Espagne : Rajoy promet le retour de la croissance en 2014

Le chef du gouvernement espagnol a assuré que la péninsule ibérique renouerait avec la croissance économique et la création d'emploi en 2014, lundi dans un entretien au quotidien El Mundo. Mais Mariano Rajoy reste plus évasif pour 2013.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

2014 sera une année faste pour la péninsule ibérique. C'est en tout cas ce qu'a annoncé le chef du gouvernement Mariano Rajoy, dans un entretien au quotidien El Mundo, publié lundi. "J'ai la certitude, et c'est aussi ce que disent tous les organismes internationaux et les rapports d'analystes, que 2014 sera une année de croissance économique et de création d'emplois", déclare-t-il.

Un espoir pour 2012

Mariano Rajoy reste en revanche plus évasif pour l'an prochain : "J'espère que l'année prochaine sera meilleure", avance-t-il, après avoir reconnu que 2012 a été "plus difficile que prévu". Et pour cause, la quatrième économie de la zone euro, frappée par l'éclatement de la bulle immobilière en 2008, a renoué avec la récession fin 2011, moins de deux ans après en être sortie. Le gouvernement table sur un recul du PIB de 1,5% en 2012, et sur une nouvelle baisse de 0,5% en 2013.

Des modulations en prévision

Si le chef du gouvernement se dit déterminé à poursuivre ses réformes, il affirme en revanche vouloir revenir sur certaines mesures lorsque la situation le permettra. "A mesure que l'activité économique s'améliorera et que l'Etat percevra davantage de revenus, nous reviendrons sur certaines décisions, telles que [la hausse de] l'impôt sur les revenus", précise-t-il.

Dans l'entretien de quatre pages, Mariano Rajoy, qualifié de "personnage de l'année 2012" par El Mundo, dément par ailleurs que son gouvernement soit en train de "démanteler l'Etat-providence". "Le pire ennemi de l'Etat-providence, c'est une dette qui mène à la faillite", a-t-il estimé.

Une austérité contestée

Reste que le pays vient d'approuver un budget 2013 marqué par une austérité sans précédent et des économies d'un montant de 39 milliards d'euros, destinées à réduire le déficit public. Une politique de rigueur à outrance de plus en plus contestée par les économistes, perçue comme un frein à la reprise et dénoncée pour ses retombées sociales à long terme.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 25/12/2012 à 17:12
Signaler
Cela s'appelle "Tortiller du c.... pour c.... droit" Ce qui manque à la Zone Euro c'est un budget fédéral comme aux Etats Unis. Les États Unis ont une agence fédérale, le "Internal Revenue Service" et un " budget fédéral ". L'Internal Revenue Service...

à écrit le 25/12/2012 à 11:09
Signaler
Et en 2014 le retour de la croissance sera pour 2015. Il y aura bien une année ou il finira par avoir raison. (ça fait juste 5 ans que la croissance est pour l'année prochaine...)

à écrit le 25/12/2012 à 7:41
Signaler
On peut toujours rêver mais l'Espagne va prendre le même chemin que la Grèce. D'autres pays suivront...dont la France.

le 26/12/2012 à 7:05
Signaler
Ce qui manque à la Zone Euro c'est un budget fédéral comme aux Etats Unis. Les États Unis ont une agence fédérale, le "Internal Revenue Service" et un " budget fédéral ". L'Internal Revenue Service (IRS) est l'agence du gouvernement des États-Unis qu...

à écrit le 24/12/2012 à 16:42
Signaler
Encore des mots,toujours des mots encore les mêmes,rien que des mots,paroles,paroles,paroles Etc...

à écrit le 24/12/2012 à 16:40
Signaler
Encore des mots,toujours des mots encore les mêmes,paroles,paroles,paroles.

à écrit le 24/12/2012 à 14:01
Signaler
Le temps de se désendetter pour le pays et les particuliers.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.