Le projet de privatisation d'ADP a pour nom de code « Yvonne »

 |   |  481  mots
Si Bruno Le Maire est resté évasif sur les intentions exactes du gouvernement en matière de privatisation d'ADP, il a néanmoins tenu à rassurer : Il n'est pas question de refaire les erreurs du passé, a-t-il promis, en référence à la privatisation des autoroutes, cédées par l'État en 2006, qui a entraîné de fortes hausses de tarifs des péages, faute d'un cadre garantissant un rapport de force favorable à l'État.
Si Bruno Le Maire est resté évasif sur les intentions exactes du gouvernement en matière de privatisation d'ADP, il a néanmoins tenu à rassurer : "Il n'est pas question de refaire les erreurs du passé", a-t-il promis, en référence à la privatisation des autoroutes, cédées par l'État en 2006, qui a entraîné de fortes hausses de tarifs des péages, faute d'un cadre garantissant un rapport de force favorable à l'État. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Selon des sources concordantes, l'APE, l'Agence des participations de l'État, qui incarne l'État-actionnaire, a choisi le prénom de la femme du général de Gaulle, ce dernier ayant donné son nom à l'aéroport Charles de Gaulle à Roissy.

« Yvonne », c'est, selon des sources concordantes, le nom de code donné par l'Agence de participations de l'État (APE) au projet de privatisation d'ADP, le gestionnaire des aéroports parisiens. Un clin d'œil à l'épouse du général de Gaulle, lequel, est-il  nécessaire de le rappeler, a donné son nom à l'aéroport Charles de Gaulle (CDG), le vaisseau amiral d'ADP. Chacun se fera une opinion sur ce choix. En attendant, le «projet Yvonne » avance, même si, le temps de voter le texte de loi proposé dans la loi Pacte, début mai, puis de lancer et mener à bien le processus de sélection de ou des repreneurs de tout ou partie de la participation de l'État, il est peu probable qu'une privatisation d'ADP intervienne avant le début de l'année prochaine.

Contrôle de l'État sur les actifs stratégiques

Si la privatisation d'ADP n'est officiellement pas décidée, elle fait désormais l'objet de prises de parole des membres du gouvernement. Ce mercredi, lors d'une séance de questions à l'Assemblée nationale sur le programme de privatisations du gouvernement, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a assuré que l'État conserverait le contrôle de ses actifs stratégiques en promettant des mécanismes de "régulation".

"Les choix que nous ferons seront des choix qui préserveront la capacité de contrôle de l'État sur les actifs stratégiques (...). Mais il y a deux manières de contrôler les actifs stratégiques: il y a une présence au capital (...), et il y a la régulation. Je crois que la régulation est la meilleure façon d'assurer le contrôle de l'État sur des actifs stratégiques", a-t-il indiqué dans des propos rapportés par l'AFP.


Au sujet d'ADP, dont l'État possède 50,6% du capital, Bruno Le Maire a promis de trouver une solution qui préserve les intérêts publics, notamment sur les questions de "sécurité", sur les "frontières" et sur les "tarifs" aéroportuaires.

Interrogé par des députés Nouvelle Gauche, le locataire de Bercy est cependant resté évasif sur les intentions exactes du gouvernement. Pour lui, l'une des solutions "consisterait à dire que le gouvernement va abaisser la part de l'État" pour "porter la part des actionnaires privés de 49,4% à 50%, 60% ou 70%. C'est une solution que nous ne retiendrons pas", a indiqué le ministre, pour qui cette solution "consisterait à donner à des actionnaires privés" une capacité de contrôle "tout à fait exorbitante".

"Il n'est pas question de refaire les erreurs du passé", a par ailleurs promis Bruno Le Maire, en référence à la privatisation des autoroutes, cédées par l'État en 2006, qui a entraîné de fortes hausses de tarifs des péages, faute d'un cadre garantissant un rapport de force favorable à l'État.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2018 à 11:38 :
Pauvre de Gaulle ; Tes successeurs ont pâle figure à brader tout le patrimoine économique du pays au nom de leur seule idéologie libéraliste-mondialiste .
a écrit le 07/04/2018 à 11:38 :
Pauvre de Gaulle ; Tes successeurs ont pâle figure à brader tout le patrimoine économique du pays au nom de leur seule idéologie libéraliste-mondialiste .
a écrit le 05/04/2018 à 21:51 :
Je ne suis pas vraiment pour cette privatisation. On ne privatise pas une activité qui est de-facto un monopole. Au mieux, on fait des appels d'offres pour en confier la gestion sur une période tout en conservant l'actif.
a écrit le 05/04/2018 à 15:14 :
Pas sûr que le grand Charles aimerait voir le patrimoine national et collectif bradé de la sorte tout cela pour répondre indirectement aux injonctions de Bruxelles!
Réponse de le 05/04/2018 à 19:25 :
Tu m'étonnes. Bah au moins ça lui permettrait de citer Audiard...
Réponse de le 06/04/2018 à 6:59 :
Pas sûr qu'il soit ravi que son nom soit associé depuis des années à un des pires aéroports du monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :