons aussi un opérateur long-courrier, le Canadien Air Transat, qui va desservir Montréal deux fois par semaine", se réjouit Matthias Suhr.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.