Accor promet de bannir le plastique à usage unique de ses hôtels

 |   |  440  mots
(Crédits : ATHIT PERAWONGMETHA)
Chaque année, plus de 200 millions de produits à usage unique en plastique sont utilisés dans les quelque 4.900 hôtels et résidences du groupe.

Le groupe hôtelier Accor a annoncé mercredi vouloir éliminer les articles en plastique à usage unique utilisés par ses clients, d'abord dans les chambres fin 2020, puis deux ans plus tard dans tous les espaces de ses établissements.

Chaque année, plus de 200 millions de produits à usage unique en plastique sont utilisés dans les quelque 4.900 hôtels et résidences du groupe, a précisé ce dernier dans un communiqué.

Ils sont présents dans tous les espaces des établissements: des chambres (produits d'hygiène individuels, peignes, cartes magnétiques...) aux espaces de réception ou de loisirs (accessoires de réunion, bouteilles d'eau, gobelets, sacs à peignoirs...) en passant par les cuisines (emballages alimentaires, film plastique...).

Emballages et gobelets en carton

Ces objets seront remplacés progressivement par des emballages et gobelets en carton, des cartes, emballages et accessoires en matériau durable, des sacs de blanchisserie en papier et des bouteilles en verre, des plateaux repas sans emballage plastique...

En ce début d'année, 42% des hôtels du groupe ont déjà trouvé une alternative aux bouteilles d'eau en plastique tandis que 89% du réseau Ibis (2.087 établissements) se sont équipés de distributeurs de shampoing et de gel douche, précise Accor.

"Cela nous demande beaucoup d'efforts: il faut revoir tous nos process opérationnels d'achat, de recyclage, et faire oeuvre de pédagogie auprès des propriétaires d'hôtels" (Accor ayant cédé les murs de ses établissements dans le monde entier, ndlr), a déclaré à l'AFP Franck Gervais, directeur général Europe d'Accor.

Le groupe bannit ainsi progressivement les produits en plastique à usage unique de ses achats auprès des 4.000 fournisseurs qui travaillent avec sa centrale d'achat.

Certains plastiques ne sont pas concernés

"Il y a trois ans, on pouvait encore voir la fin du plastique comme un phénomène de mode, du côté de nos clients ou de nos franchisés, mais aujourd'hui tous nous suivent dans cette démarche. Si on ne le fait pas, on passera en seconde division", a estimé M. Gervais.

Ne sont pas concernés en revanche les plastiques contenus dans les appareils, le mobilier, les matériaux de construction, les grands contenants en plastique, le polyester dans le linge de lit et les serviettes, précise toutefois un guide édité par Accor à l'intention de son réseau.

Ceux-ci "présentent plus d'avantages (légèreté, résistance) que d'inconvénients (impact environnemental)" et "il est difficile de mettre en oeuvre des alternatives à grande échelle", poursuit le document, qui préconise "la collecte et le recyclage du plastique ou l'intégration de plastique recyclé".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2020 à 19:00 :
Un ami s'est retrouvé sur une ile paradisiaque dans un hôtel de luxe, en entrant pour y boire un coup il y a vu écrit "Si vous souhaitez une paille avec vos consommations, merci de nous le préciser."

Contents de cette petite initiative mais qui ensemble sont gigantesques, ils commandent des cocktails que le serveur leur apporte avec... des pailles. Il demande alors au serveur pourquoi il y a cet écriteau, le serveur lui explique que presque à chaque fois qu'ils servaient sans paille on leur en demandait une.

Il n'y a que les dirigeants économiques et politiques qui peuvent faire quelque chose, le consommateur étant paramétré à consommer, tout autour de nous nous y conduit, même notre éducation c'est dramatique, à tel point qu'il a dit à son ami qu'il faudrait interdire tout ces objets inutiles car jetables en plastiques et celui-ci répondre, indigné, que ce serait une mesure liberticide.

Un combat qui ne peut pas être gagné sans ceux qui font les lois ni ceux qui ont l'argent et les usines.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :