Transports : la campagne des villes contre le tout-auto

 |   |  2131  mots
Copyright Reuters
Le Mondial de l'auto ouvre ses portes dans un contexte difficile pour un secteur fragilisé. Adorée hier, accusée de tous les maux aujourd'hui, la voiture cède du terrain en ville. Les grandes métropoles, tant en France que dans le monde, cherchent à en réduire l'usage.

LES NUISANCES Un Francilien qui se rend au travail en voiture émet 2 tonnes de CO2 par an. cela lui coûte 3?200 euros de frais de déplacement et 460 heures perdues. (Source : ekodev 2011).
LES PERTES Le temps perdu en recherche de stationnement : 68 millions d'heures par an. Soit, en valeur, plus de 1,9 million d'euros par jour et 585 millions par an. (Source : prédit-ademe).
____

Georges Pompidou doit se retourner dans sa tombe. Le chantre de l'autoroute urbaine pensait devoir adapter les villes à la voiture. Aujourd'hui, c'est elle qui est priée de s'accommoder aux territoires en laissant plus de place aux autres modes de déplacement.
Ironie du sort : depuis le 1er septembre la voiture a dû concéder, à Paris, une partie de la chaussée de la fameuse voie « rapide » Georges-Pompidou, entre l'Hôtel de ville et le quai Henri-IV aux... piétons. La capacité de voirie y a été réduite de 20?%. Et bientôt rive gauche, 2,3 km de voies sur berges, d'Orsay jusqu'au pont de l'Alma, devraient être totalement fermés aux automobilistes. « Trop de voitures tuent la voiture. Le stress des transports devient une pathologie », constate Bruno Marzloff, sociologue, dirigeant du groupe Chronos,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :