Ces nouveaux risques numériques qui vous menacent

 |   |  536  mots
Sans vraiment le savoir, l'internaute sème des informations personnelles un peu partout.

On connaissait les virus, les diverses attaques numériques et autres piratages... Ce n'est désormais pas tout : d'autres risques insidieux ont vu le jour. Par exemple, beaucoup de vos données personnelles se baladent sur Internet. Ce qui peut vous poser des problèmes. Ce qui peut aussi en poser aux entreprises. En novembre 2009, un atelier sur « le droit à l'oubli numérique » a été organisé à Sciences po par le secrétariat d'État à l'Économie numérique. Il a permis de cerner le problème et de découvrir que des données, anodines en apparence, sont fort précieuses pour les acteurs d'Internet et pour tous ceux qui les utiliseront pour vendre des biens et des services. Ces données sont-elles par essence liberticides ? L'internaute a-t-il la possibilité de les effacer, d'utiliser un droit à l'oubli numérique ? Le débat est lancé.

Pour en comprendre les enjeux, il faut savoir que, lorsqu'un internaute se connecte sur un site, à partir de chez lui, de son bureau ou en mobilité, « il génère cinq types de données », souligne Jérôme Fehrenbach, du cabinet Roland Berger. Il y a d'abord les données d'identification et d'adressage (nom, prénom, adresse), puis les données de géolocalisation (position GPS, adresse IP). Viennent ensuite les données comportementales : date et heure de visite d'un site Web, type de site Web visité, type de navigation, type d'achat. S'y ajoutent les données « volontaires » destinées à un large public, comme les avis de consommateurs sur certains services (hôtellerie). Enfin, on trouve les données destinées à un cercle restreint, comme les photos de vacances ou d'anniversaire.

Des services qui ont un prix

À quoi servent ces données ? Pour la plupart, à nous faciliter la vie, en permettant aux divers acteurs d'Internet de nous rendre ou de nous vendre des services adaptés fort sympathiques. Opérateurs télécoms, pouvoirs publics, sites éditoriaux d'information, réseaux sociaux, moteurs de recherche et sites de e-commerce ont besoin de ces données. Ils peuvent vous proposer un service en ligne (messagerie, paiement des impôts, banque à distance, géolocalisation), vous présenter un contenu répondant à vos goûts ou vous fournir un service hors ligne (livraison et facturation d'un bien acheté sur Internet). Tout est-il pour le mieux dans le meilleur des mondes ?

Non, car les dérapages potentiels sont nombreux. Le premier qui vient à l'esprit est celui de la recherche et du traitement de données non consenties, notamment par un recruteur qui explore les réseaux sociaux. Par exemple, certaines photos de vos jeunes années peuvent être compromettantes. On peut également tracer à la loupe ce que vous faites de votre temps libre et diffuser ces informations audelà du cercle personnel que vous pensiez avoir défini. La perte de contrôle sur ces données est alors totale et, à la faveur du fonctionnement d'Internet, vous ne pourrez plus les effacer. La durée de conservation et de diffusion est devenue illimitée. Est-ce dangereux ? Certainement. Des gens mal intentionnés peuvent, s'ils le souhaitent, usurper votre identité. Pouvez-vous vraiment faire confiance aux sites à qui vous confiez, plus ou moins volontairement, vos données ? Surtout pas !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :