Patrick Brunier : " Des avantages concurrentiels "

 |   |  358  mots
Patrick Brunier est délégué général du Picom (Pôle de compétitivité industries du commerce), dont le siège est à Marcq-en-Baroeul, près de Lille.

Sur quels types de projets travaillent les membres du pôle de compétitivité ?

Nous étudions tous les aspects susceptibles de procurer des avantages concurrentiels aux acteurs de la distribution. Trois domaines sont concernés : la dynamique des comportements et des modes de consommation, les univers ubiquitaires et l'organisation des process. Ce dernier domaine concerne essentiellement l'amélioration de la logistique. À titre d'exemple, une grande enseigne française de la distribution vend environ 5 milliards d'articles par an, édite 290 millions de tickets de caisse et doit assurer la présence dans ses linéaires, selon le type de magasin, de 30.000 à 100.000 produits. C'est dire si les possibilités d'optimisation sont importantes.

Concernant les clients, quels types d'innovation peuvent-ils attendre de vos travaux ?

C'est au niveau du « front-office », c'està- dire la relation avec le client, que les innovations et l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC) sont les plus avancées. Le commerce ubiquitaire représente un axe stratégique du pôle de compétitivité. Demain, les commerçants, les distributeurs auront la possibilité de proposer de nombreux services sur différents supports à leurs clients en situation de mobilité. Ces services reposeront essentiellement sur l'utilisation du téléphone portable, de bornes communicantes interactives.

Concrètement, quand verra-t-on ce type de services opérationnels ?

Baptisée U-Shopping, la première application sera en test en janvier 2010 sur le parc d'activités d'Englos, près de Lille. Elle proposera un kiosque, consultable sur un téléphone mobile, proposant une liste de services personnalisés ? localisation, transport, parking, etc. ?, permettant de recevoir des offres commerciales et de lire des informations multimédias par le biais de la lecture d'une puce ou d'un code-barres. Nous testons les différentes briques applicatives, les prestataires techniques seront sélectionnés courant juin et les développements débuteront à la fin de l'année. La réflexion porte également sur la gestion de cette plate-forme de services par l'association des commerçants du parc d'activités. Elle pourra être déclinée pour une rue commerçante, avec la chambre de commerce et de l'industrie comme opérateur de la plate-forme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :