Quel sera le visage du voyage aérien dans le monde d'après ?

 |  | 1159 mots
Lecture 6 min.
A l'occasion du Paris Air Forum, Anne Rigail, directrice générale d'Air France, Edward Arkwright, directeur général exécutif d'ADP et Michel Dieleman, président de l'association française du travel management (AFTM), ont essayé d'imaginer les grandes tendances du transport aérien de demain.

Quel sera le visage du "monde d'après" pour les compagnies aériennes, les aéroports et le voyage d'affaires ? Difficile à dire tant il demeure d'inconnues dans l'équation. Première étape : l'arrivée d'un vaccin et son efficacité. Diverses hypothèses circulent (fin d'année, printemps). Mais une fois mis au point, il faudra plusieurs mois supplémentaires avant que des campagnes massives assurent une immunité solide pour l'ensemble de la population. Pour autant, malgré ces annonces encourageantes, Anne Rigail, la directrice générale d'Air France, ne change pas ses scénarios de reprise « nous attendons à un retour du trafic à son niveau de 2019 aux alentours de 2024. Ce qui compte, c'est d'accompagner cette reprise. On suivra de près les vaccins, les traitements, les tests et l'harmonisation des protocoles sanitaires qui pourront redonner confiance aux voyageurs », a-t-elle déclaré. Pour le quatrième trimestre 2020, Air France annonce 30 % d'offre sur son réseau long courrier, tiré par une activité fret dynamique, mais seulement 15 % sur les vols court et moyen courriers. Reste qu'une année de trafic très réduit (- 66 % en moyenne pour les compagnies selon l'IATA) aura nécessairement des répercussions sur la santé économique des acteurs de l'aérien. La directrice générale d'Air France a déjà observé quelques faillites (Flybe au Royaume-Uni, Compass Airlines et Miami Air aux Etats-Unis, Avianca en Colombie,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :