Téléphonie : vers un rachat de Bouygues Telecom par SFR ?

 |   |  323  mots
D'après le JDD, SFR reprendrait la totalité des 11 millions de clients en téléphonie mobile de Bouygues Telecom.
D'après le JDD, SFR reprendrait la totalité des 11 millions de clients en téléphonie mobile de Bouygues Telecom. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
SFR aurait formulé une offre d'achat de l'ordre de dix milliards d'euros, selon le JDD. L'offre devrait être examinée mardi, lors d'un conseil d'administration du groupe Bouygues.

SFR, propriété du magnat des télécoms et médias français Patrick Drahi, a formulé une offre de rachat de Bouygues Telecom pour "un peu plus de dix milliards d'euros", affirme Le Journal du dimanche.

Le JDD, qui s'appuie sur "plusieurs sources" non identifiées, précise que cette offre, mise sur la table il y a dix jours, devrait être examinée mardi lors d'un conseil d'administration du groupe Bouygues.

"L'offre de Drahi n'est pas convenable et pas bouclée, notamment son financement", affirme au JDD un lieutenant de Martin Bouygues, une manière selon le journal de "faire monter les enchères".

"Patrick Drahi propose de payer en cash" au moyen d'un emprunt auprès de BNP Paribas, ajoute le journal, selon lequel le montant avancé est "25% plus cher que les 8 milliards estimés par les marchés" pour Bouygues Telecom.

Toujours d'après le JDD, SFR reprendrait la totalité des 11 millions de clients en téléphonie mobile de Bouygues Telecom. Un accord a été trouvé avec Free "pour éviter des obstacles en matière de concurrence" : le groupe rival de Xavier Niel "reprendra une partie des fréquences, des antennes et des boutiques de Bouygues", écrit le JDD.

En rachetant Bouygues Telecom, SFR deviendrait le premier opérateur mobile français avec la moitié du marché et le deuxième pour l'accès à internet derrière Orange.

Numericable, propriété de Patrick Drahi, avait réussi à s'emparer de SFR en mars 2014 à l'issue d'une bataille homérique contre Bouygues, en mettant sur la table 13,36 milliards d'euros pour racheter l'opérateur de télécoms à Vivendi.

L'opération avait ouvert la voie à la formation du groupe Numericable-SFR qui a depuis absorbé Virgin Mobile et Telindus, tandis que sa maison mère Altice, pilotée par Patrick Drahi, a pris le contrôle de Portugal Telecom et de Suddenlink Communications, le septième câblo-opérateur américain (AFP).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2015 à 12:18 :
Mr Patrick Drahi s'apprête à acheter Bouygues Telecom, qui fait partie d'un groupe fleuron du patrimoine Francais. Mr Patrick Drahi qui ne paye -pas- ses Impôts en France puisque résidant en suisse, ne se gênera pas de faire encore plus de Bénéfices en France au dos des salariés (qui eux payent leurs impots) en leur rendant les conditions de travail difficiles voire en les privant de travail tout court au nom de la rentabilité. Aux grandes causes , les grands moyens, je mentionne donc que Mr Patrick Drahi est un fervent supporter d'Israel.. Cf des Article même paru dans "Le Monde", et pour contre carrer cela, j'appelle les arabes et les français en quête de justice de quitter SFR, Bouygues au profit d'Orange si l'opération se fait.
a écrit le 21/06/2015 à 23:43 :
Où l'on apprend que M Niel veut bien les fréquences de BT et les boutiques mais pas les salariés... Ne serait il pas l'humaniste et le philanthrope que certains de nos politiques rêvent de voir en lui ?
En tous cas il est une fois de plus le grand gagnant de l'opération : trop fort Xav !
Réponse de le 22/06/2015 à 8:42 :
pourquoi niel récupereai les emplois que drahi ne veut pas garder? les emplois sont touchés, car sfr/bouygues/numericable, il y a des redondances d'emploi evidents, c'est pourquoi une fusion n'est pas vraiment bienvenue.

entre patrick drahi et un xavier niel, il y a un monde. l'exil fiscal pour l'un, l'autre pas encore.
qu'on aime ou pas le bonhomme niel, il a quand meme fait baisser les prix alors que l'autre les augmentera encore jusqu'a sucer le sang sur le carrelage.
a écrit le 21/06/2015 à 22:50 :
Vous aviez connu M. Messier, vous aviez aimé, et bien voilà maintenant M. Drahi.
Entre polytechniciens prédateurs et banquiers on s'épaule.
a écrit le 21/06/2015 à 21:50 :
Face à de telles manœuvres les clients de Bouygues devraient logiquement en tirer les conséquences, en changeant d'opérateur.
a écrit le 21/06/2015 à 20:33 :
... de ces patrons voyous qui n'ont jamais rien créé, qui font des coups au détriment des salariés.
Qu'il construise une entreprise, il faut interdire ces rachats par la dette, merci à Mr Macron d'interdire cette transaction néfaste aussi pour le consommateur.
a écrit le 21/06/2015 à 16:36 :
C'est sûr que les PME françaises n'avaient aucun besoin de ces 10 milliards de prêts et qu'il y avait par contre urgence pour BNP-Paribas, renfloué en 2000 avec l'argent des contribuables, à se lancer dans l'aventure avec M. Drahi.
Réponse de le 21/06/2015 à 17:30 :
Et pendant ce temps bnp Paribas suisse dénonce les prêts immobilier de ses clients qui payent régulièrement ! 👹🇨🇭
a écrit le 21/06/2015 à 16:32 :
Je suis client Bouygues

et l'idée de devoir payer a un type qui est installé dans un paradis fiscale Ca ne me plait pas dutout
a écrit le 21/06/2015 à 13:52 :
pensée aux fournisseurs de BT et à ses employés qui vont probablement souffrir
a écrit le 21/06/2015 à 12:08 :
La concurrence "libre et non faussée" de l'UE n'est que la destruction des monopoles institutionnel pour construire des monopoles d’intérêt privé!
Réponse de le 21/06/2015 à 17:36 :
C'est peut-être parce que les coûts fixes élevés du réseau et des licences font de cette industrie un monopole naturel.
a écrit le 21/06/2015 à 10:58 :
Bnp toujours dans les bons coups !!
a écrit le 21/06/2015 à 10:45 :
Ce n'est pas très bon pour nos factures téléphoniques. Il me semble avoir lu dans la Tribune que notre ministre E. Macron n'était pas d'accord avec cette possible fusion.
Cordialement
Réponse de le 21/06/2015 à 14:27 :
Il n'est pas d'accord, mais il n'est actionnaire ni de l'un ni de l'autre. D'autre part, si l'aspect concurrentiel est correctement géré, il sera difficile d'arguer un risque de monopole quelque soit le segment.
Réponse de le 21/06/2015 à 14:46 :
Ah ah ah... Et vous pensez que ca va arrêter P Drahi ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :