Air France : "le gouvernement soutient le plan de restructuration" dit Valls

 |   |  397  mots
(Crédits : © Gonzalo Fuentes / Reuters)
Manuel Valls a une nouvelle fois apporté son soutien au plan de restructuration d'Air France, en appelant la direction et les syndicats à négocier car la compagnie « n'a pas d'autre choix que de se réformer».

Manuel Valls a une nouvelle fois apporté son soutien au plan de restructuration d'Air France, en appelant la direction et les syndicats à négocier car la compagnie « n'a pas d'autre choix que de se réformer ».

"Le gouvernement à la fois soutient le plan de restructuration d'Air France et appelle au dialogue", a déclaré le Premier ministre sur RMC et BFMTV. "Aujourd'hui il n'y a pas de médiateur, nous favorisons le dialogue, la discussion entre la direction et l'ensemble des personnels", a-t-il dit également.

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, avait estimé mercredi que la direction d'Air France devait suspendre son plan de restructuration pour permettre la reprise du dialogue avec les syndicats. A la question de savoir si la direction avait retiré son plan, le Manuel Valls a répondu "non".

Dialogue

"Depuis vendredi dernier la direction a reçu l'ensemble des organisations syndicales, donc le dialogue a repris, il doit se poursuivre", a-t-il indiqué.


"Si les pilotes n'assument pas leurs responsabilités, alors c'est le plan B, ce qui a été voté par le Conseil d'administration d'Air France, qui peut conduire à la suppression de 2.900 emplois, à des licenciements, à des départs volontaires, des suppressions de postes, mais c'est du coup les autres catégories de personnel qui vont supporter l'effort le plus important", a déclaré Manuel Valls. "Chacun doit assumer ses responsabilités, les pilotes, les personnels navigants, les personnels au sol, pour trouver la meilleure solution pour l'avenir d'Air France", a-t-il martelé.

"Mais Air France doit faire des efforts, des réformes, si nous voulons que la compagnie nationale, qui porte nos couleurs, survive. S'il n'y a pas ces réformes, et s'il n'y a pas cette lucidité, de la part de tous, des pilotes, des navigants, comme des personnels au sol, c'est la compagnie elle-même qui risque d'être en danger de mort", a-t-il souligné."Air France n'a pas d'autre choix que de se réformer", a jugé le Premier ministre.

Ce mercredi, lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale Manuel Valls avait estimé que le plan de restructuration menaçant 2.900 emplois chez Air France "peut être évité". "Parce qu'il n'y a pas eu d'accord il y a quelques semaines, la direction a proposé ce qu'on appelle un plan B qui envisage la suppression, non pas les licenciements, la suppression de 2.900 postes".

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2015 à 14:37 :
On renfloue les banques et entreprises bancales en record de faillites ? La concurrence mondiale serait trop dure ? Ou bien est-ce un problème de compétence ? Heureusement que la société française a payé 10 milliards, 2 kerviels, est-ce comme pour les précédents pour vendre à l’étranger ?
a écrit le 15/10/2015 à 18:27 :
L'Elysée ne veut pas lâcher l'os Air France…… même si il sent déjà mal……
a écrit le 15/10/2015 à 16:52 :
On entend parler d'air france, on comprend pas bien, mais miss France on comprend bien, on n'est pas chez marianne obèse. Ne devrait-on dire air rance?
Le déficit c'est de l'inflation, vive la déflation de septembre, à quand la Septembrisation des dépenses et les excédents budgétaires et commerciaux.
Pour les chemises, avons-nous un in compétence ou bien l'Etat détruit-il les entreprises?
Ira-t-on à la loufetanza ou bien chez un Emir?
a écrit le 15/10/2015 à 14:35 :
LE 05/10/2015
• LE FIGARO ECONOMIE Entreprises
• • Par Valérie Collet
• Mis à jour le 06/10/2015 à 08:17
• Publié le 05/10/2015 à 19:43

le premier ministre, Manuel Valls, s'est dit «scandalisé par les violences inacceptables auxquelles se sont livrés des manifestants en marge du CCE d'Air France». Il a exprimé tout «son soutien» à la direction d'Air France, à Frédéric Gagey et à Xavier Broseta.
===============================================================================
LE 14:10:2015-------------------------
Après Royal, Valls estime qu'Air France peut éviter un plan social

Home ECONOMIE Entreprises
Par lefigaro.fr , AFP, AP, Reuters Agences Mis à jour le 14/10/2015 à 16:22 Publié le 14/10/2015 à 15:47
==========================================================
ET LE 15:10:2015

Air France : "le gouvernement soutient le plan de restructuration" dit Valls
Par latribune.fr | 15/10/2015, 11:42 | 397 mots
===============================================================
comme les danseuses à l'Opéra '' un pas en avant ..... et ....2 pas en arrière ........
il ne reste plus qu'à applaudir après ça .......en criant .... '' bis '' ..... et les salariés d'air France vont au théatre regarder la pièce ‘’’ mes rêves d’hier et d’aujourdhui ‘’’
a écrit le 15/10/2015 à 14:24 :
Le gouvernement de M. Valls est en train de plomber l économie française à cause de sa politique d austérité budgétaire absurde. Le pays, ainsi que les compagnies comme Air France ont tout pour réussir et prospérer. On est plongé dans une crise factice alimentée par les mesures neoliberales ( austerite, stagnation des salaires, baisse des effectifs, casse du droit du travail, precarisation, huberisation, etc.) entraînant chômage de masse, conflits sociaux et appauvrissement du pays.
Ne comprenant pas la situation ces neoliberaux accusent les syndicats, les chômeurs etc. Les temps qui viennent s annoncent difficiles, surtout que derrière les échecs passés et à venir du gouvernement Valls se positionnent des partis extrémistes comme le FN qui fait semblant de faire du social.
Réponse de le 15/10/2015 à 18:13 :
Qu'est ce que vous proposez? Une politique de relance? Sachez que donnez une prime de noel a un chomeur qui le depensera dans un jouet Made In China, Ca ne va pas faire marche les entreprise francaise. Pour l'instant les pays qui ont un bas taux de chomage ne sont pas ceux qui ont fait une politique de relance.
Réponse de le 15/10/2015 à 18:29 :
Du blabla, Mably, du blabla et rien d'autre.
Réponse de le 15/10/2015 à 19:06 :
Chère Gina G vous avez une piètre idée de ce que peut être une politique de relance intelligente concertée entre l État les entreprises la société civile pour casser la spirale austéritaire et retrouver la croissance. Il y a trois grandes possibilitees 1 les politiques de récessions actuelles
2 la croissance en rompant avec l austérité 3 la décroissance qui est une récession organisée et plus humaniste que celle de Valls ou Sarkosy
a écrit le 15/10/2015 à 12:43 :
Chiche : mais que les députés et autres élus fassent leur aggiornamento aussi ! Fini les retraites cadeaux , les indemnités de secrétariat bidon, les taxis à gogos etc... Ensuite , vous pourrez demander aux pilotes d'accepter les sacrifices

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :