ADP pourrait être entièrement privatisé : pactole en vue pour l'Etat

 |   |  361  mots
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Selon BFM Business, l'Etat a pris la décision de privatiser le gestionnaire des aéroports parisiens. Il devrait même céder la totalité de sa participation (50,6%). Ce qui lui permettra de toucher un gros chèque.

L'Etat risque bien de toucher le pactole en privatisant ADP. Car selon BFM Business, il va non seulement lancer le processus de privatisation du gestionnaire des aéroports parisiens, il devrait aussi décider de céder l'intégralité de sa participation de 50,6%.  ADP qui est valorisé à plus de 17 milliards d'euros en Bourse pourrait très bien être vendu sur la base d'une valorisation avoisinant les 25 milliards d'euros selon certains observateurs. Trop tôt néanmoins pour faire des pronostics. Il faudra attendre de voir ce qu'il y aura dans la loi, s'il y a des changements de régulation, à quel niveau seront les marchés financiers au moment de la loi....

Arbitrage final samedi

Selon BFM Business, Edouard Philippe doit rendre son arbitrage final sur le dossier lors d'une réunion prévue samedi à Matignon pour finaliser la loi Pacte (plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), qui permettra notamment à l'Etat de descendre sous le seuil de 50% dans le capital du groupe, ce qui lui est interdit par la loi actuellement. Cette loi ne sera pas promulguée avant octobre.

L'Etat devrait revenir sur le droit d'exploitation éternel dont dispose ADP et devrait imposer au repreneur une licence d'exploitation comprise entre 70 et 90 années, une durée assez longue pour ne pas dévaloriser l'entreprise et porter préjudice aux actionnaires minoritaires d'ADP. Et l'État disposera de droits de veto sur le foncier de l'entreprise", ajoute BFM Business.

Le titre flambe en Bourse

A la suite de ces informations, le titre ADP a bondi ce mercredi de 6,11% à 175,5 euros.
Vinci, qui détient déjà 8% du capital d'ADP, fait figure de favori pour remporter cette part de 50,6%, valorisée actuellement plus de huit milliards d'euros. Le groupe a réaffirmé début février son intérêt pour une montée dans le capital d'ADP.

BFM cite également parmi les candidats potentiels l'italien Atlantia, déjà propriétaire de l'aéroport de Nice, ou l'espagnol Ferrovial ainsi que les investisseurs financiers Ardian, Predica (Crédit Agricole), la Caisse des Dépôts du Québec, le groupe Macquarie, GIP (aéroport de Londres) ou encore IFM.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2018 à 11:05 :
@fabian75 08/03/2018 11:02
On ne peut pas soumettre ce genre de décision à référendum car ce serait contraire à l'Article 11 de notre Constitution.
Dans ce cadre d'ailleurs, le soit-disant "référendum" relatif à NNDL n'avait aucune valeur juridique; c'était juste une "consultation" et, en plus locale.
En 1962, on avait beaucoup critiqué le Général de Gaulle lors de sa proposition de référendum relatif à l'élection du Président de la République au suffrage universel.
Cordialement
a écrit le 09/03/2018 à 14:49 :
Allez voir à TOULOUSE , les chinois qui ont acheté l'aéroport essaie de se payer sur la bête, en siphonnant la trésorerie pour se payer des gros dividendes. Privatisation des bénéfices et des fonds de roulement accumulés avec de l'argent public, et quand l'argent viendra à manquer et que ça fera des pertes, on fera appel aux subventions ou à de la dette pour couvrir, collectivisation des pertes. Rien à voir avec de la bonne gestion, c'est juste vendre les bijoux de la couronne, une seule fois, au profit du privé, pour pouvoir afficher un bon bilan de ce gouvernement sur la période. Privatisation des bénéfices, dette publique, choix idéologique pour détruire toujours plus de ce qui marche bien dans les services publics, chèque en blanc sur les générations futures.
a écrit le 09/03/2018 à 10:00 :
C'est assez étonnant que, suivant ses penchants politiques, l'on considère la vente des actifs publics soit comme une bonne chose pour renflouer les caisses de l'Etat soit comme une malédiction et un renoncement de ce même Etat. Pour autant on sait bien que quand une entreprise privée se défait de ses actifs, c'est plutôt mauvais signe et sa cotation boursière descend sérieusement. On ne devrait donc pas se réjouir de voir l'Etat se débarrasser de tels actifs qui plus est relativement stratégiques. Le néo-libéralisme qui s'impose actuellement, par Président interposé, et semble plaire au monde de…la finance, n'est pas du tout le Libéralisme traditionnel et va détériorer considérablement nos bases économiques. Attention au réveil douloureux...
a écrit le 08/03/2018 à 20:32 :
La privatisation des services régaliens, nous savons où cela nous mène.
Balladur nous a joué la même chanson sur les autoroutes.
Résultat: les péages sont devenus un véritable racket dont les prix augmentent sans cesse, avec une qualité des voies en baisse (ne parlons pas des question de neige).
Par contre, les sociétés et les actionnaires dégagent d'énormes profits ainsi que les administrateurs.. tiens d'ailleurs Balladur a été administrateur juste après.

Enfin, perdre la maitrise de ses infrastructures, c'est la mort d'un pays car n'oublions pas que le développement économique est directement lié à la facilité de circulation. Tiens ce n'est pas l'une des raisons de la construction des lignes TGV ou d'autoroutes??
Réponse de le 09/03/2018 à 16:38 :
Alors que penser des 33 milliards encaissés par les privatisations sous
la gouvernance socialiste JOSPIN !!!
a écrit le 08/03/2018 à 15:36 :
" entièrement privatisé "
Est-ce que ADP continuera à invertir et rendre services ou nourrira grassement ses actionnaires ?
Et comment les prix seront-ils fixés et régulés ?
Tourisme et événementiel c'est près de 10% du PIB.
Un détail, quelques dizaines de milliards.
L'état va récupéré un gros pactole, mais ce sera toujours moins que ce qu'il récupérerait sur 70 ou 90 années.
570 millions x 90 = ~ 50 milliards, mais réactualisés ils feront bien + de 100 milliards dans 70 ou 90 années.
Une superbe affaire ?
Toujours une vision à court terme pour boucher les trous dans la caisse !
a écrit le 08/03/2018 à 13:24 :
Hyper intéressant de voir à quel point les 2 interlocuteurs du duels de l'éco sur BFM (vidéo ci-dessus) ne savent absolument pas de quoi ils parlent et n'ont aucune notion en transport aérien !! M. Lim Hong Noc, lorsqu'un aéroport est privatisé, non, les infrastructures ne le sont pas (sauf ADP peut-être, à voir quelles seront les modalités de la privatisation), et non, cela n'a jamais conduite à augmenter drastiquement les taxes. au contraire, cherchant à générer du trafic, les concessionnaires privés ont plutôt tendance à accorder des rabais pour faire venir de nouvelles compagnies. Ils ont également tendance à investir dans les infra pour répondre au mieux aux attentes des clients. Pour avoir travaillé à ADP et avoir vu comment les dirigeants traitent les compagnies aériennes, je vous garantit qu'un peu de culture business dans ce monde d'ingénieurs BTP ne fera pas de mal... Quant à JM Sylvestre, il n'a tout simplement pas apporté un seul argument factuel en faveur de la privatisation.
a écrit le 08/03/2018 à 11:39 :
Je n'aime pas beaucoup les privatisations de monopoles naturels. Se débarrasser complètement de Renault ou Air France ne m'aurait pas dérangé mais là, ça rappelle les autoroutes...
a écrit le 08/03/2018 à 11:02 :
On voit mal comment le contrôle d'ADP pourrait être refusé à Vinci... c'est le seul moyen d'éviter que la reculade incompréhensible de l'état (en dehors de toute logique environnementale, économique, démocratique, d'équilibre du territoire, d'ordre public) sur NDDL se transforme en plus en un nouvel Ecomouv pour les finances publiques.
a écrit le 08/03/2018 à 11:02 :
Pourquoi ne soumettons pas cette vente a référendum? Les suisse eux votent pour ce genre de décision non? Ils l ont fait pour la redevance audiovisuelle!
Réponse de le 08/03/2018 à 13:03 :
parce que la plupart des citoyens ne possède pas les notions économiques nécessaires pour se positionner de manière éclairée et rationnelle sur ce type de sujets. vos commentaires successifs en sont l'illustration. Une démocratie n'a de sens que si ses citoyens font l'effort de s'instruire afin de pouvoir prétendre répondre aux questions qu'on leur pose.
En l'état, une grande majorité de Français pensent que quand on parle de privatiser un aéroport, c'est que l'on va vendre les infrastructures... On part déjà de loin. Alors la notion de valorisation par cash flows actualisés sur la durée de la concession.... je vous laisse imaginer...
Mais rassurez-vous :
1. L'état ne vend pas ses bijoux de famille. elle ne vend que le droit de faire payer un ticket pour les admirer en contrepartie de la responsabilité de les mettre en valeur.
2. le montant de la vente est calculé grosso modo pour s'aligner sur un équivalent à une somme des flux de trésorerie escomptables sur la durée de la concession. Autrement dit : l'état y'en a gagner plus en vendant qu'en conservant la gestion. Et si le concessionnaire privé gère mieux que l'état (ce qui est TOUJOURS le cas), tant mieux pour lui, il rentabilise son investissement en créant des emplois, de la richesse et du mouvement de cash.

Voilà. j'espère que ça répond à quelques inquiétudes et que ça donnera envie à certains de s'instruire plus.
a écrit le 08/03/2018 à 11:00 :
Nous vendons tous ce qui rapporte...!
Réponse de le 08/03/2018 à 14:30 :
Vous avez déjà essayé de vendre quelque chose qui rapportait rien?
Réponse de le 09/03/2018 à 16:51 :
Alors donnons à de véritables gestionnaires ce qui est déficitaire et nous gagnerons très rapidement de l'argent et eux aussi !!!
a écrit le 08/03/2018 à 10:58 :
Vendons tous comme le TGV (avec les technologies pour que les chinois nous revendent leurs TGV) les autoroutes etc...
a écrit le 08/03/2018 à 9:50 :
Cette année, sur un chiffre d'affaire de 3 milliard d'euros, le groupe ADP a eu un résultat net de plus d'1 milliards d'euro. Le groupe verse environ 60% en dividende. cette année l'état français va ainsi toucher environ 300 millions d'euros. L'état français touche donc tout les ans plusieurs centaine de millions d'euro de dividende de la part du groupe adp.
Elle est parmi les entreprise les plus rentable de France.
Réponse de le 08/03/2018 à 13:20 :
A vous lire, on penserait que l'état va faire don de l'entreprise?
a écrit le 08/03/2018 à 9:17 :
A surveiller comme le lait sur le feu, le lien entre nos politiciens et les futurs acheteurs.

"Gardes emparez vous de cet individu !"
a écrit le 08/03/2018 à 8:42 :
Drôles de choses que toutes ces privatisations, nos ministres piétinent le laborieux travail de leurs prédécesseurs en se débarrassant du cambouis, seraient ils incompétents ou (trop) dépendants des banquiers d'affaires ? Lorsque je lis les observations sur la suite de la privatisation de l’aéroport de Toulouse je m’inquiète. Bref, si l’objectif est de rechercher des gros chèques ils ont encore le Louvre et le musée d’Orsay à leur catalogue, là comme ailleurs l’absence de politiques durables est remarquée.
a écrit le 08/03/2018 à 6:52 :
idiotie gouvernementale !
cette société distribue des dividendes qui représentent un rendement de plus de 2.5 % alors que l'état emprunte à 1 % sur 10 ans environ !
MACRON va vendre les bijoux de famille pour financer ses décisions très pour ne pas dire trop couteuses...
pour l'instant ce qui le sauve c'est une croissance retrouvée, oui mais pour combien de temps plus de 30 milliards de recettes fiscales accordées aux uns et aux autres, une détérioration des services publics qui s'accélèrent faute de moyen....Je suis partisan d'une droite sociale mais là je ne vois rien de social dans ce qui est fait, MACRON doit conditionner les aides ainsi :
- Toutes aides accordées devra être restituer dès lors que la société distribue des dividendes, toute distribution ou augmentation des 10 plus hauts salaires (ou du salaire des associés dépassant 8 fois le smic annuel) de la société devra faire l'objet d'une restitution du même montant pour les aides accordées par l'état, l'urssaf et les collectivités locales.
En effet une société qui distribue des dividendes doit être considérée comme une société qui n'a pas besoin d'aide, qui ne consacre pas ses bénéfices à l'investissement ou a son désendettement tel est le principe qui doit nous guider....
Réponse de le 09/03/2018 à 14:54 :
"Droite sociale" , sacré oxymore.
a écrit le 08/03/2018 à 6:22 :
la fuite en avant des gouvernements successifs...
ils doivent rester en dessous de 100% du PIB en terme de dette pour ne pas effrayer les marchés.
on vend tout pour avoir du cash sans faire aucun effort pour mettre une fois pour toute le budget à l´équilibre depuis 30 ans...
Réponse de le 08/03/2018 à 8:45 :
Ils ne font que repasser la patate chaude, un jour il faudra rentrer dans le "dur" et j'espère que l'ENA saura nous trouver un De Gaulle, un Roosevelt ou un Churchill.
a écrit le 07/03/2018 à 22:00 :
Comme tout citoyen français, j'aimerais toucher ma part du gros chèque: je n'ai nulle confiance en ce gouvernement pour l'usage qu'il en pourrait faire et je compte sur le Parlement pour obtenir satisfaction (pour une fois qu'il ferait son travail!).
a écrit le 07/03/2018 à 20:07 :
ADP n'a déjà aucun scrupule pour éreinter les compagnies aériennes avec ses taxes, AirFrance en tête, alors que l'état a intérêt à de bons résultats pour les 2 entreprises : Alors ADP va se lâcher sur le dos d'AF !!!
A moins que l'état régulateur, une fois que l'état actionnaire aura quitté le capital d'ADP, ne se décide à bloquer les hausses de tarifs qu'il se permettait jusque là... et là ce seront les actionnaires d'ADP qui seront les dindons de la farce ... !!
a écrit le 07/03/2018 à 18:25 :
Certes et après ? On a déjà vécu cela avec les autoroutes......un intérêt financier à courte vue....ceux qui nous gouvernent sont de fins stratèges....😎 mais lorsque des comptes devront être rendus, ils ne seront plus là 😎
Réponse de le 07/03/2018 à 21:59 :
Les autoroutes ne sont pas vendues, elles sont sous concession, et reviendront à l'Etat une fois ces concessions terminées, mais ça recule, une demande de travaux peut être une hausse de tarifs et/ou un allongement de durée de gestion. Ca n'empêche l'Etat de faire payer (via les péages) une taxe d'occupation du domaine public, augmenté de 50% y a quelque temps(2-3 ans ?) (l'Etat a besoin d'argent).
Réponse de le 08/03/2018 à 12:05 :
@Delahut: "mais lorsque des comptes devront etre rendus, ils ne sont plus la".
Correcte, parce que apres le vente ils se sont trop occupees avec leurs "interesses" dans les entreprises des acheteurs.
a écrit le 07/03/2018 à 18:15 :
Il y a tout de même quelques bonnes nouvelles dans le marasme collectiviste français, la privatisation à 100% d'ADP, la probable réduction en dessous de 33% des droits de vote de l'etat chez Engie et les rumeurs sur la cession à Nissan des 15% du capital de Renault. Une bouffée d'air frais.
Réponse de le 07/03/2018 à 19:30 :
Il faut avoir le courage d'aller plus loin : tout privatiser, les routes, les écoles, les hôpitaux, etc ... Et on passera ainsi de l'enfer socialiste au paradis libéral.
Réponse de le 08/03/2018 à 12:50 :
Oui certes, et en plus le produit (important) de ces privatisations devrait être consacré exclusivement au désendettement.
a écrit le 07/03/2018 à 18:15 :
Il y tout de même quelques bonnes nouvelles dans le marasme collectiviste français, la privatisation à 100% d'ADP, la probable réduction en dessous de 33% des droits de vote de l'etat chez Engie et les rumeurs sur la cession à Nissan des 15% du capital de Renault. Une bouffée d'air frais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :