Croyez-vous au Père Noël ?

Chaque jour, la Tribune propose une chronique que lui inspire l'actualité.
Quelque 8.000 coureurs habillés en Père Noël lors de l'épreuve de 5 km de Santa Dash, à Liverpool en Angleterre, le 2 décembre. Copyright Reuters
Quelque 8.000 coureurs habillés en Père Noël lors de l'épreuve de 5 km de Santa Dash, à Liverpool en Angleterre, le 2 décembre. Copyright Reuters

Faut-il croire au Père Noël ? Les adultes ont coutume de répondre par la négative, abdiquant ainsi leurs rêves d'enfants. Mais fort heureusement, il en est encore, à l'image de certains hommes politique européens, qui savent entretenir les songes.

Voyez par exemple, le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, qui, sous le sapin, continue de faire accroire à ses concitoyens que la croissance française atteindra bel et bien 0,8 % l'an prochain et que son gouvernement n'aura alors aucune difficulté à respecter son engagement de ramener sous les 3 % du PIB le déficit public. C'est un beau cadeau à offrir aux Français et à tous les Européens auprès de qui il a pris cet engagement.

L'ennui, c'est que ce cadeau ressemble un peu aux pochettes surprise de la loterie : plein de promesses, il finit souvent à la poubelle pour enfanter une déception. En tout cas, l'Insee ne laisse guère de doute : la croissance française devrait, selon l'Institut, être nulle. Du coup, le cadeau des 3 % promis à Bruxelles attendra sans doute un autre Noël. A moins que le bonhomme rouge à la barbe blanche aie le pouvoir de faire des miracles en matières budgétaires...

En Espagne, Noël c'est surtout la période de la fameuse loterie, justement, le Gordo qui fait quelques millionnaires chaque année. Le Premier ministre, espagnol, Mariano Rajoy, n'y a pas gagné, mais lui aussi a inscrit sur sa liste au Père Noël un beau cadeau pour son pays : le retour à la croissance pour son pays en 2014. Un beau cadeau qui néanmoins ne doit pas cacher un petit désagrément : ceci signifie surtout que 2013 sera une nouvelle année de récession à -0,5 %. C'est certes moins rude que cette année où on prévoit un recul du PIB de 1,5 %, mais pas de quoi danser un paso doble sous le sapin... 

Aussi, on peut se demander si, comme le mythe du Père Noël, celui de la reprise prophétisé par ces politiques, toujours trop optimistes au regard de nombreux experts (dont ceux des institutions internationales) n'est pas une vaste escroquerie où l'on vend surtout de l'espoir à bon marché.

On peut certes le penser. Mais la politique est un art subtil consistant à donner confiance aux citoyens au détriment de la vérité des faits. Des faits dont la prise en compte permet d'établir ce qu'il est raisonnable d'espérer à court terme (car à long terme comme le disait Keynes, dont la Tribune publie sur son site un texte instructif, nous sommes tous morts).

De surcroît, est-il bien certain que les faits tels qu'ils sont avancés et assénés soient si bien établis ? En réalité, les faits sont toujours interprétés. Et cette interprétation évolue sans cesse, comme le montre, après bien d'autres, le mathématicien Samuel Arbersman dans un ouvrage intitulé « The Half-life of Facts » (La durée de vie à moitié des faits). Le chercheur donne ainsi plusieurs exemples : la terre était le centre de l'univers et Pluton une planète. Fumer était bon pour la santé...

Doit-on alors adopter une forme de relativisme qui est du reste si à la mode à notre époque et selon lequel tout se vaut ? Le Père Noël vaut bien Saint Nicolas et les promesses de Jean-Marc Ayrault ne sont guère pires que les politiques de Mariano Rajoy... Pas vraiment : ce dont il s'agit, c'est d'admettre que notre connaissance change en fonction de certaines circonstances, notamment... l'augmentation de nos connaissances.

Et l'économie, il faut le rappeler, n'est pas une science exacte au sens de la physique, elle relève de ce que le grand économiste autrichien libéral Ludwig von Mises appelait « l'action humaine », qui est le titre de son ?uvre principale, ou encore la praxéologie. La vie des sociétés, c'est-à-dire des individus qui la constituent, ne peut pas être mise en équations.

C'est cela que les politiques savent intuitivement, en particulier lorsqu'ils sont dans des moments critiques. Les êtres humains sont psychologiquement programmés pour avoir une aversion aux pertes. En promettant que demain sera meilleur qu'aujourd'hui, les politiques savent qu'ils ne font que gagner du temps. Mais ils estiment que c'est plus profitable que de promettre « du sang, des larmes et de la sueur », programme plutôt « stressant » et, pensent-ils, peu à même de rétablir la confiance. En faisant rêver les enfants au Noël prochain, on lui fait oublier le peu de cadeau de ce Noël-ci et on le motive pour l'année à venir... 

Dans son célèbre ouvrage, « Le Prince », Machiavel remaquait: « « Combien il serait louable chez un prince de tenir sa parole et de vivre avec droiture et non avec ruse, chacun le comprend : toutefois, on voit par expérience, de nos jours, que tels princes ont fait de grandes choses qui de leur parole ont tenu peu compte, et qui ont su par ruse manoeuvrer la cervelle des gens ; et à la fin ils ont dominé ceux qui se sont fondés sur la loyauté. »

Alors, lorsque Jean-Marc Ayrault et Mariano Rajoy disent « les beaux jours reviendront », mieux vaut, pour tout le monde, croire un peu au Père Noël. Pour une fois et pour l'intérêt général.

Joyeux noël !

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 31/12/2012 à 18:08
Signaler
Inscrire dans la Constitution , une peine de prison pour promesse non tenue ! seule façon de se débarasser démocratiquement des faisans actuels !

à écrit le 25/12/2012 à 19:35
Signaler
Je sais pas, mais si Hollande a été élu (par élimination de Sarko il est vrai), c'est quand même que certains croient encore au Père Noël, non :-)

à écrit le 25/12/2012 à 17:04
Signaler
Bien sûr comme en l?équipe d'hurluberlus au pouvoir à Paris depuis mai dernier !

à écrit le 25/12/2012 à 4:45
Signaler
Oui c'est bien sur normal de croire au Pere Noel: c'est Francouais Mollande. Il nous a tout promis... Il est toujours pas venu dans ma chaumiere, mais qui sait, les Francais veulent tous rever... Moi je me suis exile et je cree des emplois ailleurs.....

le 25/12/2012 à 7:10
Signaler
Avec un fromage à patte molle au gouvernement, qu'est ce qui peut encore nous faire rêver ?. Allez, ce soir c'est tartiflette.

à écrit le 24/12/2012 à 19:24
Signaler
Croyez-vous au Père Noël ? => Oui, je l'ai vu aux Galeries Lafayette... :-)

à écrit le 24/12/2012 à 19:17
Signaler
Pour répondre à la question, plus du tout depuis que François Hollande a été élu.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.