Pourquoi Tokyo va réduire ses achats de bons du Trésor américain

 |   |  1682  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En provoquant l'arrêt des réacteurs nucléaires au Japon, le tsunami de Fukushima a totalement déstabilisé l'économie de l'archipel en faisant exploser sa facture énergétique. Résultat, la croissance japonaise peine à repartir et sa balance commerciale, habituellement excédentaire, connait des déficits records depuis deux ans. Conjugué à des changements structurels au Japon et au ralentissement de l'économie mondiale, ce renversement de la balance commerciale pourrait bien forcer Tokyo à revoir totalement sa stratégie économique à l'international pour assurer "sa survie"... allant même jusqu'à remettre en cause son statut de deuxième financeur de la dette publique américaine.

Un tsunami au Japon peut suffire à accélérer le basculement du monde. C'est l'enseignement que l'on pourrait être amené à tirer de la catastrophe nucléaire de Fukushima dans les prochaines années. La vague, qui a frappé le nord-est d'Honshu, l'île principale de l'archipel nippon, et provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima, avait stoppé net l'économie du pays et fait reculer son produit intérieur brut (PIB) de -0,60% en 2011. En 2012, le PIB  est finalement reparti à la hausse avant une nouvelle contraction de -3,5% au troisième trimestre en rythme annuel. Avec ce coup de frein imprévu, c'est la structure même de l'économie japonaise qui a été touchée.

Fukushima, l'accélérateur

En commandant l'arrêt pour maintenance des 50 réacteurs nucléaires encore en état de fonctionner que compte le pays, Tokyo a ouvert une Boîte de Pandore. L'opinion publique, fortement mobilisée contre leur redémarrage, a obtenu la mise en place d'un programme de sortie du nucléaire à l'horizon 2030 en septembre dernier. Aujourd'hui, seuls deux réacteurs ont été autorisés à redémarrer.

Depuis, les électriciens japonais ont été contraints de faire tourner leurs centrales thermiques à plein régime pour...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2013 à 14:08 :
Tout cela fait partie de la guerre des monnaies. L'Euro est donc condamné à exploser ou imploser, comme vous voudrez. À moins que le traité de Maastricht, imposé par l'Allemagne avec l'appui de la France, et qui ne sert plus que les intérêts de l'Allemagne et d'un ou deux autres pays de second rang, ne soit modifié en faveur des économies moins fortes de l'Union Monétaire, de sorte que l'on arrive au sein de l'Union à une plus grande convergence des économies.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :