"En 2025, les renouvelables devraient devenir la principale source de production électrique dans le monde", estime l'AIE

 |  | 509 mots
Lecture 3 min.
Ces prochaines années verront en particulier le boom de l'éolien en mer, alimenté par une chute rapide des coûts de production, prévoit l'AIE.
Ces prochaines années verront en particulier le boom de l'éolien en mer, alimenté par une chute rapide des coûts de production, prévoit l'AIE. (Crédits : Reuters)
L'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui a publié ce mardi son rapport Renouvelables 2020, anticipe un boom des énergies renouvelables, particulièrement en 2021, année durant laquelle le mouvement devrait s'accélérer pour devenir dominant en 2025. Les gouvernements, prévient toutefois l'agence, doivent accompagner cet élan.

Les énergies renouvelables, dont les capacités ont crû fortement cette année malgré la crise, devraient devenir en 2025 la première source de production électrique dans le monde, devant le charbon, estime l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui appelle au maintien des soutiens publics.

"Les renouvelables peuvent résister à la crise du Covid mais pas aux incertitudes politiques", prévient Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE, qui publie ce mardi son rapport Renouvelables 2020.

Cette année, tandis que les énergies fossiles s'effondraient, les capacités de production nouvelles ont porté à près de 90% sur des énergies renouvelables, tirées par le solaire, l'éolien et l'hydro-électricité, notablement aux États-Unis et en Chine. Ces nouvelles capacités devraient atteindre un niveau record de 200 gigawatts (GW).

Lire aussi : Le Covid-19 profite aux énergies renouvelables mais pas au nucléaire

Une accélération prévue en 2021

Le mouvement devrait s'accélérer encore en 2021, pour atteindre une croissance inégalée depuis 2015, indique ce bilan annuel, notamment avec la réalisation de projets suspendus pour cause de Covid-19.

Ce boom de quelque 10% des capacités en 2021 devrait être particulièrement manifeste dans l'UE et en Inde, selon le rapport.

Les capacités éoliennes et photovoltaïques devraient à cette allure dépasser celles du gaz en 2023 puis du charbon en 2024, estime l'Agence, qui conseille de nombreux pays dans leur politique énergétique.

"En 2025, les renouvelables devraient devenir la principale source de production électrique dans le monde, mettant un terme à cinq décennies de course en tête pour le charbon", souligne M. Birol: elles fourniront alors un tiers de l'électricité mondiale, avec une capacité équivalente au double des capacités chinoises actuelles toutes sources confondues.

Ces prochaines années verront en particulier le boom de l'éolien en mer, alimenté par une chute rapide des coûts de production: en 2025, l'offshore devrait représenter un cinquième du marché éolien, estime l'AIE.

Lire aussi : Total en Corée du Sud pour un giga projet d'éolien offshore flottant

L'importance de soutenir cet élan

Cette année, la course à l'équipement a été très visible aux États-Unis et en Chine, où les développeurs ont souhaité profiter de dernières subventions.

Sur ces dix premiers mois, les mises aux enchères de capacités en Chine, en Inde et en Europe ont été supérieures de 15% par rapport à la même période en 2019, un "nouveau record qui montre bien l'importance des perspectives attendues à moyen et long terme", souligne le rapport. Et dans le même temps, sur les marchés boursiers, la valeur des actions des acteurs du solaire doublait par rapport à décembre 2019.

L'AIE pour autant appelle les gouvernements à soutenir cet élan, et se dit préoccupée par la fin des mesures de soutien sur certains marchés clés comme la Chine et le photovoltaïque: en fonction de l'aptitude des gouvernements à répondre à cette incertitude, les capacités renouvelables nouvelles pourraient en 2022 soit légèrement décliner soit croître de 25%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2020 à 18:57 :
Ça va être beau entre les surchauffes de clim l'été et les surchauffes de radiateurs l'hiver ! Plus tout ce qu'avalent les gafam et leur datacenters cloudisés !
a écrit le 10/11/2020 à 17:42 :
Si le nucléaire fait partie des renouvelables...
alors c'est possible 😜
a écrit le 10/11/2020 à 17:30 :
Renouvelable dont le nucléaire, une autre solution ?
a écrit le 10/11/2020 à 17:28 :
Priorité : sortir l'europe de la production d'electricité à partir du charbon qui est ultra pollluant et developper les énergies renouvelables (eolien,solaire, hydrolien, etc). De la même façon le nucléaire qui ne rejette aucun CO2 dans l'atmosphère doit revenir en force pour developper d'autres centrales nucléaires EPR en France ( +6 selon le gouvernement et EDF). Oui developper des reseaux de chaleur et des smarts grids avec le successeur du compteur Linky. Le refuser est absurde car il demontre que la technologie de la consommation d'electricité peut être maitriser. Oui à la neutralité carbone en 2040-2045 pour l'europe, 2050 pour les USA. Developpement de l'infratructure hydrogène et de l'avion à hydrogène avec Airbus. Sortir impérativement du charbon ( Pologne, Allemagne, USA, Canada, Australie...) et developpement des reseaux electriques bas carbone. Oui à un monde sur et moderne qui permet de reduire drastiquement la température (+1°C pour le rechauffement climatique et non +6°C) et de ne plus polluer l'atmosphère avec du CO2 en trop. Neutralité carbone réelle. Je serai à la retraite et je compte bien passé ma retraite dans un monde plus protégé et plus sur que le debut de ce 21 eme siècle !
-vive l'electricité et vive le reduction des déchets radioactifs des centrales nucléaires vive le nucléaire propre et durable en France et en Europe !
a écrit le 10/11/2020 à 12:41 :
Sauf que l'argent public est encore une fois monopolisé pour pallier à l'incompétence des actionnaires milliardaires à savoir sans arrêt renflouer des paniers percés, ce qui donc va encore retarder tout ces projets.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :